Le budget primitif 2017
adopté (93,8 M€)

 

Le budget primitif 2017 de la Ville a été voté en séance publique du Conseil Municipal du 16 janvier. Il s’inscrit dans la continuité du redressement des finances de la commune, confirme l’engagement de stabilité des impôts locaux et concentre des investissements sur la qualité de vie des Fréjusiens.

« C'est un budget qui implique des efforts, ce que j'assume, car nos marges de manœuvre sont réduites par le fardeau de la dette héritée de l'ancienne municipalité » a notamment indiqué le Sénateur-Maire David Rachline lors du débat. 
Présenté par le Premier Adjoint Richard Sert, délégué aux finances, ce budget s'équilibre à 93,809 millions d’euros, dont 72,729 en fonctionnement et 21,079 en investissement.
Il s’inscrit, comme l’a rappelé le rapporteur, dans un contexte difficile lié à la dégradation de l’économie générale et à la baisse sensible des dotations de l’État (- 9,17 %). Les contraintes issues du poids de la dette héritée de l’ancienne gestion (plus du double de la moyenne des villes comparables) et les charges induites pèsent encore lourdement sur ce budget. Pour autant la décision de ne pas augmenter la pression  fiscale, confirme la volonté de la municipalité de préserver le pouvoir d’achat des fréjusiens. Les taux d’impôts locaux adoptés reconduisent ceux antérieurs, à savoir :
• Taxe d’habitation : 14,34 %
• Taxe foncière (bâti) : 20,45 %
• Taxe foncière (non bâti) : 30,00 %.

Un budget maîtrisé

Ce budget s’articule autour de trois grands objectifs : 
• maîtrise des dépenses courantes de fonctionnement : les charges de personnel, qui représentent le principal poste des dépenses devront intégrer les nouvelles dispositions nationales de revalorisation du point d’indice et refontes des catégories). L’évolution de ce poste est de 2 % et s’accompagne d’une politique de non remplacement de certains départs en retraite d’agents. Par ailleurs le soutien aux associations locales est maintenu, voire légèrement augmenté, et une baisse générale des charges par l’optimisation des dépenses est intégrée dans le budget.
• poursuite du désendettement : après une baisse très sensible sur les premiers exercices qui a ramené la dette de 144 M€ à 128 M€, elle sera plus modérée cette année, prévue à - 1,30 %, pour préserver l’investissement. Au total sur la période 2014‑2017 l’encours de la dette aura diminué de 10,33 %.
• politique d’investissement concentrée : 11,6 M€ inscrits au budget 2017, et qui seront consacrés à des dépenses d’équipements et d’amélioration de la qualité de vie. En particulier, la rénovation des voiries, les espaces verts et éclairages publics (2,7 M€) la lutte contre les inondations Reyran – Palud (930 000 €), des aménagements urbains spécifiques Caïs Ouest, centre historique (674 000 €), la réalisation ou la préparation des projets structurants, dont la base nautique (1,17 M€), tennis Gallieni (1,25 M€), rénovation de l’ex-centre des apprentis CFA (600 000 €), Port‑Fréjus (300 000 €), rénovation des bâtiments communaux (1,12 M€), études et préparation des projets de nouveaux équipements publics à Saint‑Aygulf, rénovation du Front de mer…

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.