Alain Bianchi, dix ans déjà…

11 juillet 2020

Funeste 11 juillet 2010. Un dimanche, à l’aube d’un été à peine entamé. La nouvelle, terrible, tombe : Alain Bianchi est décédé. Difficile à croire. Plus encore lorsqu’on annonce la raison de cette disparition aussi brutale. Un arrêt cardiaque alors qu’Alain était en sortie VTT !

Comment ? Alain, un arrêt cardiaque ?? Lui, le sportif, coureur à pied, vététiste, sportif accompli ??? Un arrêt cardiaque ???? À 56 ans ?????

Aujourd’hui encore, alors que ce samedi 11 juillet 2020 marque un triste anniversaire, celui des dix ans de la disparition d’Alain, nous avons encore du mal à y croire. Pourtant, la réalité est bien là, qui a enlevé Alain aux siens, sa compagne Agnès, ses enfants, Aline et Benoît, toute sa famille…

Alain Bianchi était également un coureur... à pied émérite, ici lors de deux éditions différentes du Cross Nice-Matin

 
Fréjus, capitale mondiale
du VTT grâce à lui

S’il était aussi connu, si son soudain décès a autant surpris qu’ému, c’est qu’Alain Bianchi était l’un des personnages les plus influents de la ville de Fréjus. En moins de 15 ans, celui qui était directeur de la Base nature et des grands évènements de la cité romaine, était aussi et surtout celui qui avait élevé la Roc d’Azur au rang de monument mondial, plus grand rassemblement planétaire du VTT.

Le Roc, Alain Bianchi, passionné de ce sport alors en plein vogue, était allé le chercher du côté de Ramatuelle. Plus exactement, l’avait ramassé à la petite cuiller à Cogolin. Né en 1984 de l’imagination de son vrai “papa“, Stéphane Hauvette, à Ramatuelle (avec 7 participants sur cette édition inaugurale), le Roc d’Azur “végétait“ faute de place sur sa terre originelle ramatuelloise.
Alors que le mountain-bike est devenu VTT, alors que cette nouvelle discipline sportive rencontre un essor mondial, le Roc déménagera à la hâte à Cogolin avec quelque 6000 participants pour cette édition 1996.

Avec Éric Davaine, le speaker officiel du Roc d'Azur

L’année suivante, pour la première organisation siglée Alain Bianchi, ce sont déjà 2500 concurrents de plus qui viennent découvrir le Roc “made in Fréjus“ (1997).  Plus 2000 une année plus tard et 10.500 participants en 1998 : le phénomène est lancé. Il ne s’arrêtera plus pour flirter avec les 15.000 inscrits et plus de 100.000 spectateurs sur la “semaine du Roc“.

Interviewé sur les hauteurs de Villepey, en plein balisage des épreuves du Roc

Monsieur Roc d’Azur !

On en était là ce dimanche 11 juillet 2010, au décès d’Alain Bianchi, trois mois avant la 27e édition, la 14e en terre fréjusienne, sur ce site unique qu’est la Base nature (et qui attirera cette année-là plus de 17.800 concurrents). En 13 années, Alain Bianchi aura donc emmené le Roc vers les sommets, devenant au passage Monsieur Roc d’Azur, “papa adoptif“ !
Le Roc, une épreuve qu’il chérissait plus que tout, pour laquelle il se donnait corps et âmes, stressé, stressant sur cette fameuse semaine mais tellement attachant. Préparant l’édition suivante sitôt la précédente terminée. Parcourant les sentiers des Maures et petites Maures à la recherche éternelle de nouveaux tracés, de nouvelles pistes, de nouveautés pour les amoureux du VTT, pros et amateurs mêlés, (con)courant, pédalant, souffrant côte à côte… Car là est aussi le sel et l’atout majeur du Roc d’Azur…

Une stèle hommage
à la Base nature

Aujourd’hui, Alain n’est plus. Mais le Roc lui a survécu. Emmené par Fred Salomone, propulsé directeur de course de l’épreuve dans ces tristes et délicates conditions. Mais Fred est de la même trempe que celui qui l’avait justement programmé pour lui succéder. Sans savoir que cela arriverait si vite…

Le 9 octobre 2010, en plein Roc, une foule émue, regroupée autour de la famille, rendait hommage à Alain Bianchi, découvrant une stèle en son honneur dans l’espace vert attenant à l’accueil de la Base nature (ci-dessus). Aujourd’hui, dix ans après, Alain Bianchi reste à jamais présent sur ce site.
Dans nos cœurs et nos pensées aussi... Plus particulièrement ce samedi 11 juillet 2020.
Dix ans déjà… Tchao Alain, on ne t’oublie pas…

Ci-dessus la page hommage que consacrera le magazine municipal, alors appelé Fréjus Infos, à Alain Bianchi en septembre 2010 (article téléchargeable ICI) L'une des dernières photos d'Alain, lors de l'assemblée générale de l'Amslf le 24 juin 2010, une quinzaine de jours avant...

 

Classé dans
Actualité générale