Sports - football et volley ce samedi 10 février : ça sourit pour l’Étoile, pas pour l’AMSLF

10 février 2018

 

Tandis que l’Étoile Football Club Fréjus – Saint-raphaël se défaisait non sans difficultés de la réserve olympienne (2-1), n’en réalisant pas moins au passage une excellente opération au classement, les volleyeurs de l’AMSLF se sont, comme on le craignait un peu, inclinés (0-3) en quarts de finale de la Coupe de France dans l’antre de Martigues !

Pas de miracle pour les volleyeurs amsélistes

Plus que jamais les hommes de l’entraîneur amséliste Loïc Geiler vont désormais se concentrer à temps plein sur les play-off pour tenter d’accéder en Ligue B. En attendant, ce samedi 10 février du côté du gymnase Julien-Olive de la cité martégale, « on n’a pas été bons, rien à dire de plus, de ils sont plus forts que nous », assénait sans concession le président Chassagnard pour évoquer cette défaite 21-25, 17-25 , 22-25 face au MVB.
Au passage, Martigues confirme néanmoins être au-dessus du lot dans cette division – ce que devraient d’ailleurs finir de démontrer les play-off qui débuteront le 24 février – et ne cache pas son ambition d’aller agrémenter sa probable future accession d’un autre titre, et « cette Coupe étant le chemin le plus court pour gagner un titre », assurait avant match sur les ondes de Maritima.Info le coach provençal Christophe Charroux.

Qu'il s'agisse de Ventresque (en haut), de Ducange et Pekmans (ci-dessus), les Martégaux se seront vraiment montrés supérieurs aux Fréjusiens cette saison

Le séjour fréjusien au cœur de la Venise provençale se poursuit néanmoins encore quelques heures, puisque l’AMSLF affrontera dimanche en fin de matinée (11h) et dans un match pour l’honneur, le perdant de l’autre quart joué à Julien-Olive, à savoir Épinal, dominé là encore sans surprise par Saint-Jean d’Illac, 1-3 (16-25, 25-21, 14-25, 18-25). La Coupe de France amateurs se joue en effet sous ce format, avec une “finale“ du week-end – en fait la demi-finale de la compétition – qui opposera donc en début d’après-midi Martigues et Illac, avec un billet pour la finale du 10 mars en jeu et, accessoirement, un avantage psychologique en vue des play-off…

D’avantage psychologique, il sera également question pour l’AMLSF face aux Spinaliens, quand bien même, on l’a dit, ce match ne revête aucun autre enjeu officiel. Mais les deux formations se retrouveront dès la 2e journée des play-off dans les Vosges l 3 mars, et comme le président a conclu son SMS, « il nous reste un match à gagner ». Réponse prévue pour le déjeuner dominical dans quelques heures…

L’Étoile, opiniâtre et récompensée

L’Étoile a longtemps cru, quant à elle, que cette équipe réserve de l’Olympique de Marseille, dont le succès (2-0) au match aller avait précipité l’annonce du retrait de l’entraîneur d’alors, Charly Paquille, se révélerait être sa bête noire de la saison. D’autant que face aux autres réserves de clubs professionnels, Monaco et Nice, le club est-varois n’avait guère davantage brillé, à tout le moins sur le plan des résultats (1-1 du côté de La Turbie, 1-2 face aux jeunes Aiglons).

Alors, quand Haddou a ouvert la marque pour les Olympiens dès la 10e minute, des sueurs froides sont passées dans le dos des supporters étoilistes. A fortiori dans une première période relativement insipide où les locaux ne parvenaient à être incisifs et à trouver leurs attaquants Saffour et Campeon, qui oubliaient pour leur part de se projeter vers l’avant.
Et puis, ces jeunes Marseillais, emmenés par les professionnels Boubacar Kamara et Yusuf Sari, valent à coup sûr mieux que leur actuelle place de relégables, très affûtés physiquement, rapides et agressifs (parfois à la toute limite, mais nullement dans un mauvais esprit).

Fort heureusement, sur un éclair, et une tête sur corner, Bellony Dumas allait remettre les deux équipes à égalité à la demi-heure (photo ci-dessous), avant que le match ne gagne vraiment en intensité en seconde période. « Sincèrement, on aurait mettre deux ou trois buts en deuxième période », questionnait comme pour se rassurer un Akim Orinel tout à fait réaliste à l’issue du match. Pourtant, un seul but sera inscrit, mais faisant largement le bonheur des Fréjusiens, par l’intermédiaire des remplaçants Gbizié, bien lancé par Diaw (80e).

C'est sur corner et à la faveur de cette tête en devançant le portier marseillais Romain Cagnon, que Bellony Dumas égalisait à la 30e minute de jeu pour l'Étoile alors menée depuis vingt minutes

Profitant du lourd revers toulonnais (0-3) à Grasse, des matches nuls de Bergerac à Hyères et Martigues devant Monaco (B), voire encore du report de la rencontre des extrêmes entre Tarbes et Colomiers, Fréjus gagne une place (5e) et un point sur le (nouveau) leader, Marignane-Gignac.

Une belle soirée finalement pour les hommes de Cabezas…

Et un Henry-Michel Gbizié plein d'opportunisme et de malice signait le but de la victoire à dix minutes du gong

Classé dans
Info en bref