Sécurité : soutien et mobilisation après les récentes agressions contre les forces de l’ordre

09 janvier 2018

 

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, la police nationale est intervenue à Champigny-sur-Marne pour mettre fin à une rixe survenue à l’entrée d’une soirée privée. Un capitaine et une policière se sont retrouvés isolés et roués de coups par une dizaine de personnes. Cette agression, qui a entraîné respectivement 8 et 7 jours d’ITT, a été filmée, et la vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, lui donnant encore un écho supplémentaire, choquant et émouvant la communauté policière et la population dans son ensemble.

Ce mercredi 10 janvier après-midi, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, doit recevoir les organisations syndicales représentatives des forces de police pour revenir sur cette dernière agression de Champigny-sur-Marne, mais également
À l’occasion de ce rendez-vous ministériel, les fonctionnaires de police entendent réclamer la mise en place d’un dispositif qui leur garantirait une protection optimale dans le cadre de leurs interventions et contre toute forme d’agression.

Les organisations syndicales solidaires

Quelque 24 heures avant, l’unité SGP Police Force ouvrière, faisant notamment état d’autres récentes et similaires agressions – deux policiers et un pompier par deux individus ivres la nuit de la Saint-Sylvestre également, deux policiers frappés à Aulnay-sous-Bois le 2 janvier, quatre autres encore agressés et deux d’entre eux blessés lors d’un contrôle qui tourne mal à Argenteuil le 5 –, avait lancé un appel à la mobilisation et à une manifestation ce mardi 9 janvier, à partir de 12h, devant les services de police.

Appel entendu à Fréjus où une soixantaine de personnes et notamment des élus fréjusiens – Patrick Renard (adjoint à la sécurité), accompagné de ses collègues Christine Meunier, Brigitte Lancine, Christophe Chiocca ou encore Pascal Pipitone – ont rejoint des habitants devant le commissariat de Fréjus - Saint-Raphaël, rue de Triberg, pour afficher leur soutien aux forces de l’ordre dans leur ensemble.

S’il s’agissait bel et bien là d’une initiative d’un syndicat de police, d’autres forces syndicales (telles le syndicat Alliance, l’UNSA, voire encore l’Union départementale des syndicats FO des Bouches-du-Rhône) se sont associées à cette dernière, annonçant « être pleinement solidaires (…) face à une situation d’insécurité jamais connue pour l’ensemble des fonctionnaires de police et, plus généralement, pour tous les fonctionnaires dans l’exercice de leurs missions de service public ».

Classé dans
Actualité générale