Carla Rapicano, Stéphane Valenti : quand les sportifs fréjusiens portent haut les couleurs de la ville !

31 octobre 2017

L’une (Carla Rapicano) est toute récente championne d’Europe, l’autre (Stéphane Valenti) est un ancien champion du monde (par équipes) sur lequel les années n’ont pas prise.

Non seulement Carla Rapicano a eu les honneurs du ministère des Sports, qui la félicite ci-dessus pour ses deux titres européens, mais elle a également rencontré Laura Flessel, la ministre elle-même !

Honneur aux dames tout d’abord, et à Carla Rapicano, athlète hors normes et ô combien attachante qui, à 22 ans, a empoché en ce début de semaine dans le bassin francilien de Bobigny deux médailles d’or aux championnats d’Europe de natation T21 (pour Trisomie 21). Par équipe pour commencer sur le relais 4x50 m 4 nages, toute seule comme une grande ensuite sur le 400 m 4 nages !

Et celle qui s’était parée de bronze aux Trisome Games (les JO du sport adapté) de Florence en août 2016 (sur un relais déjà, le 4x100 4 nages), aurait même pu ajouter une 3e breloque sur ces “Europe“ puisqu’elle a pris la 4e place en ouverture du 200 m 4 nages, non sans atomiser son record personnel de près de 15’’ et passant sous la barre des 4’ (3’50’’92) !

Carla Rapicano, la confirmation
après les Trisome Games

De magnifiques performances pour la jeune nageuse de l’AMSL Fréjus, elle qui a simplement intégré les rangs de l’équipe de France DSISO en 2016, et dispute en Seine-Saint-Denis sa 2e compétition internationale seulement.
La DSISO (pour Down Syndrome International Swimming Organisation) est l’organisation internationale de natation pour les porteurs du syndrome de Down, ou Trisomie 21. C’est seulement la 4e édition du championnat d’Europe Open de natation T21, qui prend place depuis le 28 octobre et jusqu’au prochain week-end dans le bassin international de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Plus de 20 délégations (Angleterre, Espagne, Russie, Portugal, Suède, Irlande, Portugal, Kosovo, Pologne, Islande, Finlande, Estonie et même le Brésil ou le Mexique…) prennent part à cette compétition, ce qui représente plus de130 nageurs (10 pour la délégation tricolore) et situe surtout les exploits réalisés par Carla Rapicano, plus que jamais une ambassadrice du sport fréjusien au plus niveau international !

Deux titres européens, ou la récompense de nombreuses heures passées dans les bassins, ici à Maurice-Giuge avec Jean-Yves Gabrièle, son entraîneur depuis septembre après que Manuel Comas ait poli le diamant brut toutes ces dernières années...

Ambassadeur du sport fréjusien parmi les meilleurs mondiaux, Stéphane Valenti l’a été également, lui qui fut champion du monde – courte distance – par équipes de duathlon (2007). Aujourd’hui, après avoir mis de côté le vélo pour ne plus garder que la course à pied à la fin des années 2000 – alors qu’il entamait une reconversion professionnelle à succès dans la restauration (Casa Valentino à la Palud, c’est lui !) –, Stéphane s’est pris de passion pour les courses… longue distance, semi et marathon.

À un peu plus de deux mois de souffler sa 39e bougie, Stéphane Valenti accomplit encore de jolies performances, à l'image de cet automne où il a remporté la Ronde de la Picholine et la Foulée rosée, et pris ici la 8e place nationale (28e au scratch) de la classique internationale, Marseille-Cassis

Voici quelques années, du côté de Berlin, sur le marathon le plus rapide du monde – nombre de records planétaires y ont été battus –, le Fréjusien réalisait sa meilleure performance personnelle en 2h21’37. Depuis, à 38 printemps (il aura 39 ans mi-janvier), il demeure l’un des meilleurs spécialistes régionaux sur toutes les courses proposant de 10 à 42,195 km. De la Ronde de la Picholine fin septembre du côté de Bagnols-en-Forêt (37’09 sur 11 km) à la Foulée rosée de Puget-sur-Argens le 2 octobre (32’35 sur 10 km), Valenti a trusté la première marche du podium, trouvant à chaque fois sur sa droite son compère Abdelhakim Zilali.

Valenti, toujours là à 38 ans !

En ce dernier dimanche d’octobre, c’est du côté des Bouches-du-Rhône que Stéphane Valenti avait donné RV. À Marseille et devant le stade Orange Vélodrome plus exactement, pour la doyenne des classiques françaises, la “Marseille - Cassis“. Stéphane n’avait jamais pris part – mais « j’ai hâte de la découvrir », avouait-il sur sa page Facebook la veille de l’épreuve – à cette course de 20 km reliant la capitale phocéenne à la station balnéaire par le col de la Gineste, les hauts de Luminy et des calanques.

Au final, Stéphane s’empare de la 8e place nationale (28e scratch) avec un chrono de 1h06’54, soit à un peu plus de 7’ du vainqueur, l’Éthiopien Jemal Mekonnen. Une magnifique performance que Steph, quelque peu ankylosé, a visiblement payée ces derniers jours comme en témoignent ses commentaires, toujours sur sa page Facebook.

Pour autant, qu’il s’agisse de Carla Rapicano et Stéphane Valenti ces derniers jours, comme de la vététiste enduriste Cécile Ravanel, sacrée une deuxième fois de rang championne du monde de la discipline au début du mois, voire des jeunes espoirs des sports de combat (taekwondo, karaté, judo), le sport fréjusien se porte bien.

 

Classé dans
Actualité générale