Volley-ball : l’AMSLF s’avance ambitieuse pour la saison prochaine en Élite

29 juin 2017

 

 

S’il est une section de l’AMSLF où tous les voyants sont au vert, c’est bien le volley. Depuis trois saisons maintenant, et son titre de vice-champion de France Élite en 2014-2015 – faisant lui-même suite à une couronne nationale à l’échelon inférieur (N2) –, les volleyeurs fréjusiens marchent sur les traces de leur passé.
La saison qui s’achève en est une preuve supplémentaire, conclue par une 5e place au terme des play-off – qui masque mal cependant la 3e place obtenue par les Amsélistes sur les 8 matches de cette phase finale –, mais également de nombreux accessits glanés par les autres équipes du club. Car, et c’est là l’une des satisfactions du président Chassagnard, martelée lors de l’assemblée générale, et plus précisément à l’occasion du rapport sportif : « La quasi majorité des 17 équipes engagées dans un championnat ont su se montrer à la hauteur des objectifs fixés. » L’équipe fanion bien sûr, tant en championnat Élite qu’en Coupe de France (élimination en quarts de finale par le futur lauréat lozérien), mais aussi la réserve masculine par exemple qui, si elle ne pouvait toujours pas accéder à la N3 (sanction administrative de 3 ans, après son refus de repartir… en N3 lors de la saison 2014-2015) n’en avait pas moins acquis le droit sportivement, devenant championne de Ligue CA puis championne Paca, alors que les féminines, elles terminaient 3es de leur poule de Pré-Nationale !

Plus de la moitié des licenciés à l'AMSLF Volley cette saison avaient moins de 20 ans, ici les M13 garçons

51 % des 271 licenciés ont moins de 20 ans !

Et les bons résultats ont aussi imprégné les catégories jeunes, des M11 aux M17 en passant par une école de volley (40 enfants) omniprésente. « L’AMSLF est le 3e club du Var avec 271 licenciés. Et surtout sur ce total, plus de la moitié a moins de 20 ans ! »
Un autre satisfecit, que vient encore appuyer le label Club formateur excellence, attribué pour la 4e année à la structure fréjusienne ! « Notre volonté est qu’à terme, l’équipe 1 soit composée de 30 à 40% de jeunes formés au club, ce qui marquerait une vraie reconnaissance de la formation amséliste. »
À l’image du jeune Lucas Duquesne, 16 ans, pépite locale qui intégrera le pôle espoirs de Cannes à la rentrée. Ce qui en fait d’ores et déjà « l’un des 15-16 meilleurs joueurs de sa catégorie d’âge en Paca », se réjouit un Loïc Geiler conscient de détenir là un vrai talent déjà intégré aux trainings de l’effectif Élite, qui sera cette prochaine saison « titulaire en PréNat’ et invité sur les feuilles de match en Élite pour vivre de l’intérieur et apprendre ».

Un budget prévisionnel en hausse de 47 %

Fort de toutes ces satisfactions sportives, le volley fréjusien entend passer un nouveau cap dès la prochaine campagne. Annonçant, après un exercice 2016-2017 bénéficiaire à hauteur de 6596 €, un budget prévisionnel en hausse de plus de 47 % à 400.646 €, favorisé par une subvention municipale réévaluée et une « ligne “partenariat privé“, elle aussi en augmentation de l’ordre de 20 % », fait remarquer le président (50 K€ prévus contre 42 K€ réalisés cette saison). « La ville avait convenu d’accompagner la montée en puissance du volley, rappelle Fabrice Curti, adjoint aux sports représentant le sénateur-maire. Le maire et la municipalité ont dit qu’ils soutiendraient un sport collectif. Le volley est, en ce sens, l’un des moins onéreux, et d’autres arguments viennent encore appuyer ce soutien. Est-il ainsi besoin de rappeler que Fréjus et le volley ont une histoire, un passé commun ? Et puis, le président, le bureau, le staff construisent un projet club sérieux, avec une large part allouée à la formation et la jeunesse. Ce qui détermine le soutien de David Rachline et de la municipalité. »

L'AG a reconduit Éric Chassagnard à la présidence de la section pour trois nouvelles années

Objectif : la Ligue B !!!

Alors, dans une discipline où il convient d’annoncer en début de saison un éventuel objectif de montée en Ligue B, et de rejoindre les 23 clubs pros français – l’AMSLF pointe cette saison à la 28e place –, Éric Chassagnard et Fréjus ne se cachent pas. « Aujourd’hui, on respecte le cahier des charges (pour viser la montée, Ndlr) sur le plan administratif – avec un entraîneur à temps plein (ce sera le cas en ce début juillet), quatre joueurs sous contrat pro, un médecin et un kiné sous convention ou salariés du club… –, à nous de faire en sorte d’atteindre cet objectif sur le plan sportif. Ce que nous avions fait il y a deux ans… »

Et dans l’optique de cette accession, si ce n’est programmée, à tout le moins visée, le club de l’est-Var, qui enregistre un départ (le central polynésien Thierry Fauura, parti dans le Nord, à Bellaing) et trois arrêts – les “anciens“ Serge Libom (36 ans) et Sébastien Gambino (38 ans), retraités des terrains, alors que Quentin Chassagnard part vivre une expérience professionnelle au pays du Soleil levant –, annonce déjà trois recrues.

Dans le viseur de Loïc Geiler depuis quelques temps, le jeune passeur Corentin Suc rejoint les rangs fréjusiens la saison prochaine

Trois des quatre recrues déjà connues

L’ancien Poitevin (22 matches en Ligue A cette saison) Corentin Suc (*), que Fréjus « visait déjà voici deux ans », ancien partenaire d’Alexis Gras en équipe nationale jeunes, vient ainsi suppléer Nemanja Vidovic à la passe. Le pointu serbe Mihailo Pajic (1,95 m), inconnu en France – il arrive de Jedinstvo Stara Pazova (Serbie) – mais « qui a côtoyé Nemanja Vidovic en sélection jeunes », rejoint également l’effectif de Loïc Geiler, encore renforcé par un autre joueur de ce pays l’ex-Yougoslavie, mais plus connu et vu à Fréjus sous le maillot d’Alès lors des play off, le central de 2,08 m Stanislav Simin, qui compte 8 saisons en Ligue A (avec Ajaccio, Tours, Tourcoing ou encore Chaumont).
« Et nous travaillons encore à trouver un central pour remplacer Titi » (Fauura, Ndlr), conclut un Loïc Geiler déjà enthousiaste à l’idée de ce nouveau challenge, personnel – Geiler devient officiellement « entraîneur professionnel début juillet », quittant son « job dans un cabinet de géomètres » – mais aussi collectif, avec « cette volonté de rejoindre la Ligue B ».

Ici au contre face à Lorry Florent, le désormais ex-Alésien Stanislav Simin sera lui aussi Amséliste en 2017-2018

En attendant, d’ici la mi-août et la reprise de l’entraînement, l’AMSLF va profiter de vacances bien méritées…

Ph.C.

 • LE BUREAU RENOUVELÉ
Cette année étant élective, le bureau directeur de la section volley a été renouvelé. Y ont été réélus Guilaine Champion, Isabelle Chassagnard, Céline Laporte, Philippe Lavoye, Ludovic Tatinclaux, Kamel Tabamer et Éric Chassagnard, rejoints par deux “petits nouveaux“, Olivier Conte et Jacques Bourgeois.
Le nouveau bureau a reconduit dans leurs fonctions respectives de président et trésorier de la section Éric Chassagnard et Philippe Lavoye, et installé dans le fauteuil de secrétaire Olivier Conte.

• L’EFFECTIF AMSÉLISTE 2017-2018
Guillaume Vadon (29 ans, récep./attaquant, 1,84 m), Stanislav Simin (30 ans, central, 2,08 m), Mihajlo Pajic (27 ans, pointu, 1,95 m), Corentin Suc (22 ans, passeur, 1,87 m), Franck Vincenti (35 ans, libero, 1,90 m), Bastien Prévit (31 ans, pointu, 1,82 m), Alexis Gras (23 ans, récep./attaquant, 1,90 m), Lorry Florent (22 ans, central, 1,91 m), Pierre Vivier (25 ans, récep./attaquant, 1,93 m), Nemanja Vidovic (25 ans, passeur, 1,95 m).
Entraîneur : Loïc Geiler ; Assistant : Julien Laporte

(*) Retrouvez ici >>> l’interview accordée par Corentin Suc pour le compte du site internet de l’AMSLF volley

Classé dans
Actualité générale