Alain Desbrousses et Pascal
Miclotte : 40 ans au service
de la collectivité !

Le plus drôle est… qu’ils ne s’étaient jamais croisés et ne se connaissaient même pas ! Réunis par la municipalité pour célébrer leur tout prochain départ à la retraite, Alain Desbrousses et Pascal Miclotte, respectivement directeur adjoint des études et travaux et, désormais, ancien directeur de l’école de voile municipale, n’avaient jamais eu l’occasion de faire connaissance, bien qu’ayant servis depuis plus de 40 années la même collectivité, la ville de Fréjus en l’occurrence.
Et c’est très émus que ces deux hommes, influents dans leurs corps de métier respectifs mais sans pour autant chercher à attirer la lumière sur eux, se sont présentés dans la grande salle de réception de la villa Aurélienne, entourés de nombreux collègues et amis et, bien évidemment, leurs proches et familles.
Richard Sert, 1er adjoint représentant le sénateur-maire retenu par ailleurs, évoquant les parcours respectifs des deux hommes, n’a pas manqué de mettre en exergue deux carrières exemplaires, « une rigueur et un sens du devoir dont vous avez fait montre au quotidien ».

Alain Desbrousses, sa compagne et sa fille

Alain, de la DDE… à la DET
L’un – Alain Desbrousses –, recruté en 1975 auprès de ce qui était encore la DDE, Direction départementale de l’équipement, a conclu sa carrière professionnelle en qualité de directeur adjoint des Études et travaux auprès de MM. Rasmus et Trénac. Dans l’ombre, Alain aura toujours été cet élément indispensable, au cœur et au fait des dossiers, y compris les plus complexes, de la mise hors d’eau de La Palud au délicat PPRI, plan de prévention des risques inondation, sur lequel il constituait un interlocuteur privilégié. Et « un excellent rédacteur », saluera pour sa part en aparté Philippe Lottiaux, directeur général de services, mesurant « la justesse et la clarté » des notes et autres documents « que vous avez pu m’adresser et dont j’ai eu à prendre connaissance ».

Pascal et “sa“ base
L’autre – Pascal Miclotte – évoluait dans un cadre totalement différent. Représentation s’il en est de la diversité et pluralité des quelque 150 métiers différents au sein de la mairie de Fréjus. Comme il l’a évoqué dans un article que lui a consacré le magazine municipal dans on n° de novembre dernier, Pascal n’a connu autre bureau que celui qu’il occupait au sein de l’école municipale de voile. Débarqué aide-moniteur EPS en octobre 1976, il traversera, non les océans mais le temps et les 40 dernières années, pour terminer bien évidemment comme directeur de cette base nautique fréjusienne. Et l’on aurait peut-être même pu convier une tierce “personne“ sur ce “pot de départ“, en invitant… la structure Base nautique. Un établissement, édifié voici 42 ans et démoli l’automne dernier pour laisser place à un projet flambant neuf pour l’été 2017. « J’y ai passé toute ma vie professionnelle, raconte Pascal dans cet article. Je suis arrivé avec la base, je repars avec elle sous le bras. »

Pascal Miclotte, ci-dessus avec ses enfants, et ci-dessous avec la famille "École de voile"

Autre point commun entre Alain et Pascal, outre le fait de partager ce moment convivial, ce trait de caractère qui confine à la timidité. Ou, plus naturellement et plus exactement, à l’effacement. Car efficaces, ils le sont à coup sûr. Mais sans éclats, sans monter en première ligne on l’a dit. Ou alors, pour défendre les intérêts de la collectivité ou de « la (future) base nautique, pour laquelle vos conseils techniques se sont avérés précieux ».

Des collègues appréciés
Alain, « très ému », toujours réservé, n’en saluera pas moins « ceux avec qui j’ai eu l’occasion de travailler, et sur de nombreux sujets très variés ». Pascal, lui, évoquera cet « affectif » qui a toujours collé à l’École de voile. « Je me surprends à regarder en arrière et constater que j’ai passé 41 ans de ma vie ici. Aujourd’hui s’ouvre un nouveau challenge. Et même si, pour nous “voileux“, avoir un beau bureau était secondaire, je comprends que pour les gens, cette image d’une belle nouvelle base est importante. » Il avouera encore « avoir apprécié travailler avec  vous-même, M. Sert, et avec Fabrice Curti (adjoint aux sports, Ndlr), toujours respectueux et à l’écoute ».
Pour Alain, pour Pascal, pour leurs familles s’ouvre aujourd’hui une nouvelle vie. Qu’elle leur soit longue, douce et jolie. Au-revoir messieurs.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.