La bravade, son état major,
ses traditions, ses valeurs

Elle a bien commencé notre jolie Bravade en ce lundi de Pâques. La nomination du général a eu lieu selon la tradition, sur la place Formigé, en présence de Richard Sert, premier adjoint représentant le Sénateur-Maire David Rachline, Brigitte Lancine et Christine Meunier, conseillères régionales, Julie Lechanteux, conseillère départementale, ainsi que de nombreux adjoints et élus municipaux.
Après le défilé dans le centre historique, l'ancien général, Daniel Lambert, a procédé à la nomination de Christian Jamme. Lequel a nommé son état major : les colonels François Bartolo et Paul Chorda, l'officier d'ordonnance Franck Preire, le tambour major Jérôme Orlandini, le capitaine des Chivaus-Frus Thierry Bonetti ainsi que tous les chefs de compagnie. 
Un sentiment de déjà vu pour le général et ses deux adjoints, mais avec un peu moins d'appréhension que l'an passé toutefois.
"C'était une première pour tous les trois en 2016, se souvient Christian Jamme. Après quelques minutes de "trac" — c'était tout de même impressionnant —, tout s'est vite mis en place. Très vite, l'engouement a pris le dessus". "Pour nous tous d'ailleurs", renchérit François Bartolo, premier colonel. "Nous nous sommes régalés, vraiment. Dans une bonne ambiance, sérieuse mais pas figée. Dans un bon esprit d'équipe", ajoute-t-il. 

Une inquiétude dissipée aussi pour Paul Chorda, deuxième colonel : "L'émotion et l'appréhension ont disparu assez vite. Le calme des anciens nous a vite mis à l'aise. Il n'y avait plus qu'à suivre la marche, avec calme et sérénité".
Après le défilé, les nominations et la danse de la souche, les salves ont retenti entre les murs du centre historique ce 17 avril.
Comme l'an passé, le général et son état major ont joué le maintien de la tradition avec un soupçon de nouveauté : un défilé des troupes plus resserré, à l'image de cette cohésion initiée par les trois hommes. 
"Cette année encore, nous avons organisé des réunions préparatoires. Nous avons rassemblé tout l'état major, puis les tireurs, en leur expliquant comment nous imaginions les choses de notre point de vue. Que cette fête se déroule dans l'esprit de Saint François : l'amitié, la paix et le partage en suivant sa devise Charitas et Humilitas" argumente le général Christian Jamme.
"Il faut un peu de structure, on demande juste un peu de rigueur et de tenue dans les moments principaux, mais sinon, ce qui prime c’est la convivialité", ajoute François Bartolo. "Dans une atmosphère joyeuse et très amicale", termine Paul Chorda. 

Pour que vive la Bravade et que Fréjus honore encore longtemps son saint.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.