Boxe - Championnat de France : Gus’ Tamba fin prêt pour le match le plus important de sa carrière pro

25 février 2019

Lorsqu’on lui demande s’il disputera là le combat le plus important de sa carrière, Gus’ “Marvelous“ Tamba ne marque pas l’ombre d’une hésitation. « Bien sûr ! Un championnat de France, tu imagines ? »
Samedi 9 mars prochain, sur le ring du Palais du Littoral à Grande-Synthe (Nord, périphérie de Dunkerque), le boxeur fréjusien affrontera son homologue d’origine russe installé à Saint-Sébastien-sur-Loire, licencié au Nantes AB, Shamil Ismailov pour aller chercher la ceinture nationale des super-moyens, titre laissé vacant par Kevin Sadjo-Lele, après sa victoire sur… Ismailov. Présentation du combat avec Gus’ “Marvelous“ Tamba.

Gus’, tu as dit que c’était là le combat le plus important de ta carrière. Depuis quand et comment le prépares-tu ?
« On est réellement sur la préparation depuis cinq-six semaines, mais ce combat, depuis la sortie des fêtes, j’y pense constamment, je suis dedans depuis le début de l’année. Sinon, j’ai eu la chance que mon promoteur, Malamine Koné, me mette des sparring-partners à disposition, ici à Fréjus (ce jour-là, Gus’ croisait les gants avec le poids moyen, Marseillais licencié à Agde, Diego Natchoo, dit “L’Indien“, NDLR).
C’est toujours mieux de pouvoir s’entraîner face à de “vrais“ adversaires pour se mettre en condition. D’autant que Diego a déjà affronté Ismailov. Il pourra donc me donner quelques précieux conseils.

Yannick Paget, entraîneur de Gus' Tamba (en haut avec Gus' et son sparring du jour, “L'Indien“ Diego Natchoo) n'a de cesse de prodiguer ses conseils à son poulain, lui qui est l'un des deux seuls champions de France amélistes avec Julien Chamayou

À quelle occasion était-ce ?
C’était en 2017, justement pour le titre de champion de France des super-moyens. Et Ismailov s’était alors imposé aux points. Avant de perdre sa couronne il y a tout juste un an devant Sadjo Lele (Khadji-Mourad Ismailov, frère et entraîneur, avait jeté l’éponge au cœur de la 4e reprise, son poulain étant alors compté par l’arbitre et déjà roué de coups, Ndlr). Je sais d’ailleurs qu’Ismailov a failli raccrocher les gants, ayant perdu là plus qu’un combat mais sans doute aussi un tremplin vers une chance européenne.

Il a une plus longue carrière que toi, il est plus âgé, possède donc plus d’expérience, mais reste sur une défaite puis un nul.
Hors cette expérience supplémentaire, quand bien même tu es invaincu depuis neuf combats (dont huit KO), quelles sont ses autres forces ?
Il frappe, il fait mal, c’est un gros puncheur. Il a 16 victoires en carrière, dont 13 avant la limite (*), ça veut tout dire. Malgré tout, je pense être plus rapide que lui. On verra le moment venu de toute façon, une fois sur le ring.

Si ce match n'aura finalement pas lieu à Fréjus, les jeunes sociétaires du club n'ont pas manqué de venir voir les séances d'entraînement du meilleur boxeur amsélite

Ce championnat de France a failli se disputer à Fréjus, en clôture des finales de la Coupe de Provence (lire par ailleurs). Un regret de devoir “monter“ dans le Nord ?
C’est certain, cela aurait idéal à domicile. L’AMSLF avait d’ailleurs candidaté pour accueillir ce championnat de France. Mais l’attribution se fait au terme d’enchères entre les candidats potentiels et c’est Grande-Synthe qui l’a emporté. Ce n’est pas grave.
Alors, certes, lui sera un peu plus près, il aura donc peut-être davantage de supporters que moi. Encore que la famille, certains amis vont venir, d’autres encore depuis Paris… Au moins, je n’aurais pas la pression de la salle qui aurait pu peut-être me gêner un peu.
En fait, c’est sur le ring que ça se jouera. Et là, on sera tous les deux et je suis prêt !


(*) À 32 ans, Shamil Ismailov (ci-dessous) compte 21 combats pros. Seize d’entre eux se sont conclus par une victoire (13 KO), 4 (2 KO) se sont soldés par une défaite et il compte un nul contre Gabriel Lecrosnier le 24 mars 2018, son dernier combat pro, intervenu deux mois après la perte de son titre national face à Sadjo Lele.

Gustave Tamba, lui, fêtera ses 28 ans le 4 juillet prochain et a, à son actif, 12 combats (11 victoires, 8KO ; une défaite aux points face à Dibombe… le 24 avril 2016. Depuis, le protégé de Yannick Paget a enchaîné 9 victoires. Son entraîneur – Yannick Paget, l’un des deux champions de France made in Amslf avec Julien Chamayou – se montre d’ailleurs lui aussi plutôt confiant : « Je le sens bien, il est motivé, dans le combat. Il est prêt ! »

Classé dans
Actualité générale