Confinement, “urgence attentat“ : la police municipale assure et rassure

09 novembre 2020

L’assassinat du professeur d’histoire, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre dernier, et l’attentat mené ce jeudi 29 octobre à la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice, engendrant le décès de trois nouvelles personnes innocentes, ont conduit les autorités gouvernementales à place le pays au niveau le plus haut du plan Vigipirate, l’alerte “urgence attentat“.

Ce plan d’alerte, créé en 2016, correspond au troisième et dernier stade du plan Vigipirate, seuil de vigilance et de protection maximal. Il permet la mobilisation exceptionnelle de moyens pour prévenir les risques et diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise.

Les cimetières protégés
pour la période de la Toussaint

Dans ce cadre, David Rachline, maire de Fréjus, a immédiatement réagi et décidé d’augmenter les patrouilles de la police municipale autour des lieux de culte, cimetières (par rapport à la période particulière de la Toussaint et la plus grande affluence dans ces sites) et autres bâtiments publics. « Nous devons continuer de disposer des forces de sécurité nécessaires afin de protéger notre territoire et nos concitoyens, a ainsi récemment déclaré le premier Magistrat, qui a parallèlement doté de gilets-pare-balles les Agents de surveillance de la voie publique (ASVP), les gardiens de parcs et autres agents de la Brigade environnement.

« Conformément à ce qu’il nous a été demandé, je souhaite en effet mettre en avant l’engagement des personnels de la Direction de la sécurité publique dans le cadre de cette mesure “urgence attentat“, confirme son directeur, Hervé Eygazier. Et notamment l’attention toute particulière portée autour de nos écoles. Nous avons également renforcé nos patrouilles de surveillance, et la Police municipale se tient bien évidemment prête et réactive pour répondre à tout appel d’urgence. »

Tout ceci, nonobstant la situation sanitaire particulière actuelle et le confinement (re)mis en place voici une dizaine de jours maintenant, ou encore les autres missions de sécurité publique “plus habituelles et courantes“ que sont la surveillance de la voie publique, le respect, justement, des mesures Covid, la surveillance des marchés ouverts alimentaires et la sécurité des Fréusiens en général.

Au regard des effectifs, « la Direction de la sécurité publique est en mesure de réaliser la sécurisation de la mairie de Fréjus et de la cathédrale Saint-Léonce en point fixe », poursuit Cédrick Humbert, adjoint au maire délégué à la sécurité (des ERP entre autres) et prévention.

Missions “Covid“
et interventions courantes

Avant de renchérir, « la PM assure les patrouilles aux abords des sites potentiellement à risques, mais dont vous comprendrez aisément que nous ne vous donnions pas la liste ».
À cela, il convient encore de rajouter les missions et patrouilles de la « Police nationale, agents en tenue et en civil, sous la direction de la commissaire-divisionnaire, Béatrice Fontaine ».

Le dernier mot revient au Directeur de la sécurité publique, Hervé Eygazier, « l’objectif, pour la Police municipale et le maire bien sûr, est de mettre des policiers en arme sur le terrain, pour rassurer ici le personnel mairie, mais aussi de manière plus générale l’ensemble des habitants de la ville de Fréjus ».

 

 

 

 

Classé dans
Actualité générale