Un ultime hommage
rendu à Marie-Hélène Basset

"Merci de m'accompagner, merci de nous accompagner dans cette étape difficile. J'ai eu la chance d'être le fils unique de Gérard et Marie-Hélène Basset. Mais j'ai dû la partager, tout petit déjà, car c'était aussi un peu votre maman. Beaucoup l'appelaient même "Ma maman de nuit ".

C'est en ces mots, empreints d'émotion, que Benjamin Basset a rendu hommage à sa mère, partie trop tôt. Ce vendredi matin, nombreux sont venus assister à la messe célébrée par le Père Maroun Badr, pour dire un dernier adieu à cette Grande Dame, unanimement appréciée.

Tous, réunis dans cette cathédrale Saint-Léonce, que Marie-Hélène aimait tant, se sont souvenus de ces années festives. De ce sourire, de ces attentions qu'elle leur portait, de ces soirées mémorables à La Playa, des dînettes…

"Des larmes de champagne"

"La vie de ma mère, c'était des rencontres, des sourires. Ses yeux avaient la capacité d'illuminer une pièce, pardon, une boîte de nuit. Sans un mot, elle créait une atmosphère et vous donnait le sentiment, lorsque vous arriviez, que vous étiez la seule personne qu'elle attendait", poursuivait son fils.

Marie-Hélène était dans tous les cœurs, pour son sourire, sa gentillesse, sa bienveillance. Et Benjamin, de rappeler à tous l'image de sa mère, une coupe à la main.

"Maman et sa coupe de champagne, c'était toute une histoire !  D'ailleurs, quelques jours avant qu'elle ne s'éteigne, elle me parlait de ce qu'elle souhaitait en ce jour de deuil. Elle voulait que nous échangions des sourires. Pas de larmes me disait-elle, à moins que ce ne soient des larmes de champagne ! Maman a bien vécu et nous a fait bien vivre. Vous tous la rendiez toujours belle et heureuse. Et Rien ni personne ne lui a jamais ôté cette joie et son sourire, même la maladie. D'ailleurs, même à mes côtés à Barcelone, elle se faisait des amis, sans parler un mot d'Espagnol. Elle avait toujours l'amour des autres".

Et Benjamin de conclure, avant l'Ave Maria : " J'ai perdu ma maman, mais jamais je ne perdrai jamais son amour et son sourire". Une grande dame qui restera gravée dans les cœurs.

A Benjamin, son fils, à sa famille, à ses proches et à tous ceux qui l'aimaient tant, Le Sénateur-Maire, David Rachline, au nom de son conseil municipal, adresse à nouveau ses plus sincères condoléances.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.