Palmarès festival
du court métrage :
une 20e édition… caviar !

Le festival du court métrage de Fréjus, 20e édition, a vécu. Enfin, presque puisqu’une ultime soirée, de clôture, se tiendra mardi soir prochain, le 17 janvier, du côté du Musée des Troupes de Marine. Histoire de faire le lien, à côté du 21e RIMa, avec la prochaine édition  du festival en 2018, qui sera alors… la 21e.
Toujours est-il que la compétition officielle du festival 2017 s’est tenue ce vendredi 13 au théâtre Le Forum, avec de nombreuses projections des deux sélections en lice, Aurelia et Hermès, devant une assistance particulièrement nombreuse et toujours curieuse de découvrir des talents, nouveaux ou confirmés.
En point d’orgue de cette journée de compétition, la proclamation du palmarès 2017, lors d’une soirée orchestrée par le traditionnel maître de cérémonie, Didier Carretero, et en présence du 1er adjoint au maire de Fréjus, Richard Sert, accompagné de Christophe Chiocca et Williams Aureille, adjoints respectivement délégués au tourisme et à la culture, deux aspects importants pour la ville de Fréjus !

Le regard des autres
et l’acceptation de la différence

Premier constat, et il sera unanime, le sentiment d’avoir assisté à du beau, du grand, du joli cinéma. Au point, les discours officiels venus, que Williams Aureille décide de laisser de côté son discours pour, juste, profiter un peu plus longtemps et rester sur ce sentiment.
Le sentiment donc de magnifiques œuvres, éclectiques au possible, dans le genre, la façon de tourner, de privilégier l’image au dialogue, de laisser le suspense s’installer, de mélanger le côté grave et les choses plus légères.

Ainsi, le vendredi 13 aura porté chance à un court irlandais, “How was your day“, l’histoire touchante d’une femme, excitée à l’idée de devenir maman, mais qui accepte mal, très mal que son enfant, sa fille, handicapée, ne soit comme toutes les autres enfants… Consacré dans son pays comme le meilleur court métrage de l’année 2016, il a à Fréjus reçu une double approbation, celle des collégiens et lycéens, attendris, pour le Prix Forum Julii des jeunes, et celle du jury à travers le Prix de la Ville.

L’émotion de Rosa Busztein
Le jury, justement, présidé par Yves Angelo – mais en absence d’Eva Darlan, invitée d’honneur mais qui vient de se blesser au sortir d’une représentation de la pièce “Conseil de famille“ et qui, faute de pouvoir honorer cette invitation, envoya un message téléphonique – a par ailleurs consacré, en sélection Aurelia, le film franco-kosovar “Une goutte de sang“, et du côté de la sélection Hermès “La piscine“, un court réalisé par Rosa Bursztein où elle a également le rôle principal. Entrevue l’année passée dans le court d’Alexis Michalik, “Pim-Poum le petit panda“, Rosa Bursztein obtient cette fois une consécration qui l’emplira de confiance : « Grâce à vous, je vais continuer et croire en moi », a-t-elle ainsi remercié, hilare et émue tout à la fois, avant d’aller claquer la bise à tous les membres du jury !
« La vision d’un film, c’est toujours subjectif, a pour sa part rappelé Yves Angelo. C’est toujours un plaisir de voir des films, de se retrouver dans une salle et que les lumières s’éteignent. 12 films étaient en compétition ici, mais 4 prix seulement sont distribués. Alors, certains repartiront peut-être mécontents, mais ils ne doivent pas oublier que la plus belles de récompense reste de faire ce métier avant tout. » Sans doute aussi pour cette raison que le jury proposera une mention spéciale au film d’Élie Grappe, “Suspendu“, dédié à la danse et à cette persuasion, pour l’être humain, que parfois le corps est sans limite.

Le public ne s’y trompe pas
Outre les jeunes, le public a également droit de vote au festival du court métrage de Fréjus. Il a de fait consacré du Prix du public en sélection Aurelia “Le mécène“. Le « premier film et, par conséquent, première récompense » d’un jeune réalisateur pour le coup sans voix, Lionel Auguste, et sans doute pas la dernière promotion pour un court sélectionné dans de nombreux festivals (Cannes, Grenoble, Villeurbanne, Vaux-en-Velin ou encore Ibiza), et dès cette présente fin de semaine à Maisons-Laffitte.
Dans la sélection Hermès, un grand nom du cinéma français a été récompensé, et même plébiscité par le public fréjusien, en la personne de Sarah Lelouch. Dont le très drôle “C’est du caviar“, dernière projection de la soirée, a apporté sa fraîcheur à une sélection plus grave par ailleurs.
« Le meilleur prix demeure celui du public », remerciait la fille de son père, avant d’évoquer la genèse de ce film et cette anecdote, histoire vraie qui rappellera peut-être un (mauvais) souvenir à Maurice Pialat, « victime » du même type de vengeance que celle fomentée par Charlotte Gabris (Charlie dans le film) face à ceux qui l’on trompée, son ex’ Léo et sa meilleure ( ? ) amie, Camille.

Bref, au final, une magnifique soirée qui scellait une non moins magnifique édition pour un festival de plus en plus ancré dans l’esprit et dans le monde du 7e art, dans une ville où « le cinéma est une vraie force, la création d’un bureau d’accueil des tournages témoignant de cette volonté d’un faire un véritable studio de cinéma »,  ainsi que le rappelaient de concert Christophe Chiocca et Williams Aureille…
Pour l’heure, et avant de se projeter sur le 21e , savourons une dernière fois ce mardi au Musée des Troupes de Marine, le cinéma, sous toutes ses formes, en court ou long métrage, mais avant tout témoignage de mémoire.

LE PALMARÈS 20e FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE FRÉJUS
Sélection Hermès – Films en compétition :
    1. Lila, 
de Carlos Lascano (Argentine, Espagne, 2014) ;
    2. The Oracle, de Nan Feix (France, 2015) ;
    3. How was your day, de Damien O’Donnell (Irlande, 2015) ;
    4. La piscine, de Rosa Bursztein (France, 2016) ;
    5. 112 Pizza, d’Elefterios Zacharopoulos (Belgique, France, 2016) ;
    6. C’est du caviar, de Sarah Lelouch (France, 2015).

=> Prix de la Ville : How was your day
=> Prix du jury : La piscine
=> Prix du public : C’est du caviar
=> Prix Firum Julii des jeunes :  How was your day
  

Sélection Aurelia – Films en compétition :
    1. Suspendu, d’Élie Grappe (Suisse, 2015, 15’) ;
    2. Si tu n’es pas là, de Pierre Ferrière (France, 2016, 9’) ;
    3. Opération Commando, de Jan Czarlewski (Suisse, 2016, 21’) ;
    4. Une goutte de sang, de Bekim Guri (Kosovo, France, 2015, 10’) ;
    5. Catch it, de Paul Bar (film d’animation, 2015, 5’19) ;
    6. Le mécène, de Lionel Auguste (France, 2016, 20’).

=> Prix de la Ville : Opération Commando
=> Prix du jury : Une goutte de sang
=> Prix du public : Le mécène
=> Mention spéciale du jury : Suspendu

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.