Plages de Saint-Aygulf : les troupes interarmées déploient leurs forces

10 octobre 2019

Un exercice militaire interarmées d’envergure s’est déroulé ce mercredi 9 octobre, au long du littoral raphaëlo-fréjusien. Cette opération baptisée exercice SKRENVIL, organisée conjointement par la Marine Nationale et la 6blb (6e brigade légère blindée) de l’Armée de Terre, corps auquel appartiennent notamment le 21e RIMa de Fréjus, mais également des régiments d’autres compagnies, tels un détachement du #1REG (Régiment Étranger de Génie) de Laudun-l’Ardoise.

Le Dixmude, porte-hélicoptère amphibie, est l'un des nouveaux fleurons de la Marine française

Parmi les moyens maritimes
les plus sophistiqués

Outre ces quelque 700 à 800 hommes, l’exercice SKRENVIL a déployé d’importants moyens maritimes amphibies. Emmené par le DIXMUDE (porte-hélicoptères amphibie, PHA), l’un des fleurons de la Marine française – « l’un des plus important et mieux équipé bâtiments français derrière le porte-avions Charles-de-Gaulle », confie ainsi le responsable communication de la Marine nationale – escorté de sa frégate multi-missions de protection, le LANGUEDOC, ou encore l’EDAR, engin de débarquement amphibie rapide.

L'EDAR, engin de débarquement amphibie rapide, permet de faire accoster (ou remarquer) en toute sécurité des moyens matériels et également humains

L’EDAR est parallèlement l’un des derniers nés de la Marine, qui possède cette particularité d’être à la fois amphibie et pouvoir aborder une plage (ou un site similaire) pour permettre en toute sécurité et stabilité le débarquement d’engins et autres véhicules, et de se rehausser au large pour se poser sur ses deux coques et devenir un catamaran alors beaucoup plus rapide.

Cette opération avait en fait débuté dès lundi du côté de Toulon, base du Dixmude, avec l’embarquement des différents régiments, avant de mettre le cap sur l’est-Var. Et c’est ce mercredi qu’avait lieu l’exercice SKRENVIL proprement dit.

Premier rendez-vous était donné au Dramont en matinée, avec l’embarquement des autorités civiles telles le sous-préfet d’arrondissement de Draguignan, Éric de Wispeleare, entre autres accompagné de Charles Marchand, adjoint au maire, David Rachline, en charge des affaires militaires. D’autres élus locaux et de nombreuses personnalités militaires étaient également de cet embarquement.

Évacuation de ressortissants en terrain hostile

Le Dixmude prenait ensuite la direction des plages de Saint-Aygulf. L’y attendait le reste des troupes, en charge de sécuriser la zone. Mais également des soldats jouant le rôle de ressortissants devant être évacués. « Cet exercice s’effectue en deux temps, précisait encore le porte-parole communication de la Marine. Tout d’abord débarquer des engins pour aménager la zone de débarquement, la plage en l’occurrence, poser de larges filets métallisés au sol pour stabiliser l’évacuation. D’engins mais surtout de ressortissants qui attendant pour l’instant, sous la tente, où ils sont pris en charge par tous les responsables, sanitaires et autres. »

Le Dixmude a remplacé feu le TCD Foudre !

Charles Marchand évoquait quant à lui l’opération de l’intérieur. « Le Colonel Frédéric Edel, chef de Corps du 21e RIMa, nous a informés du déroulé des opérations. Nous avons été accueillis par le Pacha (le Capitaine de vaisseau Nicolas Rossignol) du Dixmude, au PC opérationnel du navire d’où était orchestré l’ensemble des opérations entre les trois forces armées, l’Armée de terre, la Marine et l’Aérien. »

De nombreux promeneurs et curieux ont assisté depuis le parking à ces opérations de débarquement, et pu notamment admirer (fut-ce de loin) le Dixmude, porte-hélicoptères amphibie, admis au service actif en 2012, qui avait remplacé l’ancien bâtiment filleul de la ville de Fréjus, le TCD Foudre (Transport de chalands de débarquement).

Sa première partie de mission accomplie, l'EDAR regagne le large

Classé dans
Actualité générale