Feu de forêt à Fréjus : 80 hectares brûlés, le feu cerné avant la nuit mais pas fixé

01 septembre 2017

On se pensait, à tort, à l’abri. Après deux précédents fin juillet, le 24 du côté du rond-point des Harkis et des Arènes, le 25 entre les routes de Malpasset et du Gargalon, un nouvel incendie s’est déclaré hier, vendredi 1er septembre, en fin d’après-midi, aux abords de l’autoroute, peu après le péage du Gargalon. Rapidement, le feu, attisé par des vents pouvant souffler jusqu’à 60-70 km/h en rafales, a trouvé matière à se nourrir du côté de la Compostière du Reyran, avant de sauter la route de Bozon, atteindre les premiers contreforts de l’Estérel et grimper dans le vallon entre les routes de Malpasset et du Gargalon.

C'est dans le même secteur que le 25 juillet dernier que s'est déclenché le 3e incendie de l'été, hier vendredi 1er septembre en fin d'après-midi

D’énormes moyens étaient mis en œuvre, sous le commandement du colonel Richard Iskandar, pour tenter de contenir au plus vite ce feu, notamment aériens avec 2 hélicoptères bombardiers d’eau, le Dash 8, 6 Canadair ou encore 3 Tracker, sans compter les moyens au sol – jusqu’à 240 pompiers engagés, et 14 groupes divisés en quatre unités. De nombreuses casernes du Var (Bagnols, Les Adrets, Vidauban, Le Muy, Roquebrune, La Seyne, Sanary, Saint-Maximin, Cuers, Fayence) et également du “06“ (Grasse) ont ainsi été dépêchées en renfort sur zone pour constituer 14 groupes divisés en quatre unités de manière à cerner le feu.

Après avoir pris de la hauteur pour faire le point de la situation, le sénateur-maire David Rachline au briefing, ici avec le colonel Iskandar et le lieutenant Cuomo

David Rachline en hélicoptère
pour faire le point de la situation

Un objectif partiellement atteint aux alentours de 20h, comme le confirmait le colonel Iskandar, confiant mais loin d’être totalement rassuré. « Nous sommes en train de cerner le feu, nous allons essayer de le circonscrire mais il n’est pas encore fixé. Il n’est pas très grand, plutôt étendu. Mais le danger, maintenant, est qu’il reparte d’autant que nous n’avons plus les moyens aériens avec la nuit », confiait ainsi le responsable de l’intervention à sa descente d’hélicoptère alors qu’il venait de faire un vol de reconnaissance en compagnie du sénateur-maire de Fréjus, David Rachline, pour constater la situation. David Rachline était effectivement arrivé sur les lieux auparavant, avant de rejoindre le PC de commandement installé sur la nouvelle aire d’autoroute du Reyran, normalement réservée aux poids-lourds et réquisitionnée pour l’occasion.

D'importants moyens aériens ont été déployés sur zone avant la tombée de la nuit

Le PC crise ouvert pour préparer des repas

Alors que Patrick Renard, adjoint au maire, délégué à la sécurité, ouvrait le PC crise en mairie, avec Brigitte Lancine, également adjointe au maire, de manière à ce que soient préparés 280 repas pour nourrir pompiers et autres intervenants (CCFF, ONF) mais également police nationale et police municipale sous la conduite d’Hervé Eygazier et Érick Ulmer, le lieutenant Franck Cuomo, en charge de l’un des quatre secteurs autour du feu, avançait également avec circonspection quelques doutes sur le foyer “Ferro“ (Compostière du Reyran), toujours très actif. « On tape dedans, mais je n’arrive pas à le fixer pour l’instant », en dépit de l’aide très précieuse également des salariés de l’entreprise intervenant avec leurs tractopelles. « À tout moment, il peut y avoir des sautes de feu et de nouveaux embrasements. »

Si le feu ne peut être imputé à la Compostière du Reyran, sa proximité avec le point de départ du feu en a fait l'une des principales victimes

Alors que l’obscurité était tombée sur le secteur Malpasset-Gargalon, la nuit s’annonçait longue pour les 240 hommes déployés sur site, si ce n’est pour intervenir sur des reprises de feu, à tout le moins pour surveiller la zone.

Ph.C.

Revivez en images le troisième incendie de l’été à Fréjus

Classé dans
Actualité générale