Football – Coupe de France
(16es) : l’Étoile qualifiée
grâce à un SACKRÉ tir !

Elle semblait inévitable, inéluctable, cette prolongation entre l’Étoile FC Fréjus – Saint-Raphaël et l’AS Prix-les-Mézières après presque 90 minutes stériles de part et d’autre.
Et puis, il y eut ce missile, ce boulet de canon. À moins de deux minutes du terme du temps règlementaire. Un SACKRÉ tir – du nom de son auteur, le franco-ivoirien Sackre Gbohou, qui s’était déjà essayé à l’exercice un peu plus tôt, mais avec moins de réussite – pour une sacrée qualif’ historique.
Une victoire étriquée, certes, acquise dans la douleur – une pensée pour celle des malheureux adversaires pirisiens –, mais ô combien importante et qui emmène les joueurs est-varois parmi les « 16 derniers prétendants pour gagner cette Coupe de France », comme le fera remarquer le président Alexandre Barbero dans la joie des vestiaires !

Les Pirisiens font bloc…
Et que l’on aura souffert 90 minutes durant, mais surtout du fait de voir des Fréjuso-raphaëlois ne parvenant que trop rarement à emballer le match face à une formation ardennaise particulièrement solide, offrant un bloc compact et sans failles et n’hésitant pas, même, à jouer son va-tout alors que l’on entrait dans le dernier quart d’heure. Julien Robinet, suppléant d’un Deneuve toujours en délicatesse avec son dos, et qui a offert une prestation solide, fut même sauvé par son poteau sur cette incursion pirisienne (75e) qui, convertie, aurait probablement sonné le glas des espérances intercommunales…

… les Varois semblent endormis
Cette qualification historique – elle l’aurait été tout autant pour Prix-les-Mézières –, un stade comble l’attendait (notons au passage le geste des dirigeants varois qui ont “abandonné“ l’intégralité de la recette du match à leur valeureux adversaire), mais se retrouva souvent frustré d’une équipe endormie en entame de match, comme le criera coach Paquille, « Vous allez me mettre le réveil oui ? »

Mais face aux velléités locales, les Ardennais surent montrer les dents, ne pas s’en laisser conter et offrir une vraie résistance et même mieux que ça. Imprécis dans les passes, semblant incapables de changer de rythme, les Fréjusiens butaient  sur l’arrière-garde nordiste. Jusqu’à cette fameuse 89e minute et le tir de Gbohou.
Quelques minutes auparavant, il avait déjà tenté pareille frappe du coup de pied de 25 m, légèrement excentré sur la gauche lorsque l’on regarde le but adverse. Mais le portier ardennais avait repoussé ce premier essai et Mendy, qui avait suivi, avait alors placé sa reprise au-dessus. Un coup de semonce pour les Pirisiens et, sur le second, Gbohou se chargera de finir le travail tout seul…

Trois générations de Barbero dans les vestiaires
Un finish idéal, à moins de 120 secondes du coup de sifflet final ! Les « On est en 8es, on est en 8es » pouvaient tomber des tribunes, et le fête, la tête dans les… étoiles, pouvait commencer. Avec une haie d’honneur, initiée par Cap’tain Orinel, pour accompagner la sortie des Pirisiens, puis le désormais inévitable clapping en totale communion avec le public. Dans les vestiaires, Belony Dumas entonnait les chants de victoire, les Barbero, père, fils et petits-fils pouvaient savourer ce qui reste à ce jour comme l’une des plus grandes joies du football est-varois, version Étoile…

Le tirage ce jeudi à 18h :
50 % de chances de tomber une Ligue 1

Maintenant, la nuit pouvait être longue, commencée par « aller boire un verre tous ensemble », dixit le prés’, et la journée pourrait l’être tout autant avant de connaître le sort réservé aux Étoilistes en 8e de finale (match le 28 février ou le 1er mars). Seul élément connu pour l’instant : avec 8 équipes de l’élite encore en course sur 16 qualifiés, même les “pas forts“ en maths auront compris que l’Étoile avait 50% de chances de se voir attribuer une Ligue 1. Un match qui se jouerait “à domicile“… mais où ?…

• Les adversaires possibles de l’Étoile en 8es de finale.
Ligue 1 : Monaco, Paris SG, Marseille, Guingamp, Bordeaux, Lille, Angers, Lorient ;
Ligue 2 : Strasbourg, Niort, Auxerre ;
National : Quevilly Rouen, Avranches, CA Bastia ;
CFA : Bergerac.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.