Après un été sur l’eau, la Brigade nautique rentre au port

30 août 2020

Lundi 31 août, fin de saison pour la vedette de la Brigade nautique de la police municipale qui boucle une nouvelle période estivale à surveiller le littoral fréjusien et les calanques aygulfoises, depuis le Pédégal jusqu’à la limite de la plage de la Gaillarde (sur la commune de Roquebrune).

 

Denis Brant, chef de service à la PM de Fréjus, est responsable de la Brigade nautique. Xavier Riff, policier municipal, est délégué à 100 % de son temps de travail sur la Brigade nautique en période estivale, relayé sur ses jours de repos par Raoul Regaieg ou Maurin Édon. Encore aidé par des ASVP – Agents de surveillance de la voie publique – saisonniers engagés du 1er juillet au 31 août, pour un ou deux mois selon les cas.

Ce matin de fin août, Xavier Riff est maître de bord, avec Kenza et Vincent, deux jeunes étudiants qui ont trouvé là un job d’été (presque) comme un autre.

La Brigade est « opérationnelle 7 jours sur 7, sur les mois de juillet et août, de 10h à 18h. Avec, a minima, deux personnes à bord, un policier titulaire et un ASVP », explique Xavier Riff, 19 étés à la barre du zodiac.

Cette baigneuse, nonagénaire, a son “rendez-vous quotidien“ avec la Brigade nautique tout au long de l'été...

Du rivage aux 300 m

Sa mission ? « Faire respecter le rôle de police du maire du rivage jusqu’aux 300 m, l’arrêté municipal qui entérine le plan de balisage et que chaque utilisateur soit bien à sa place. »  

Une règlementation qui est d’ailleurs parfaitement respectée et reconnue par beaucoup de ces usagers.

« Même si beaucoup de baigneurs pensent qu’ils ne peuvent dépasser la ligne des 100 m, ce qui est faux. Il n’y a pas de limite pour se baigner. Simplement, à l’intérieur des 100 m, la baignade peut être surveillée et surtout, les baigneurs y sont seuls. Entre 100 et 300 m, ils peuvent croiser tous les engins nautiques à petite vitesse. Au-delà des 300 m, ils sont à même de se retrouver au milieu de tout type de bateau, jusqu’à un paquebot de croisière. Dans l’absolu, rien n’interdit à un baigneur de gagner le Lion de Mer s’il le souhaite, même si, bien sûr, cela s’avérerait très dangereux et donc fortement déconseillé. Mais légalement, tout est possible. »

Plus de sécurité dans les calanques

La mission revêt un aspect plus sécuritaire encore dans le parc des calanques aygulfoises. « Il n'y a pas de surveillance des plages dans les calanques. Notre rôle là-bas est, je dirais, plus sécuritaire qu'axé sur les règles. »

Et lorsqu'un drame survient, la Brigade nautique prend toute sa part dans la mission de sauvetage aux côtés des pompiers, de la Gendarmerie maritime, de la vedette de la SNSM, on se souvient ici de toute cette famille de 9 personnes (dont 3 enfants de 6 et 7 ans), voici quelques saisons un jour de mauvaise mer (le 11 août 2016), naufragée et entraînée vers le large !

Les pratiquants de paddle
pas encore tous aux normes

Au final, « cette saison se sera révélée assez calme. Faite de prévention dans l’essentiel, de recommandations, de rappels à la loi, la vitesse de circulation des engins nautiques selon l’endroit où ils sont ». Et Xavier Riff de décompter, « un seul début de noyade (et c’est tant mieux), deux échouages de bateaux et l’interpellation d’un exhibitionniste du côté des Esclamandes ».

Les plus “réprimandés“ auront sans conteste été les utilisateurs de paddle. « Tout le monde peut s’en procurer un partout, c’est encore tout nouveau, et les utilisateurs ne connaissent pas la règlementation. Beaucoup partent ainsi de n’importe où du rivage, ou naviguent au milieu des ZRUB (en langage “balisage maritime“, Zone réservée uniquement à la baignade, soit la zone des 100 m, NDLR). Mais dans l’ensemble, pas de gros souci… »

Le chenal devant le poste de secours Capitole à Fréjus-plage, interdit aux baigneurs et réservé aux engins nautiques

« On connaît leurs habitudes »

Pour Xavier Riff, dont 2020 constitue donc la 19e saison dans la cadre de cette Brigade nautique, « chaque été est encore l’occasion de retrouver chaque année des habitués, à l’exemple de notre amie, Mme X, une nonagénaire que nous croisons tous les jours et que nous surveillons sur son parcours de nage, qui consiste à suivre la bande des 100 m depuis République jusqu’à Port-Fréjus et retour. Et elle nage ainsi deux ou trois fois selon les jours. Nous connaissons ainsi les habitudes de beaucoup de baigneurs que nous sommes contents de retrouver chaque jour, chaque été et nous nous inquiétons lorsque nous ne les croisons plus… »

Ce crâne luisant, c'est celui de Xavier Riff, après une 19e saison à orchestrer la sécurité sur le plane d'eau fréjusien et dans les calanques de Saint-Aygulf

De belles rencontres qui font du bien

Pour Kenza et Vincent, cet été en zodiac aura été l’occasion entre autres d’apprendre la règlementation de la navigation et « nous aussi de faire des rencontres », avoue Kenza, qui pense ici à ses amis de “Jet Évasion“, « qui ont connu un vrai drame cet été et de qui nous nous sommes énormément rapprochés ».

Ce lundi soir, la vedette de la Brigade nautique s’amarrera à Port-Fréjus pour la dernière fois de la saison, bientôt livrée aux petites mains des mécanos de la Ville avant de partir en hivernage. Kenza, Vincent et les autres ASVP retrouveront très rapidement leurs cursus étudiants, et Xavier Riff renfilera un autre costume au sein de la Police municipale fréjusienne. Avant de songer à la 20e saison sur l’eau l’été prochain !

Au-revoir et à l'année prochaine !

Classé dans
Info en bref