Avec FREE, Fréjus roule électrique et écologique

La ville de Fréjus a décidé d’investir dans les transports en commun “propres“ pour permettre au public de rallier le centre historique et ainsi permettre de conserver, voire renforcer, l’attrait du centre ancien.
Alors que trois navettes électriques, prises en charge par la communauté d’agglomération, fonctionnaient déjà entre Fréjus et Saint-Raphaël, la ville a acquis trois bus propres supplémentaires au 1er trimestre 2010 pour désenclaver les quartiers et promouvoir le centre historique.
Ces bus électriques, financés par la ville de Fréjus, accessibles aux handicapés, restent intra-muros et relient, comme souhaité par les habitants lors des réunions des conseils de quartier, les principaux quartiers au centre historique.

Le bus électrique constitue souvent une réponse idéale à la plupart des besoins de transport des personnes, notamment en matière de transports en commun.
En France, 24 villes exploitent des bus électriques. Fréjus est l’une de ces villes et l’une des premières villes françaises à rouler propre. Et figure souvent, à ce titre, en exemple dans les revues spécialisées en la matière, dont celle d’EDF-DTVE, la branche Direction des transports et véhicules électriques d’EDF.

C’est d’ailleurs avec ce partenaire qu’une première expérience a été menée début 2005. Pendant une semaine, les voyageurs avaient été invités à tester le premier bus électrique mis en service entre la place Paul-Vernet à Fréjus et la gare routière de Saint-Raphaël.
Essai concluant puisqu’un an plus tard, et sur le même parcours, était officiellement et durablement mise en service la première navette électrique.
Depuis, Fréjusiens et Raphaëlois ont pris l’habitude de ces minibus qui relient sans bruit et sans aucune émanation les centres des deux cités.
Et, avec ces quatre navettes supplémentaires, trois lignes proposant un circuit chacune, la ville de Fréjus devient tout bonnement le premier réseau de France en termes de lignes de transports en commun en navettes électriques !