Les reflets de l’Afrique émerveillent
le Printemps des poètes

Samedi après midi, la Villa Aurélienne était à l’heure africaine, à l'occasion du Printemps des poètes.

L'occasion pour le public, venu nombreux, de découvrir le talent de la troupe "Yaka Mayé, A tire d’elle". Avec leur professeur de danse, Patricia Lionel,  également chorégraphe et scénographe, les artistes ont raconté une magnifique histoire du « secret du marigot » qui se nourrit de l’imaginaire, de l’histoire et de la tradition du continent africain.

Dans un décor qui évoque l’identité de l’Afrique à travers son baobab géant, pendant près de deux heures, 200 privilégiés ont pu voyager au cœur de l'Afrique. 

Le temps de cette journée, qui s'est déroulée en présence de Williams Aureille, adjoint à la culture et Maryse Selves, conseillère municipale chargée du circuit des métiers d’art, l’auditoire a pu également apprécier une exposition éphémère conçue et organisée par Pascale Renault et Fabienne Coulet.

Tous se sont ensuite laissés bercer par les poèmes d'Alexandre Mexis et Saliha Ollivier, qui nous ont fait l’honneur de lire leurs œuvres. 

Remercions également la direction des Affaires Culturelles et l’Office de tourisme de Fréjus pour l’organisation de ce magnifique conte, fidèle aux racines de ce continent. 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.