Volley-ball (Élite masculine) - le bilan de l’entraîneur de l’AMSLF, Loïc Geiler, après la 1ère phase : « Là où l’on voulait être »

09 février 2018

C’est sous les yeux du maire de Fréjus, David Rachline, venu les saluer et les encourager, et par une 12e victoire (3-1 devant Grenoble) en 14 journées que les volleyeurs amsélistes ont conclu la phase régulière du championnat Élite samedi 3 février dernier.

Au terme de cette première partie de saison, les hommes de Loïc Geiler pointent dont à la 2e place de leur poule, derrière l’ogre martégal, l’équipe de Christophe Charroux étant la seule à avoir fait mordre la poussière au capitaine Simin et ses coéquipiers depuis le début de la présente campagne.

Avant l’intermède – et quel intermède ! – Coupe de France ce samedi 10, où l’AMSLF retrouvera Martigues dans le cadre du week-end quarts/demi-finales, Loïc Geiler fait le point à mi-saison.

Séduit, le maire David Rachline, qui salue ici le coach amséliste présenté par le président Chassagnard, a promis de revenir pour les play-off

Loïc, 2e derrière Martigues mais devant Mende, l’AMSLF est-elle à sa place à l’issue de la phase régulière du championnat ?
« Nous sommes effectivement là où nous pensions et voulions être. Certes, dans l’optique des play-off (*), nous aurions pu compter un ou deux points supplémentaires au vu des tie-breaks que nous avons concédés, mais au regard des circonstances et de la physionomie des matches en question, il n’y a finalement aucun regret. Maintenant, il faut rester dans cet état d’esprit qui est le nôtre depuis le début de saison, à savoir jouer chaque point, être sérieux y compris sur les matches dits plus abordables, et ne jamais rien lâcher.

L’équipe a semblé un peu dans le dur pour conclure cette première phase samedi contre Grenoble. Fatigue, décompression ?
Il est clair que ce match ne reflétait aucun enjeu comptable au classement, juste les enjeux en terme de statistiques que nous nous mettons nous-mêmes avant chaque rencontre. De ce point de vue, nous avons un peu lâché au 2e set alors que nous menions de cinq points, mais nous nous sommes bien repris ensuite en faisant 15 et 18 dans les deux manches suivantes.
Néanmoins, nous sommes, c’est vrai, un peu dans le dur physiquement du fait d’une charge d’entraînement conséquente actuellement, pour être au top et au meilleur de notre forme le 24 février (1er match des play-off contre Michelet-Halluin, Ndlr). Maintenant, si nous pouvons être en difficultés physiquement, nous n’avons pas le droit de lâcher dans la tête en revanche. D’où ce bémol sur le 2e set contre Grenoble mais, encore une fois, les garçons ont remis les choses à l’endroit ensuite.

Vous retournez à Martigues ce week-end pour les quarts de finale de la Coupe de France (**). Comment abordez-vous ce rendez-vous, a fortiori si vous n’êtes pas au meilleur d’un point de vue physique ?
Si nous avions été éliminés, nous aurions probablement conclu un match amical pour conserver le rythme. Là, même si nous ne sommes pas au taquet physiquement, on va se servir de ces deux matches (**) pour travailler. D’autant que l’on a là une super opposition, il faut l’avouer. Et puis, on va observer nos futurs adversaires de play-off, même si nous les connaissons déjà sur vidéo. Ce sera néanmoins l’occasion de conforter certains points de vue et puis, de se jauger contre Illac ou Épinal (**).

Avant, effectivement, de retrouver les Aquitains et Vosgiens en play-off… Justement, qui sera l’adversaire le plus dangereux, à supposer qu’il reste une place dans l’ascenseur vers la Ligue B, l’autre billet apparaissant réservé aux Martégaux ?
Ce week-end de Coupe devrait d’ailleurs confirmer la supériorité sur le papier de Martigues. À tout le moins montrer l’équipe dont le collectif est le plus en place sur le moment. Mais la vérité de ce week-end ne sera pas nécessairement celle des play-off.
Et maintenant, si nous avons la possibilité de nous qualifier, on ne va pas se gêner non plus. Cela ne nous ferait qu’un match supplémentaire sur un week-end qui sera “off“ sinon (la finale de la Coupe de France est programmée le 10 mars à paris, après deux tours de play-off, Halluin puis Épinal et avant Illac, Ndlr).

Saint-Jean d’Illac a fait le plein et compte déjà six points d’avance au classement des play-off (*). Un écart irrémédiable ?
Un écart important certes mais, maintenant, ils vont “se taper“ Martigues, Mende et le CNVB en plus de nous. Alors, loin de moi l’intention de dire que la poule A était moins forte car je pense que Michelet-Halluin, Épinal et même Amiens (avec l’ex-Fréjusien, Jean-Patrice Ndaki Mboulet, Ndlr) sont des équipes très homogènes et costaudes. Illac a (presque) fait le plein OK, mais au vu des vidéos, ils ont eu parfois de la réussite et aussi montré qu’ils répondaient présents dans le money-time avec nombre de sets gagnés à 25-23 (x2) ou 26-24 (x4), voire plus encore (28-26, x2). Et à l’inverse, ils perdent à Épinal 23-25 puis 13-15 les deux dernies sets. Maintenant, ils ont six points d’avance…

Ces play-off s’annoncent disputés et à suspens donc ?...
Complètement. Et c’est bien pour le spectacle. Ce sera une vraie bataille avec de gros matches tous les week-ends qui nous permettront de rester dans le rythme, pas comme sur cette première phase où nous avions parfois des séries plus… faciles. Il faudra être costauds, ça va être dur, mais on sera là… »


(*) Deux poules constituent le championnat Élite. Les quatre premiers de chaque poule se qualifient pour les play-off, conservant les résultats acquis contre les adversaires également qualifiés, les quatre derniers pour les play-down. Les deux premiers des play-off accèdent à la Ligue B, pour peu qu’ils aient annoncé leur intention en début de saison et présenté les garanties ad hoc demandées. Ce qui est le cas de Martigues, Illac, Mende et Fréjus (Beauvais est également dans ce cas, mais Beauvais jouera les play-down).
Saint-Jean d’Illac aborde ces play-off en position de force avec 5 victoires à 3-0 contre ses concurrents directs (Épinal 1 fois, Halluin et Amiens deux fois, soit 15 points) et un revers 2-3 à Épinal (1 point supplémentaire néanmoins). Martigues est 2e avec 14 points (3-1 contre le CNVB, 3-0 contre Mende et Fréjus, 3-2 à Mende et à Fréjus), et Fréjus suit derrière avec 10 points (3-1 au CNVB, 3-2 à Mende, contre Mende et contre le CNVB, 2-3 contre Martigues). Pour mémoire, l’AMSLF ne comptabilisait que 3 points au moment d’entamer la seconde phase l’an dernier.

Voici le calendrier de Fréjus sur ces play-off.

1ère journée (24 février) AMSLF - VC Michelet-Halluin 5e journée (7 avril)
2e journée (3 mars) Stade Athlétique spinalien - AMSLF 6e journée (14 avril)
3e journée (17 mars)  AMSLF - ASS SP Illacaise 7e journée (28 avril)
4e journée (24 mars) Amiens Métropole Volley - AMSLF 8e journée (5 mai)

Téléchargez ici >>> le calendrier complet des play-off et le classement


(**) En Coupe à Martigues. Vainqueur de Mende (3-0), tenant du titre, en 8es de finale le 6 janvier, l’AMSLF s’est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe de France amateurs, qu’elle disputera ce samedi à 20h à Martigues. Auparavant (à 18h), le gymnase Julien-Olivie de la cité martégale verra s’affronter Illac et Épinal. Les deux perdants se rencontrent (pour l’honneur) dimanche à 11h, les vainqueurs se retrouvant dimanche à 14h en demi-finale. L’équipe victorieuse affrontera le lauréat de l’autre poule “quarts de finale“, à Andrézy (Yvelines), avec les équipes d’Élite de Bellaing, Amiens et Michelet-Halluin, et les locaux de Conflans-Andrézy-Jouy VB (N2).

 

Classé dans
Actualité générale