Ski Half-pipe : Thomas Krief conclut la saison par un podium

12 mars 2019

Thomas Krief, lors des Jeux de Pyeongchang il y un an tout juste (photos JO © famille Krief)

S’il ne revient sur le devant de l’actuatité qu’une fois l’hiver venu – et encore uniquement est-ce lors des échéances olympique ou mondiale, et sans la renommée d’autres disciplines hivernales – Thomas Krief, spécialiste de half-pipe, s’est rappelé au bon souvenir de ses supporters est-varois en concluant la Coupe du monde de la spéciliaté sur la troisième marche du podium de l’étape (#4) états-unienne de Mamoth.

Originaire de l’Alpe-D’Huez, Fréjusien d’adoption, celui que l’on surnomme Toto (26 ans) conclut ainsi une belle saison où il comptera également une 6e place lors des derniers Mondiaux à Park City voici quelques semaines. Dans l’Utah, Thomas Krief accompgnait la médaille d’argent de son compatriote et chef de file de la discipline, son aîné de 4 ans, Kevin Rolland. Le Plagnard, champion du monde de la discipline en 2009, champion olympique en 2014 lors de l’entrée du half-pipe aux JO de Sotchi, chutait malheureusement en finale des Jeux de Pyeongchang.

Ligaments croisés des deux
genoux en janvier 2017 !

Des chutes – et surtout des blessures (graves) –, Toto en a connues. Deux saisons noires et une ville, canadienne en l’occurrence – Calgary – pas loin d’être devenue un lieu maudit pour Thomas Krief. À Calgary en effet, le natif de l’Isérois s’y faisait la clavicule en janvier 2016, avant “d’enchaîner“ avec une rupture des ligaments croisés des deux genoux un an plus tard.

Et lorsque l’on connaît les traumatismes subis dans ce genre de discipline extrême, avec de telles blessures, beaucoup auraient mis la clé sous la porte et ranger les skis au ratelier. Pas Toto ! Rappelez, dans Fréjus Le mag de mars 2018, avant de s’élancer dans la finale du half-pipe de Pyeongchang (il s’arrêtera malheureusement après une chute lors du run initial), le Fréjusien déclarait à notre consœur, « quand le chirurgien m’a dit que, si je faisais les choses correctement et dans l’ordre, je pourrais rechausser les skis pour l’échéance olympique, je n’ai pas réfléchi. Mon objectif était de pouvoir revenir à 200 % et me donner les moyens ».

Patience est mère de vertu

Un moral d’acier qui lui permet aujourd’hui d’avoir retrouvé une place au plus niveau de la compétition, et ce podium à Mamoth. « Il tombe à pic, a-t-il déclaré au site Ski Chrono, surtout dans des conditions pas optimales – je n’ai pas dormi de la nuit à cause d’une gastro. J’ai donné tout ce qui me restait pour aller le chercher. Ça fait du bien de finir la saison sur une bonne note (…) C’est l’aboutissement de deux ans de travail après mes blessures. Il est toujours compliqué de revenir mais ma stratégie (patience et un retour crescendo) était la bonne. Le bilan de la saison est très bon (5e au classement final de la Coupe du Monde, Ndlr). »

Rendez-vous à Pékin

D’autant que si son corps le laisse enfin tranquille, l’avenir s’annonce radieux puisque Thomas Krief n’aura 26 ans que le 5 juin prochain et donc 30 lors des JO de Pékin en 2022…
Forza Toto !

 

Le dernier podium de la saison : Thomas a eu la bonne idée de se glisser sur la 3e marche (à droite ; photo UNE © D.R.)

Classé dans
Actualité générale