École des Chênes : le vrai début de la fin…

03 septembre 2020

Tout le monde – en premier lieu les élèves qui ont clôturé l’histoire de l’école élémentaire des Chênes à la fin juin – se souvient des larmes de certains de ces élèves, qui prenaient alors conscience qu’une page de leur jeune vie se tournait.

Depuis le 1er septembre, les anciens des Chênes ont intégré leurs nouveaux locaux, à même pas 200 m à vol d’oiseau. Depuis hier, les démolisseurs sont entrés en action et les premiers pans de murs sont tombés aux Chênes.
Le début de la “vraie“ fin pour cette école de type “pailleron“ (*) qui date des années 1970, l’une des quatre plus importantes (300 élèves) de la ville de Fréjus avec Turcan, Fréjus-plage ou encore Aurélien.

50 années au service
des écoliers de Fréjus

Officiellement ouverte le 18 novembre 1969, en 50 années de bons et loyaux services, l’école élémentaire des Chênes aura donc vu passer des dizaines de milliers de Fréjusiens. Mais également des centaines d’instituteurs, devenus aujourd’hui professeurs des écoles.

Combien sont-ils à avoir emprunté chaque jour ces escaliers durant ces 50 dernières années scolaires ?... Bien malin qui pourrait le dire, mais à coup sûr des dizaines de milliers...

Et ce n’est donc sans doute pas sans une certaine émotion que tous ceux-ci voient aujourd’hui tomber les uns après les autres les façades de “leur“ école.

Mais ainsi va la vie… Et c’est véritablement une nouvelle page de la pourtant riche histoire de Fréjus qui se tourne, un livre qui se ferme pour de bon.

C'est TURCAN qui abat les CHÊNES : clin d'œil du nom de l'entreprise de démolition des Alpes-de-Haute-Provence en charge de ce chantier à l'ancienne école élémentaire

Dans quelques jours, il ne restera plus rien des Chênes, aussi solide et majestueux soit cet arbre qui aura donné son nom à l’établissement.

Via Aurelia : première nouvelle
école depuis Aurélien

Depuis 2008 et l’ouverture de la primaire Aurélien (maternelle + élémentaire), aucune autre nouvelle école n’avait vu le jour à Fréjus. Encore les conditions étaient-elles légèrement différentes puisqu’Aurélien ne “remplaçait“ pas un autre établissement mais venait compléter l’offre en la matière.

Cette fois, l’histoire n’est pas la même. L’école Via Aurelia, inscrite au cœur du Pôle enfance, vient bel et bien remplacer les Chênes… 

« Un seul coup de cognée ne suffit pas pour abattre un chêne », a écrit le dramaturge espagnol Fernando de Rojas dans sa tragi-comédie La Celestina. Ce jeudi 3 septembre 2020, un tractopelle et son énorme et impressionnante cisaille ont bel et bien fait tomber les Chênes…

Les IMAGES d'un pan de mur de l'histoire de Fréjus aux mains des démolisseurs...


(*) École de type “pailleron“. L'appellation “Pailleron“ a pour origine l’incendie, en février 1973, d’un collège situé rue Édouard-Pailleron dans le 19e arrondissement de Paris. Ce violent incendie, d’origine criminel, provoqua la mort de 16 élèves et de 4 adultes.

Les bâtiments de type “Pailleron“, construits entre 1960 et 1975, étaient réalisés selon le procédé “constructions modulaires“, bâtiments présentant les caractéristiques d’un procédé mixte comportant une structure métallique avec des panneaux de façade en béton, les toitures et les cloisons étant en panneaux de bois.
À Fréjus, l’ancienne école Giono était de type “pailleron“, tout comme l’école élémentaire des Eucalyptus à Villeneuve, dernier établissement du genre sur la commune.

Classé dans
Actualité générale