Des étangs de Villepey à playa Muchavista : 820 km à dériver en pleine mer…

06 mai 2019

Efectos de los ultimos temporales en el Mediterraneo. De la Costa Azul a la Costa Blanca. Traduisez, les effets des dernières tempêtes en Méditerranée. De la Côte d’Azur à la Costa Blanca…

Ce visuel est dû à un Espagnol, Jesus Navarro, qui l’a relayé sur le réseau Deskgram. Il montre deux panneaux des étangs de Villepey, emportés par les flots – peut-être cet hiver, peut-être auparavant – jusqu’à s’échouer sur une plage de la station balnéaire d’El Campello, dans la province d’Alicante. La ville même d’Alicante se situant une quinzaine de kilomètres au sud-ouest.

Photos © D.R.

De l’importance
de ne pas jeter à la mer…

Et pour info, par la mer, en chemin direct, ces panneaux ont été emportés par les courants sur quelque 820 kilomètres. Par la route, 1130 km et près de 11h séparent Saint-Aygulf de Playa Muchavista, la plage principale d’El Campello.

Voilà en tout cas qui fait réfléchir. Au fait que le monde est petit. À celui que les étangs s’exportent parfaitement. Et, si l’on se place sur un point de vue environnemental, au fait que tout ce que certains indélicats, Fréjusiens, touristes ou plaisanciers peuvent jeter à la mer ou par-dessus bord peut effectivement parcourir des kilomètres et des kilomètres en pleine mer ou plein océan.

Et s’il s’agit là de bois flotté en quelque sorte, il peut parfois s’agir de plastiques ou autres déchets beaucoup plus toxiques pour les fonds et l’environnement marins…

Ci-dessus, deux images de Playa Muchavista, qui permettent de reconnaître les contreforts et les montagnes qui, un peu à l'image de Fréjus et Saint-Aygulf, sont clairement visibles de la plage. Et qui permettent en quelque sorte d'authentifier cette découverte...

 

Classé dans
Actualité générale