Conseil de quartier de La Tour de Mare : la sécurité routière passée au crible

05 avril 2018

Le nouveau bureau du conseil de quartier de La Tour de Mare a profité de cette réunion pour se présenter à l'assemblée

Le tour des (conseils de) quartier se poursuit pour le maire, David Rachline, qui faisait étape ce mercredi soir, 4 avril, du côté de La Tour de Mare, “chez“ mesdames Leusie et Lancine, respectivement présidente du conseil de quartier et élue référente.

Et comme on a pu l’observer depuis le début de ce marathon des conseils de quartier fréjusiens, chacun de ces quartiers, différent de son voisin, avec ses spécificités et ses problématiques. En l’occurrence, mercredi soir, à La Tour de Mare, l’aspect sécuritaire a une nouvelle fois été à l’attention des débats. Mais plus que la délinquance – encore que le quartier soit l’un des plus cambriolés de la ville, « 88 en 2017, annonce la commissaire Béatrice Fontaine, une statistique stable mais c’est toujours trop » – c’est la sécurité routière, ou plutôt l’insécurité routière, qui aura monopolisé l’attention.

« De nombreux contrôles ont été réalisés, donnant lieu à 1564 verbalisations pour excès de vitesse. D’importantes opérations de contrôle (18) ont également été menées, par rapport aux cambriolages d’abord, n’en ont pas moins engendré 292 verbalisations de personnes en infraction. »

Et la vitesse aura donc été mise au banc des accusés. Ici (RDN7, aux abords de la chapelle Cocteau), là (autour du Counilier) ou encore là (chemin du Casteu).

Des écluses ont été installées chemin du Casteu qui, si elles n'apportent un satisfecit total, ont permis d'atténuer les polémiques qui perduraient depuis plusieurs années sur cette voie dangereuse

Vitesse et nuisances sonores au contrôle

Le maire David Rachline en profitera pour rappeler l’efficacité des radars pédagogiques. « Avec l’intervention des forces de police, il n’y a même que ça qui semble fonctionner », et d’annoncer, « puisque ces radars pédagogiques sont amovibles, nous allons déplacer celui route de Cannes, face au camp Igesa, pour le ramener aux abords des commerces ».

Et de continuer, à propos du chemin du Casteu où, rappelons-le des écluses ont été installées pour réduire la vitesse sur cet axe très sinueux, « je juge l’action publique aux résultats. Sans doute cette solution des écluses n’est pas idéale, il n’empêche qu’on n’enregistre plus d’accidents et que nous ne recevons même plus de courriers en mairie par rapport à ce chemin. Maintenant, ici comme ailleurs, cela ne nous empêchera, avec les forces de police municipale, de renforcer les contrôles ».

Une prolongation des trottoirs (ici devant La Combe de Rome, face aux Jardins de César) est programmée sur le RDN7, plus précisément entre La Pinède Romane et Les Bosquets

Sur la vitesse donc, mais aussi sur les nuisances sonores, notamment des deux-roues, ou encore sur les incivilités avec la brigade environnement. Et « si les points de contrôle sont nombreux, c’est aussi parce que je n’ai pas hésité à augmenter le nombre de policiers municipaux, à renforcer leurs moyens d’intervention, parce que c’est important »

Les paramoteurs dans la ligne de mire

Autre nuisance sonore, celle engendrée côté lotissements Vert Estérel et Saint-Vincent, par la base de paramoteurs installée dans la plaine du Reyran, et le survol de ces engins sur les parties pavillonnaires. « Le maire que je suis a écrit au préfet qui est celui qui accorde les autorisations en ce domaine. Le seul écho que j’ai reçu en retour est que la situation resterait en l’état jusqu’au renouvellement de cette autorisation, qui doit intervenir en fin d’année. Alors mon avis sera requis, et je ne manquerai pas de faire savoir que la Ville émet un avis défavorable à ce genre d’activité en cet endroit précis. »

La base proposant des vols paramoteurs, installée dans la plaine du Reyran, cristallise les critiques

Un long chapitre sera également consacré à la voirie, et l’entretien de celle-ci dans un quartier qui s’apparente parfois à un labyrinthe de rues entre les différents lotissements. « Vous savez qu’un plan hiérarchisant les interventions à effectuer a été établi en début de mandat, expliquera ainsi Pierre-Michel Trénac, directeur des services techniques en mairie. Beaucoup de travaux ont ainsi été réalisés sur le quartier de Saint-Aygulf, où les 50 km de chaussée (le tiers du total sur la ville entière) apparaissaient très dégradés. Mais La Tour de Mare n’a pas été oubliée, à l’image du 1,230 M€ de travaux qui y ont été consacrés sur les cinq derniers exercices budgétaires, quasi également répartis sur chaque année. »

Un plateau surélevé sera prochainement apposé au droit du lycée Gallieni, avenue Lyautey, qui finalisera les travaux sur cette artère et permettra de passer la voie en zone 30 km/h

1,230 M€ de travaux sur voirie

L’occasion pour le directeur des services techniques d’énoncer une liste d’autres travaux à venir (250.000 € sont budgétisés en 2018 dans ce cadre), avec notamment la fin de la mutation de l’avenue Lyautey – « ne manque plus que le plateau à réaliser au droit du lycée Gallieni, qui permettra en outre de transformer cette voie en “zone 30“ (km/h, Ndlr) » –, la prolongation de trottoirs entre les lotissements Pinède Romane et des Bosquets, une autre sur la via Aurelia entre le rond-point et l’arrête de bus ou encore sur l’avenue Henri-Giraud, ce dernier point concernant surtout le quartier Gallieni…

Justement, après quelques jours de répit pour la démocratie locale fréjusienne, rendez-vous est maintenant donné le mardi 17 avril, non loin de La Tour de Mare, sur le secteur Gallieni - Valescure - La Magdeleine – ne l’appelez plus GaVaMa – et deux jours plus tard, le jeudi 19, à Caïs-Capitou.

Classé dans
Actualité générale