Thomas Krief qualifié pour l'épreuve olympique de ski half-pipe de jeudi

20 février 2018

"Profite de ce moment-là ! Fais-toi plaisir ! Fais du beau ski ! Allez mon Toto" : les paroles du coach Greg Guénet résonnent dans l'aire de départ derrière Thomas Krief, 24 ans, Fréjusien d'adoption, alors qu'il s'élance pour son premier "run" de qualification de l'épreuve olympique de half-pipe. 
Dixième à l'issue de ce run inaugural, et malgré une chute sur le deuxième passage, le ticket d'entrée vers la finale est dans la poche. Finale qui se déroulera ce jeudi 22 février à 11h30, heure de Pyeongchang, dans la nuit, à 3h30, heure française.


"Jusqu'à la fin, nous avons tremblé, mais c'est bon ! Thomas est en finale !" Avec un sourire plein de bonheur dans la voix, Yann, le papa de Thomas, continue : "Thomas est parti le premier, donc pas facile au niveau de la notation des juges. Il chute sur son deuxième run. Mais on y est..."

"Je suis très content, déclarait "Toto" peu de temps après la course, Par rapport à ce que j'ai fait aux entraînements ces derniers temps, c'est vraiment le plus beau ski que j'ai produit récemment. Ça m'a mis en confiance. Au deuxième run, j'ai voulu aller chercher un score encore plus haut pour m'assurer la place en finale. Je me suis appliqué, j'avais de l'amplitude et, en bas du pipe, je pose un peu bas dans la pente. Je me suis fait un peu secouer mais rien de mal. J'essayais de me dire que je n'avais pas la pression car je n'avais pas d'objectif de résultat en arrivant mais, ces derniers jours, j'étais quand même tendu ! Je peux me dire que j'ai réussi mes JO, j'ai produit mon meilleur ski."

Dixième, "Toto" disputera donc la finale de jeudi en compagnie d'un autre Français, Kevin Rolland. Lui aussi a obtenu son billet grâce à une belle sixième place.
Cette place pour l'épreuve olympique est à elle seule une belle victoire pour ce sportif au mental d'acier qui revient de deux blessures : une clavicule en janvier 2016 à Calgary et deux genoux (rupture des ligaments croisés) en janvier 2017... à Calgary encore. "D'où ma satisfaction d'en être là aujourd'hui", ajoute Thomas.
À Pyeongchang, entouré de sa famille, qui a fait le déplacement pour le soutenir, Thomas est définitivement "prêt à produire du bon ski, mon meilleur ski."
La suite jeudi, au petit matin…

Classé dans
Actualité générale