Athlétisme : Stéphane Valenti a aimé son premier semestre 2019 “tous terrains“

17 juin 2019

« En tout cas, ce début d’année 2019, je m’en rappellerai ! » Pas trop déçu, finalement, Stéphane Valenti de n’avoir réalisé “que“ 14’47’’89 sur les Régionaux du 5000 m piste samedi dernier à La Garde. Car cette marque n’en demeure pas moins la meilleure de sa (nouvelle) catégorie (les Masters) sur cette distance pour le Var.

Un record départemental qui vient s’ajouter aux meilleures performances varoises qu’il a collectionnées ces derniers mois :
• 8’36’’84 sur le 3000 m, 2e meilleure perf’ française de l’année en Masters… du moins jusqu’au dernier week-end puisque Lahcen Ait Hmid (Héricourt) est venu glisser un 8’34’’69 à Bron, à distance respective néanmoins de James Kibocha Theuri (8’30’’35) ;
• 29’42’’41 sur le 10.000 m, ce qui est là non seulement le record du Var, mais également la meilleur marque nationale sur cette année 2019, plus de 2’ devant son dauphin, le Mayennais Olivier Caillère ;
• 29’46, un chrono obtenu dès le 6 janvier dernier sur la Prom’Classic de Nice, alors que Stéphane était encore, (sur son bulletin de naissance) non un vétéran mais un senior -> il a fêté ses 40 ans le 12 janvier…

C'est à la Prom' Classic début janvier qua germé dans la tête de Stéphane Valenti (dossard 12) l'objectif d'aller chercher les meilleures performances de la toute nouvelle catégorie dans laquelle il court désormais, les masters

Piste, cross, retour à la piste !

C’est d’ailleurs du côté du chef-lieu des Alpes-Maritimes que l’idée d’aller chercher les records départementaux (voire nationaux) de sa catégorie a germé dans l’esprit de Stéphane Valenti, jamais à court de nouveau(x) challenge(s).
La meilleure preuve, après cet “apéritif“ sur route, le coureur fréjusien allait enchaîner une saison hivernale de cross, collectionnant les sacres départementaux et interrégionaux, un titre de vice-champion régional, mais surtout le titre de champion de France de la discipline sur le cross court à Vittel (ci-dessous) !!!

Une fois le beau temps revenu, Stéphane Valenti s’est reconcentré sur les épreuves sur piste alignant donc le 10.000 m à Pacé près de Rennes en avril, le 3000 m à Orange mi-mai et, enfin, ce record du 5000 m samedi à La Garde !

Puis record de la Montée du Vinaigre !

Et puisque ça ne suffit pas pour l’insatiable athlète amséliste, il a ajouté à sa collection 2019… le record de la Montée du mont Vinaigre, passant pour la première fois sous la barre de l’heure de course (58’29) sous une météo pourtant exécrable !

Et un record de plus ! Celui conquis, le 26 mai dernier, lors de la Montée du Vinaigre, en passant pour la première fois sous l'heure (58'29) pour gravir les 16,2 km !

C’est dire si Stéphane Valenti n’a jamais été aussi fort. Ou aussi jeune, c’est comme on veut. Notez ainsi que le 14’47’’69 obtenu samedi à La Garde – chrono à propos duquel il ne se montrait guère satisfait, « je pense avoir beaucoup mieux dans les jambes, mais les aléas du “taf“ font que je n’ai pas pu m’entraîner comme je le voulais ces derniers temps, d’autant que le vent s’est mis de la partie » –, n’est rien d’autre que la 2e performance française de l’année 2019 à 1’ tout rond du record du coureur de Décines-Meyzieu, Samir Tatah (14’46’’52, marque réalisée ce même 15 juin à Bron). Mais surtout le meilleur temps que lui-même n’ait jamais réalisé au fil de sa carrière !!!

Repos ou marathon ?

Maintenant, Stéphane s’interroge sur la suite à donner à sa saison : continuer ou penser à se reposer quelque peu pour préparer dans les meilleures conditions le marathon de Valence qui se disputera en décembre prochain.

Ah oui, on ne vous a pas dit ?
Stéphane est également un adepte du “longue distance“. À son actif, huit semi (meilleur temps à 1h06’10 à Nîmes en 2013, 17’’ devant son 2e chrono… à Valence fin octobre 2018) et quatre marathons, dont ce 2h21’37 à Berlin en septembre 2013. Pour info, les meilleures perfs françaises sur les 42,195 km sont à mettre à l’actif, chez les vétérans, du Bèglais Mohamed Ezzher (2h10’32) puis du Manceau Hamid Belhaj (2h14’32). D’ici à ce que Stéphane aille taquiner ces chronos…

Stéphane, ici sur le semi de Valence en octobre dernier, devrait retourner en Espagne et dans la capitale de la province éponyme en décembre prochain, mais pour y courir le marathon cette fois-ci

Classé dans
Sport