Athlétisme - AMSL Fréjus : Stéphane Valenti est rentré chez lui et se remet doucement

31 décembre 2020

La nouvelle en a surpris, voire choqué, plus d’un voici quelques semaines quand l’on a appris – certains directement, un plus grand public par voie de presse à travers un article de Paul Delomel dans le quotidien local – que Stéphane Valenti, victime d’une hémorragie cérébrale, était hospitalisé à Sainte-Anne (Toulon) depuis début décembre.

Et puis, tous, fatalistes, de se dire, « comme quoi, nous ne sommes rien, tout peut arriver d’un instant à l’autre ». Mais il est vrai que lui, Stéphane Valenti, athlète accompli, toujours au plus haut niveau national, voire mondial à 40 ans passés, athlète “fit“ s’il en est, à l’hygiène de vie irréprochable, bref, personne ne s’attend à apprendre de sérieux problèmes de santé.

Stéphane est rentré de l'hôpital dimanche dernier, et a pu retrouver sa petite famille, autour de Manuella son épouse, et ses deux petites filles (photos © archives Ville de Fréjus et Facebook Stéphane Valenti)

À ce jour, Stéphane est rentré chez lui, à Fréjus, auprès de son épouse Manuella et de ses deux petites filles. Joint au téléphone, la voix est claire, posée, limpide, comme d’hab’ quoi. « Je suis rentré dimanche 27, comme il était prévu, raconte-t-il. En fait, les médecins avaient établi un protocole très strict et ils souhaitaient aller jusqu’à son terme pour ne pas craindre de récidive. »

Hémorragie cérébrale méningée
“sine materia“

Pour remettre en mémoire – ou apprendre à ceux qui ne savent pas encore –, l’athlète fréjusien, double champion du monde de duathlon par équipes en son temps, aujourd’hui reconverti dans “la seule“ course à pied et encore champion de France de cross Master en 2019 (à 40 ans tout juste), a été victime le dimanche 6 décembre à l’entraînement d’une « hémorragie cérébrale méningée (épanchement de sang dans le liquide céphalo-rachidien, Ndlr)  “sine materia“ », précise-t-il, c’est-à-dire sans cause réelle. Je fais partie d’un très rare pourcentage de personnes à être victime d’un tel souci de santé ».

Reçu en mars 2019 par le maire David Rachline après son titre Master sur les “France“ de cross, puis à nouveau honoré la même année lors de la soirée du sport fréjusien, aux côtés d'Hugo Schropfer et Gustave Tamba

Car il faut savoir que ce genre de pathologie survient généralement à la suite d’une rupture d’anévrisme. Mais pas dans le cas du Fréjusien. « Non, ils n’ont décelé aucun anévrisme, aucune rupture d’anévrisme, pas de chute de pression artérielle, rien qui semble avoir causé cela… »

Et Stéphane Valenti de poursuivre, « des micro-vaisseaux qui saignent, ou qui pètent, sie cela t’arrive dans le mollet, ce n’est pas grand-chose. Tu as juste un peu mal. Là, cela s’est concrétisé par des céphalées brutales et intenses. Une douleur à l’avant du crâne au début, douleur inconnue qui s’est de suite propagée à l’arrière du crâne ».

Comme il l’explique lui-même, « j’ai eu beaucoup de chance. D’abord que mon frère s’entraîne avec moi ce jour-là, d’être sur la base nature, tout près des pompiers ensuite, d’avoir été suivi par un extraordinaire docteur à Sainte-Anne, le professeur Joubert ».

Au regard des examens, ce dernier a décidé de « laisser faire la nature, il n’a pas souhaité intervenir et m’opérer. Bon, j’ai vraiment eu énormément mal à la tête durant une grosse semaine, avant qu’effectivement, tout cela ne s’estompe. Mais il fallait suivre le protocole, avec une prise de constantes toutes les 4 heures, de jour comme de nuit, c’est pour cela que je suis resté à l’hôpital ».

Premier retour au stade et première sortie à vélo : le début d'une nouvelle vie

Un protocole spécifique

« Je suis toujours resté conscient, toujours debout également, continue encore Steph. Et c’est ainsi que je suis rentré à l’hôpital, d’habitude quand on est victime d’une rupture d’anévrisme, on rentre couché… » Tant et si bien qu’aujourd’hui, tout juste rentré de Toulon, Stéphane Valenti est (presque) déjà d’attaque. Il a ainsi fait son retour sur la piste du stade Gallieni, « j’ai fait quelques kilomètres, tranquille, comme ça », a ajouté une petite sortie à vélo « hier en effet, histoire de me dégourdir les jambes ». Mais « je ressens une vraie fatigue, reconnaît-il. Après, cela peut durer, cela peut aller plus vite, on verra… »

Nul doute que la physionomie corporelle, son passé (et présent) de sportif de haut niveau, son mental lui serviront à se sortir de ce mauvais pas. Même si, « au final, je ne sais pas comment je vais réagir psychologiquement. Quand on a un accident de santé comme cela, on relativise, il faut se remettre, accepter certaines choses… »

Ici en haut, Stéphane Valenti défend les couleurs de l'AMSLF depuis 1994 (on reconnaît, sous le bob, Yves Brénier, et Icham à sa gauche

Nouveau défi : président
de l’AMSLF Athlétisme

Stéphane n’en dira pas plus. Mais l’important est qu’il aille mieux, sinon bien, et qu’il se remette totalement.

Et même si l’objectif de sa saison hivernale semble désormais hors d’atteinte – « je voulais vraiment (re)faire quelque chose aux championnats de France de crosse en mars prochain mais, de toute façon, j’ai peur qu’avec le Covid, cette compétition et tous les championnats antérieurs n’aient pas lieu encore une fois » –, d’autres missions l’attendent, lui qui a succédé ces dernières semaines à Frédéric Roger aux commandes de la section athlétisme. « C’est un acte non réfléchi en fait. Je suis dans ce club depuis mes années cadets, depuis 25 ans. Il faut que ce club perdure, il est plein de vie, avec plus de 500 licenciés ! Quand tu vas au stade un mardi soir, que tu vois le stade plein de mômes, plein d’athlètes, malgré des conditions de pratique délicates, tu ne peux pas abandonner. Il fallait relever ce challenge : l’athlé ne s’est jamais aussi bien porté à Fréjus ! »  

Bonne année,
et surtout… la santé !

Et s’il ne veut absolument pas s’inscrire dans un contexte polémique, « je n’oublie pas de souligner et saluer le boulot de Fred, mon prédécesseur au poste, ni d’Hervé de Serna, à la tête de l’AMSLF ».

Un défi supplémentaire pour le quadragénaire le plus sportif de Fréjus : Stéphane Valenti a pris la présidence de la section athlétisme à l'AMSLF

Mais, pour l’heure, avant d’aller relever ces autres défis, le moment est plus que jamais bien choisi pour saluer l’un des meilleurs athlètes et sportifs fréjusiens, et lui souhaiter, parmi tant d’autres choses, une belle et heureuse année, et surtout… LA SANTÉ !!!

 

Classé dans
Sport