BOXE - Tamba défend sa couronne nationale : force tranquille à l’extérieur, le feu à l’intérieur

14 novembre 2019

Il arrive, décontracté, éternel sourire aux lèvres, saluant le président Antoine Curti, ses compères de la salle Pierre-Argenti où il a commencé à taper le sac… Apparemment cool, tranquille… même si l’on sent déjà poindre, à une semaine du grand rendez-vous une concentration qui se fait jour à l’intérieur, une motivation, un combat déjà dans les pensées.

Gus' MARVELOUS Tamba - Yannick Paget : la paire victorieuse (Photo de Une + N&B © Franck Cluzel)

Mais il est comme ça Gus’. Quand on commence à le connaître, la décontraction a toujours fait partie du personnage. Pourtant, à l’aube de défendre sa ceinture nationale des poids super moyens (catégorie 76 kg), l’on sait qu’il est déjà fin prêt.

« T’inquiètes, j’ai retenu la leçon ! » 

Sortant d’une belle séance avec pour conclure, un bain froid, glacé pour raffermir les membres inférieurs et faire circuler l’acide lactite, soulager les courbatures, réduire la fatigue, il chausse les gants et commence, tranquille, à s’échauffer. Tout en devisant de sce rendez-vous tant attendu après l’épisode Matiouze Royer qui avait déclaré forfait (en juillet) à quelques jours du combat prévu dans ce même cadre.

Cette fois, c’est « dans une salle mythique, tu imagines, la salle Marcel-Cerdan de Levallois-Perret, où tant de grands combats de la boxe ont eu lieu » que Gus’ “Marvelous“ Tamba remettra officiellement et pour la première fois en jeu sa ceinture de champion de France professionnel conquise en mars devant le Nantais Shamil Ismailov. Une ceinture qui n’avait pas tenu à grand chose si l’on se souvient du pénible début du champion fréjusien, envoyé au sol, cueilli à froid par un crochet et compté.

Fort heureusement, « j’ai retenu la leçon, tu peux me croire, je ne ferai plus de type d’erreur ». D’autant que le 3e champion de France made in AMSLF (après Yannick Paget, deux fois titré, et Julien Chamayou) avait su rebondir dans la foulée et, à son tour, envoyé son adversaire (pour le compte cette fois) au tapis !

Lors du Gladiator l'été dernier aux Arènes, Gus' Tamba avait parfaitement négocié son affaire contre un boxeur que tout un chacun déconseillait pourtant à Yannick Paget de lancer sur le ring face à son poulain

Deux combats bien menés l’été dernier

Dans une salle francilienne où Tamba est sûr d’avoir un fort soutien entre famille et amis, il s’apprête dans la défense de ce titre à combattre un boxeur breton, originaire de Saint-Malo, nommé Steven Crambert ? “La teigne“ comme il est surnommé – normal pour un Breton, « mais je ne lui connaissais pas ce surnom », avoue Gus’ – même s’il se « souvient avoir croisé les gants avec lui » pour préparer une précédente échéance.

S’il est légèrement donné favori – de par les palmarès de l’un et de l’autre déjà (13 combats pros pour Crambert, 8 succès, 5 revers ; 15 duels dont 14 victoires et 10 KO pour le Varois) –, sait pouvoir profiter d’une plus grande puissance, d’une plus grande vitesse, le Fréjusien se méfie : « sur le papier, oui, c’est comme ça. Mais on sait aussi que tout peut arriver ».

Avec les faveurs des pronostics…
mais aussi la pression !

Et la pression sera cette fois sur le protégé de Yannick Paget. « Il faut confirmer, avoue Gus’. C’est plus difficile de garder un titre que d’aller le chercher. De montrer qu’il ne s’agissait pas d’une one-shot, d’un coup d’éclat et puis derrière, il n’y a plus rien. »

Mais un autre Tamba est né après cette victoire. Plus serein, plus mature à 28 ans, conscient que de belles années et perspectives s’ouvrent devant lui si victoire il y avait samedi à Levallois. Et « je sais que j’ai encore une marge de progression, je ne suis au sommet, je peux m’améliorer ».

Ce que confirme le mentor Yannick Paget. « Il a bien progressé déjà depuis le titre. Il a eu deux combats pas faciles, dans les Arènes en juillet où il écarte Ajetovic alors que personne ne voulait combattre ce mec et que tout le monde me traitait de fou parce que je le mettais sur le ring face à Gus’, ou même encore à Marseille un mois plus tard face à Shchelev. »

« Il a beaucoup mûri, confirmé » (Yannick Paget)

Là, Paget se satisfait d’une excellente préparation, « physiquement, il est bien, il a largement les 10 rounds dans le ventre, il n’y a pas de souci de ce côté. Et vraiment, il progresse à chaque sortie, il fait des erreurs, mais il corrige, il est très à l’écoute, c’est un bonheur de le driver ».

Bien sûr, en sport comme ailleurs, tout peut arriver. Mais, alors qu’il ralliera la région francilienne ce vendredi, Gus’ “Marvelous“ Tamba a tout ce qu’il faut dans les gants pour doubler la mise et ramener une deuxième ceinture nationale.
Force tranquille à l’extérieur, mais le feu qui bout à l’intérieur !


• Tamba sur Canal Plus Sports ? La défense de son titre national par Gustave Tamba face à Steven Crambert ne sera pas le combat vedette de la soirée concotée par le promoteur Malamine Koné dans le cadre de ce Main Event #8 ce samedi 16 novembre à la salle Marcel-Cerdan.
Car l’affiche de la soirée sera laissée à la défense de la ceinture WBA intercontinentale du prodige levalloisien (et grand pote de Tamba), Kevin Lele Sadjo. C’est d’ailleurs à son grand pote qu’a succédé au palmarès du championnat de France super moyens le boxeur fréjusien, un titre alors laissé vacant par Lele Sadjo.
La chaîne Canal Plus Sport retransmettra en direct l’événement, prenant l’antenne dès 20h30. Le combat du Fréjusien devrait donc être télévisé sur les antennes durant cette soirée.

Classé dans
Sport