AMSLF volley-ball (assemblée générale) : « Une année qui va compter »

26 juin 2019

« Finalement, la moins bonne place obtenue par l’une des 15 équipes engagées dans un championnat aura été celle de l’équipe première masculine, puisque vous avez terminé 7es. » Bruno Cuisinier, nouveau responsable du club des partenaires de la section volley-ball de l’AMSLF (où il prend la succession d’Emannuel Murzereau, appelé à de nouvelles responsabilités dans un autre club de l’agglo) a marqué son intronisation au cœur du club fréjusien à travers ce qui était bien sûr une boutade, ce lundi lors de l’assemblée générale du volley.

Il part mais on ne tardera pas à le revoir à Sainte-Croix puisque l'ex-capitaine Stan Simin a trouvé refuge du côté de Martigues

Car, bien évidemment, la saison des troupes de Loïc Geiler fut en tous points exemplaires, avec un maintien acquis à quatre journées du terme de la phase régulière (dans une poule à 11 équipes, rappelons-le, ce qui situe d’autant plus haut la performance amséliste) et une qualification en play-off qui ne figurait nécessairement au rang des ambitions varoises. Mais on y reviendra.

La réserve revient en N3 !

Car l’AMSLF volley, on le sait, les présidents de la section (Éric Chassagnard) et de l’AMSLF (Hervé de Serna) y sont tout particulièrement attachés, dans la droite ligne de la politique sportive municipale encore, n’avait pas pour unique objectif de réussir son retour au sein de l’élite professionnelle du volley tricolore. Non, dans son rapport moral, l’inamovible président Chassagnard put s’enorgueillir des stats suivantes : « deuxième club du Var en terme de licenciés (211), dont la moitié (105) a moins de 20 ans, ce qui prouve encore que l’équipe “1“ est certes la vitrine mais pas la seule équipe du club. Avec 15 équipes engagées sur des championnats dont 10 équipes de jeunes. »

L'équipe réserve remonte en Nationale, avec des “anciens“ toujours “jeunes“, n'est-ce pas Florent ?

Signe encore de la qualité de la formation “made in Fréjus“ et de l’engouement du volley dans la cité romaine, « beaucoup de jeunes étaient présents à la reprise dès la dernière semaine d’août, gage d’une volonté exemplaire, et qui justifie un peu plus encore le Label Club Formateur excellence » que l’AMSLF volley a eu une nouvelle fois obtenu cette année.

Alors on ne s’étonnera plus de retrouver les équipes de jeunes au sommet de leur(s) division(s) départementale(s) – deux titres de champions départementaux pour les M13 filles et M17 garçons, plus une couronne de vice-championnes pour mes M15 filles –, deux autres titres du Var pour les seniors 3 masculins – qui accèdent en Régionale – et seniors 2 de Claudy Respaut, 1ers de Pré-Nationale, champions de Paca et qui acquièrent enfin le droit de (re)jouer en Nationale 3 ! Jolie perf’ des filles également, 3es de leur poule de Pré-Nationale, pas loin d’aller disputer l’accession en N3…

Nouvelle obtention du label
Club Formateur Excellence

Sans oublier de bons parcours en Coupe de France et une pléiade de sélectionnés, sans oublier encore un titre de champion de France UNSS pour le collège Villeneuve, drivé par un certain… Corentin Suc avec plusieurs sociétaires amsélistes !

Le collège Villeneuve de Fréjus a été sacré champion de France UNSS avec de jeunes Amsélistes (Julie, Clara et Ethan, + Emma en arbitre) et encadrés par un certain Corentin Suc

Alors, on l’a vu, tout est ok sur les parquets, surtout si l’on ajoute un Tournoi Rémy-Sicard, 16e du nom, toujours rendez-vous convivial et festif de fin de saison, décliné cette année en deux dates, une Nuit du volley (« qui a duré jusqu’à plus d’heure ») et un tournoi parents/enfants/éducateurs toujours aussi plébiscité.

Philippe Lavoye : 40 ans au service du volley…
et vive les tropiques !

Avec tout ça, manquerait que les comptes financiers soient dans le vert… Eh bien oui, ainsi que le démontrera le dernier bilan présenté en AG par le trésorier Philippe Lavoye, qui goûte désormais pleinement aux joies de la retraite avec son épouse et privilégie une partie de l’année à vivre sous les tropiques avec ses petits-enfants – et comme on le comprend…
« Après 40 ans au sein du club, de joueur à dirigeant, j’ai décidé de laisser la main, mais je resterai au bureau du club », déclarera Philippe Lavoye avant une vraie ovation qui ne manquait de standing que par le fait de la chaleur plaquant les corps à leurs sièges.

Philippe Lavoye (tout à droite, avec les anciennes gloires du volley fréjusien lors du dernier challenge Fabiani) laisse le fauteuil de trésorier mais demeure au sein du bureau du club amséliste. Hommage à ses 40 années de dévouement au sein du club est-varois

« Avec 561.840 € de dépenses, on réalise un bénéfice, petit certes, mais bénéfice tout de même, de 2407 €. » Une belle satisfaction qui montre encore une fois le sérieux au club en matière de gestion. Sans oublier un apport partenaires privés qui augmente et prouve l’intérêt que portent les entrepreneurs locaux et autres : « Nous étions à 71.000 € sur la saison passée, et nous sommes déjà à 90.000 € d’engagements certains sur la prochaine campagne », ajoutait ce mardi Alex Bonnard, membre du bureau. Et le budget prévisionnel pour la saison à venir « devrait de fait avoisiner les 600.000 € », certifie le président.

Éric Chassagnard mène toujours de main de maître les destinées du volley fréjusien et ne doute pas de le faire grandir encore un peu

Josias Paino défend les couleurs
des Samoa aux Jeux du Pacifique

Tout s’annonce donc sous les meilleurs auspices pour le volley fréjusien à l’aube d’une seconde saison en Ligue B, qui marquera sans nul doute un tournant dans l’histoire du club. Avec un effectif bouleversé – départs des pointus Mihailo Pajic et Bastien Prévit (Monaco, N2), du central et capitaine Stan Simin (que l’on retrouvera à Sainte-Croix sous les couleurs martégales), ou encore de Pierre Vivier qui n’en reste pas moins à l’AMSLF en qualité de secrétaire et toujours d’entraîneur.

Quatre arrivées viennent compenser ces départs : Jordan Corteggiani (Spacer’s Toulouse, LAM) et Julien Bernard (Rennes, LAM), l’Espagnol Daniel Maccaro Tortajada et le Canadien Jordan McConkey, dont on reviendra sur les profils personnels dans un prochain article.

Enfin, un dernier mot sur le jeune et prometteur central Josias Paino, qui a fait des heures supplémentaires ces dernières semaines avec son coach, Loïc Geiler, avant de gagner l’autre bout de la planète pour y disputer (avec son cousin d’ailleurs) les Jeux du Pacifique avec la sélection des Samoa. Bonne chance à lui !

Le jeune central Josias Paino ne manquera pas de ramener une enrichissante expérience de sa sélection avec les Samoa pour disputer les Jeux du Pacifique

Classé dans
Sport