Fréjus, Tabarka, Dumbéa : un week-end dédié au jumelage

18 novembre 2017

Cet avant-dernier week-end de novembre est très chargé pour la ville de Fréjus et comité de jumelage, en lice sur deux manifestations – dont il est d’ailleurs prévu qu’elles se croisent ce samedi soir – à Fréjus, mais également à distance, en Allemagne. À Triberg en effet, Fréjus et son premier magistrat sont représentés par deux élus, Patrick Renard et Lydia Rigaill, qui ont rallié la Forêt noire dans le cadre du Volkstrauertag, jour de commémoration nationale en hommage aux victimes de toutes violences, et notamment de toutes les guerres.

Mais l’actualité était surtout à Fréjus, avec d’un côté la réception ce samedi d’une délégation néo-calédonienne emmenée par le maire, Georges Naturel, accompagné de son directeur de cabinet et d’un adjoint, chargé de l’accessibilité et du handicap, de l’autre les célébrations marquant les 20 ans du rapprochement entre Fréjus et Tabarka, ville côtière du nord-ouest de la Tunisie, à une centaine de kilomètres de la capitale et non loin de la frontière avec le voisin algérien.

En attendant les municipales de mars 2018…

Il y a 20 ans en effet, voulu par le maire François Léotard et concrétisé par son successeur Élie Brun, était officialisé le jumelage Fréjus-Tabarka, 5e après Triberg (Allemagne, 1963), Fredericksburg (États-Unis, 1980), Paola (Italie, 1984) et Dumbéa (Nouvelle-Calédonie, 1985). De suite, le couple Ollivier, franco-tunisien – André, Fréjusien pure souche, et son épouse Saliha, née à côté de Tabarka –, symbolisant « on ne peut mieux le jumelage », en dira d’ailleurs avec humour François Léotard, veillera aux destinées de la section “Tabarka“. « Des échanges, culturels, ont eu lieu, avec des collégiens des Chênes et des lycéens de Camus, explique André Ollivier. D’autant que le maire d’alors, M. Hasnaoui, était favorable à ce type d’échanges. Beaucoup plus que ne le sera son successeur, M. Daboussi. » Pour autant, y compris pendant et après la “révolution de jasmin“ (2010-11), « le lien ne sera jamais rompu », et l’on attend désormais les premières élections municipales post-révolution qui devraient finalement avoir lieu le 25 mars 2018, et « peut-être porter aux destinées de Tabarka un premier magistrat à nouveau favorable », se réjouit Saliha Ollivier.

En attendant, les liens entre les deux villes méditerranéennes se concrétisent d’un côté de la Méditerranée à Tabarka, avec l’existence dune place de Fréjus marina, de l’autre côté dans la localité est-varoise avec le rond-point Tabarka – il dessert le centre hospitalier avenue Léotard, succédant au giratoire de Triberg, et précédant dans la continuité ceux de Fredericksburg et de Dumbéa – et un quai du côté de Port-Fréjus. Qui accueillera d’ailleurs une sardinade à l’occasion des 10 ans du jumelage… en 2007.

Difficultés administratives

Un moment privilégié car il est inutile de le cacher, et cela s’est encore renforcé depuis le début de l’actuelle décennie, il est toujours difficile pour les Tabarkois de venir en France… Des difficultés administratives, notamment pour obtenir un visa qui ont par le passé empêché des délégations de venir à Fréjus, et aujourd’hui encore contraint le conférencier qui devait venir évoquer les coraux dans le cadre de ces célébrations du 20e anniversaire à renoncer à son déplacement. Aussi la délégation tabarkoise à Fréjus ces jours-ci était-elle composée autour d’Ahmed Choubani, directeur régional de la culture, du seul Abdelkader Tabarki – « il est l’un de nos correspondants à Tabarka, et était déjà présent lors de la signature de l’acte de jumelage » – et de Soufiane Saidi, professeur de sport spécialiste de l’aviron et venu dans ce cadre.

Après une première soirée en la villa Aurélienne, marquée par une démonstration de danses orientales, un défilé de costumes traditionnels, une exposition photos préparée par Saliha Ollivier, et un film retraçant les premières heures de ce jumelage, de nouveaux évènements (conférence, récital de poésies) devait rythmer cette seconde journée avant un buffet oriental réunissant une cinquantaine de personnes, dont la délégation de Dumbéa.

Le jumelage, une vraie occasion d’échanger et partager entre gens et cultures du monde entier…

Retrouvez ici les images de cette journée dédiée au(x) jumelage(s)

Classé dans
Actualité générale