Solutions apportées, problématiques soulevées : échanges constructifs à La Gabelle 

21 novembre 2018

C'était au tour de La Gabelle de recevoir le maire et ses élus. Mardi 20 novembre, le conseil de quartier présidé par Robert Florentin se déroulait à la salle Tassan de la mairie annexe.

Comme toujours, David Rachline accompagné de son adjoint au quartier Christine Meunier, a échangé avec les habitants sur les différents sujets en rapport avec la vie du quartier. Beaucoup de jeunes gens, de famille et actifs étaient présents pour venir débattre avec les services municipaux.

Sécurité : la délinquance persiste

C’est un fait, la délinquance est présente sur le secteur de La Gabelle. 67 faits de délinquance ont été comptabilisés par la commissaire Béatrice Fontaine, dont la moitié concernent les trafics de stupéfiants. « C’est une problématique réelle, elle crée de l’insécurité et gangrène la jeunesse, a déclaré la commissaire. Les habitants s’en plaignent beaucoup mais c’est la loi du silence, ils n’osent pas en parler ». Les trafics sont démantelés mais ils reviennent rapidement.

La violence urbaine a aussi été pointée du doigt : atteinte à l’autorité, incendies, jets de projectiles sur les pompiers, les forces de l’ordre et sur les habitants dans les maisons à l’arrière de la Gabelle.

Le centre social n’a pas été en reste en terme d’agressivité ce qui a entrainé sa fermeture et sa délocalisation. Au maire de répondre… « Même si je ne suis pas seul décideur dans cette affaire. Il ne m’apparaît pas opportun de sortir le centre social de La Gabelle. On va essayer de voir si des locaux sont disponibles en périphérie du quartier et si on n’en trouve pas, on utiliserait ceux qui ont toujours existé. Le centre social a perdu son agrément mais on travaille sur un nouveau projet. »

« Le maire est très sensible à la sécurité sur ce secteur », a souligné l’adjoint à la sécurité Patrick Renard. On a développé les caméras de vidéo protection, notamment rue Maurin des Maures. L’objectif de la vidéo protection est d’intervenir plus rapidement sur les lieux. »

D’autre part, trente véhicules ventouses ont été retirées sur le secteur de la Gabelle depuis le début de l’année.

Stationnement et voirie

La question des sens interdits a été posée. « Ils sont trop nombreux, on est obligé de faire le tour du quartier », lance une habitante. « Les sens-interdits ont été mis en place pour faciliter les passages piétons et pour créer des stationnements, a souligné le maire. C’était une volonté de la majorité des habitants qui nous a été remontée par le président du quartier. »

Travaux : rue du Pédégal

Il y a eu un certain nombre de mutations d’habitations dans la rue du Pédégal. Des constructions d’immeubles et des travaux d’eaux usées, potables et d’électricité étaient en cours. Il n’était pas possible de faire travaux de la rue avant la fin des travaux des immeubles. De fait, la ville a attendu mais à présent les travaux de la rue sont en cours de finalisation.

Entretien des rues et élagage

L’élagage est terminé à la jonction de la rue du Malpey et de la rue de l’Estérel.

Le réaménagement des espaces verts de la rue du Suveret est terminé comme demandé et les services de la ville ont procédé à un élagage doux permettant de préserver la santé des arbres. L’élagage doit se poursuivre « place Roumanie ».

Les encombrants stagnent dans le quartier

À La Gabelle, les encombrants sont ramassés tous les mardis, mais la problématique persiste. Les habitants ont souligné les dépôts sauvages de personnes extérieurs au quartier.

Sur ce point, le maire a apporté une réponse. « On a créée une brigade environnement qui surveille et verbalise les dépôts sauvages. Pour sanctionner, il faut prendre les gens en flagrant délit… En attendant, ce que je peux faire c’est vous retirer les encombrants le plus rapidement possible. En plus du prestataire chargé de ramasser les encombrants, on a créé un service municipal car il y a 20 tonnes par mois qu’il faut aller ramasser partout dans la ville ».

Vers un changement de nom du quartier

Le quartier de La Gabelle tient son nom d’une résidence privée. Les habitants souhaitaient lui trouver un autre nom et le président du conseil de quartier a lancé une enquête sur le sujet. Le nom de quartier Tassigny a retenu l’attention.

À David Rachline d’enchaîner : « Je ne vois pas d’inconvénients à un changement de nom. C’est à votre bon vouloir. Il faudrait procéder à une consultation plus large, installer une urne et prendre une décision début d’année prochaine. »

La maire a conclu en donnant des précisions sur le déploiement de la fibre optique. L’intégralité du quartier sera couvert par la fibre d’ici fin 2019.

Place aux questions diverses. Le prochain conseil de quartier se tiendra à Saint-Jean de Cannes, le jeudi 22 novembre à 18h30, à la salle polyvalente.

Retrouvez l'ensemble des comptes-rendus du cycle automnal des conseils de quartier sur la page dédiée ici >>>

Classé dans
Actualité générale