Décès de Daniel Casabianca : le volley amséliste pleure son sauveur

18 avril 2020

Il est des périodes où tout est difficile et paraît tellement injuste. La crise sanitaire que traverse le monde ces dernières semaines est de celles-là, emportant des milliers de personnes à travers la planète. Des disparitions qui, confinement oblige, se font souvent en catimini si l’on peut s’exprimer ainsi.

Homme discret par nature, il n'est que très peu de photos publiques de Daniel Casabianca, hors des coupures de presse. En haut, à la droite de Gérard Vincenti (au centre de la photo) lors d'une assemblée générale. Ci-dessus, accroupi en bas à gauche à côté de son fils Fabrice lors d'une accession de l'équipe réserve en N3...

La nouvelle de la disparition de l’ancien président du volley fréjusien, Daniel Casabianca, le 9 avril dernier, s’inscrit dans ce cadre. Celui qui, avec Gérard Vincenti, avait soufflé sur les braises de feu l’AS Fréjus Var VB (*), pour ranimer la flamme du volley sur la cité romaine.

« Daniel Casabianca a eu un rôle énorme pour le volley fréjusien, raconte Éric Chassagnard, l’actuel président qui avait pris le relais en 2000. Daniel et Gérard Vincenti étaient déjà des dirigeants de l’Amslf lorsque la section pro du volley – après un âge d’or d’une demi-décennie marqué par quatre championnats, cinq Coupes de France, une finale européenne, Ndlr – a déposé le bilan. »
Alors, « ils ont repris le club, sont repartis avec 70 jeunes, au niveau régional et avec surtout beaucoup d’incertitudes ».

Ce jour-là, inauguration par le maire de Fréjus et le président de la FFVB de la nouvelle salle Sainte-Croix aux couleurs du volley, un hommage avait été rendu au duo Casabianca-Vincenti, deux hommes, comme à leur habitude, perdus au milieu de toute la famille amséliste

Renaissance du volley
sur les cendres de l’âge d’or

Daniel Casabianca aura ainsi endossé le costume de président pour cette nouvelle aventure du volley fréjusien. « Mon fils Quentin a commencé le volley au club en 1994, c’est donc en tant que parent bénévole que l’on s’est rencontrés, poursuit Éric Chassagnard. Avant qu’il ne me demande de rentrer au bureau dans les années 1998-1999, puis de prendre sa suite à la présidence en 2000. »

À nouveau sur les rails, l’Amslf Volley remonte peu à peu la pente. Un retour dans l’antichambre de l’élite (N1) en 2000, une relégation en N2 cinq ans plus tard et un nouveau bail de cinq années avant de revenir en N1. Une décennie également marquée par les premiers fruits de la formation fréjusienne, à travers les Coupes de France ramenées par les cadettes (2003) et juniors masculins en 2009. Des résultats qui doivent également au travail mené après 1992 par le duo Casabianca-Vincenti et les bénévoles d’alors.

De par son métier, rapporte justement le président Chassagnard, « professeur de sports au lycée Saint-Exupéry puis à Camus, mais également responsable de l’UNSS volley, je pense qu’il n’y a pas un gamin qui a évolué dans tout l’est-Var qui ne soit passé sous ses conseils »

Beaucoup de ces joueurs (effectif 2000-2001, Nationale 1) sont arrivés au volley par le biais de Daniel Casabianca, dont son fils Fabrice (n°14)

« Tous les volleyeurs du coin
sont passés entre ses mains »

Si tout le monde savait qui était Daniel Casabianca, il en est un entre autres qui l’a bien connu, le trésorier actuel Olivier Conte. Sur le “Casa“ prof de sport, Olivier évoque « un passionné de sports. De foot qu’il a pratiqué à un très bon niveau, mais aussi de plongée, de ski et, bien sûr, de volley ! Il ne manquait jamais de faire venir un jeune à l’UNSS (c’est comme ça que j’ai commencé le volley avec son fils Fabrice), avant de le ramener au club. Il a glané plusieurs titres de champion de France volley en UNSS, en filles comme en garçons. Je me souviens particulièrement d’un titre en cadets qui s’est joué devant une salle Sainte-Croix dont les tribunes du bas et du haut étaient combles »… 

Daniel Casabianca est également à l'origine de la création de la section féminine, Voici un an tout juste, à l'issue du match de play-off contre Cambrai, anciens et actuels joueurs et joueuses s'étaient retrouvés, arborant des maillots de toutes les époques. L'image d'un club très famille...

Repartis avec des p’tits jeunes

Olivier Conte aura fait partie de ces jeunes qui ont poursuivi le volley en club, composant « une équipe de jeunes avec Fabrice Casabianca, Nicolas Malausse (cousin d’Alain Fabiani) ou encore mon frère… Ensuite débarqueront les Franck et Stéphane Vincenti, les frères Ludo et Jérôme Tatinclaux, Thierry Marenc »… Autant de noms et de personnes, toujours actives dans le volley ou… à la buvette les soirs de matches (petite blague) qui ont scellé le début du retour du volley fréjusien vers le monde professionnel.

Daniel « était aussi à l’origine de la création de la section féminine, pour beaucoup des compagnes ou femmes des joueurs que nous étions ». Outre Fabrice, la fille de Daniel Casabianca a également arpenté les parquets de Sainte-Croix et « aujourd’hui, sourit Éric Chassagnard, nous avons même la 3e génération avec deux de ses petits enfants ».

Le volley fréjusien renaît de ses cendres, et la salle Sainte-Croix redevient un bastion où les supporters répondent présents...

L’esprit club et famille
qui sied tant à l’Amslf volley

Autant d’éléments qui font aujourd’hui de Fréjus un club très apprécié du volley amateur et professionnel où il a retrouvé sa place depuis deux saisons. « Cet esprit club et familial qu’il avait insufflé avec Gérard Vincenti participent aujourd’hui de la place spéciale qu’a Fréjus dans le cœur des volleyeurs. »

À l’occasion de l’accession en Ligue B et de l’inauguration (après travaux) de la (nouvelle) salle Sainte-Croix voici deux ans, le maire de Fréjus David Rachline, le président de la Fédération Éric Tanguy mais aussi et surtout tout l’ensemble du club avaient salué le mérite du duo Casabianca-Vincenti d’avoir fait revivre le volley à Fréjus.

Aujourd’hui, c’est un autre hommage qui s’adresse tout particulièrement à Daniel Casabianca pour, même si sa disparition est peut-être passée quelque peu inaperçue, que le volley fréjusien et la ville de Fréjus n’oublient jamais son œuvre.

Beaucoup des anciennes gloires du volley fréjusien répondent toujours présents aux matches de l'équipe de Loïc Geiler. On reconnaît ici, lors d'un challenge Fabiani, Claude Chanou (ancien coach de l'équipe de France), Claudy Respaut (coach équipe N3 masculine), Jean-Marie Fabiani (ex-entraîneur Fréjus), Jean-Michel Clère (ex-joueur cannois), Gérard Vincenti, Alain Fabiani (pas besoin de présenter), Éric Chassagnard et Philippe Lavoye...

 

 


(*) La section volley-ball de l’Amslf est née en 1975, une année après la création de l’association municipale et multisports à laquelle elle est affiliée. En 1989, la section pro du club deviendra l’AS Fréjus Var Volley-ball jusqu’à son dépôt de bilan trois ans plus tard. La suite, on la connaît…

Un grand merci à Éric Chassagnard et Olivier Conte pour leur précieux concours dans la rédaction de cet hommage et le prêt des coupures de presse.

 

Classé dans
Sport