Assemblée générale de l’AMSLF : la formation, l’ADN de l’association fréjusienne

02 juillet 2019

Hervé de Serna se serait-il pris pour “Benjamin Button“, cet homme qui naquit à 80 ans et vécut sa vie à l’envers, magnifiquement porté au grand écran par Brad Pitt ? Toujours est-il qu’en conclusion, il se vit un peu plus vieux qu’il ne l’est réellement, clôturant sa5e assemblée générale personnelle, mais surtout la 72e de l’association en elle-même ! Avant d’être repris par Martine Bis, qui rectifia et ramena à 45 le nombre de ces AG.

L’AMSLF – Association municipale des sports et loirs de Fréjus – n’est donc pas si âgée que ça. Elle est même dans la pleine force de l’âge, avec cette année une augmentation de 8% du nombre des licenciés, à 4526 adhérents. Elle a même subi une cure de jouvence (économique) ces dernières années, pour sortir de la tutelle des banques et présenter, au 31 mai 2018, un solde positif de trésorerie à hauteur de 527.032 €. Lequel aura été utile cette année pour combler le léger déficit enregistré au 31 mai 2019, terme du dernier exercice comptable, s’établissant à quelque 40.000 € (39.131 € très exactement).

« Certes, nous présentons ce solde déficitaire au 31 mai, tînt cependant à préciser Hervé de Serna. Mais il faut savoir que nous n’avons pas intégré certaines subventions liées au volley-ball puisque nous ne les percevrons que plus tard. Nous rebasculerons donc dans le vert à ce moment-là. »

Voilà pourquoi, présentant ce rapport financier, Martine Bis ajouta, « l’avance de trésorerie que nous étions parvenues à construire va donc nous être utile pour amorcer le début de ce nouvel exercice comptable ».

Fin mai, les 2es rencontre inter-IME ont rassemblé plusieurs centres sur le site de Gallieni, un moment très chaleureux saluera l'adjoint aux sports, Fabrice Curti

« Lorsque j’arrive au cours,
les gens sourient »

Pour le reste, tous les voyants (ou presque) sont une nouvelle fois au vert pour l’association « premier partenaire du sport à Fréjus, soulignait Fabrice Curti, adjoint aux sports représentant le maire, David Rachline, empêché. Une association qui connaît une réussite presqu’insolente… On en viendrait même à la jalouser, tant elle porte haut les couleurs de la ville à travers le département et la région bien sûr, mais également aux plus hauts niveaux national et international ! C’est une grande fierté pour moi, lors de déplacements, d’entendre parler de l’AMSLF, de son esprit mêlant avec bonheur convivialité, générosité, partage, compétition, loisir… »

Alors que Cécile Ravanel se remet tout doucement de son grave accident de début d'année, Cédric son mari (en haut), vainqueur d'une manche Masters en EWS, et Antonin Vidal, dominateur en U21, continuent de faire briller les couleurs de l'AMSLF

L’AMSLF, c’est toujours cette grande famille qui participe du rayonnement sportif de la cité romaine. Hervé de Serna insistait sur cet état d’esprit, « l’adage dit de 7 à 77 ans, mais notre panel d’adhérents est beaucoup plus large encore, les plus jeunes sociétaires étant âgés d’à peine trois mois, les plus anciens dépassant les 90 printemps. À l’image de ce moment passé une nonagénaire à la GV qui m’a tout simplement rempli de bonheur, en me disant “Moi, lorsque j’arrive au cours, les gens sourient“. Ce n’est pas grand chose mais c’est tellement en même temps ».

Et surtout, cela reste l’ADN de l’association. « Certes, il y a le haut niveau, illustré par l’équipe pro de volley en Ligue B, par nos boxeurs, nos athlètes, nos nageurs, nos handis. Ou plus tard peut-être par les équipes de basket et de hand qui ont plutôt étonné en pré-nationale cette année et peuvent briguer une potentielle accession la saison prochaine. Mais à une condition : que les jeunes qui forment l’ossature de ces équipes reste à Fréjus ! »

L'AMSLF s'était investie dans une section de rugby féminin, mais le Carf voisin est venu se servir au sein de la section fréjusienne. pas très sportif !

Rugby féminin : l’inélégance du Carf !

Le président ne veut plus se faire avoir et constater la disparition de sections au sein de l’association, faute de pratiquants. « Je pense ici au rugby féminin où le club voisin du Carf avait promis de ne pas créer de section pour les filles justement, avant de se raviser et nous “piquer“ de façon pas très jolie la majeure partie de nos féminines », « Draguignan ramassant les miettes pour finir », ajoutait Xavier le Draoullec, impliqué dans le projet aux côtés des frères Thomas et Mathias Garcia.
Autre section disparue, mais pour des raisons toutes autres, le Club nautique, absorbé dans le cadre de la réorganisation de l’École municipale de voile avec la création de la base nautique Marc-Modena.

La natation fréjusienne sera largement représentée aux championnats de France jeunes du 11 au 14 juillet à Tarbes, avec sept représentants et de belles chances de médailles

L’implication de la Ville

Aux commandes de l’association municipale depuis cinq ans, Hervé de Serna se félicitait encore de la stabilité des effectifs pour 4 sections, d’une hausse pour 22 d’entre elles, et d’une baisse pour les 2 dernières. Avec « 49 % d’enfants, 51 % d’adultes et presque la parité (46 % de femmes, 54 % d’hommes) ».

Alors que s’annoncent peut-être des changements d’ici à la prochaine AG – puisqu’il y aura les élections municipales entre temps, en mars 2020, et que l’AG 2020 sera elle-même élective – l’heure était donc au bilan, tant pour Hervé de Serna, saluant « l’homme et les qualités humaines et passionnées de Fabrice Curti, avec qui nous avons appris à nous découvrir au fil de ces cinq années », que pour l’adjoint aux sports, se lançant dans une longue diatribe.

« Les débuts ont été délicats, il fallait remettre de l’ordre, notamment dans les finances. La subvention municipale avait été quelque peu rabotée en début de mandat, mais les efforts de tous ont permis d’inverser la tendance. Et aujourd’hui, dans la mesure de ses moyens, la Ville soutient plus que jamais l’AMSLF. D’un strict point de vue financier (1,350 M€ de subventions municipales), mais également à travers les mises à disposition, les prêts de salle, les investissements en matériels – le praticable de la salle de gym Jo-Tedesco a été changé cette année pour une somme de 40.000 €, l’ensemble des travaux et autres interventions… »

Classé dans
Sport