Eric Stoffel en résidence artistique à la Villa Aurélienne intervient auprès des scolaires et aux accueils de loisirs.

06 décembre 2019

Qu'est ce qu'une résidence artistique ?
       La résidence artistique est un projet porté par la Direction de l'Action culturelle et du Patrimoine avec les services Archéologie et Patrimoine et la Médiathèque Villa Marie. La Ville de Fréjus souhaite mettre en œuvre, dans le cadre de la convention Education Artistique et Culturelle (EAC) votée en 2018, une résidence artistique avec un auteur dessinateur de bande-dessinée. Ce dispositif permettra à tous les publics (familles, associations...) et plus précisément au public scolaire, péri-scolaire et extra scolaire, dans différents cadres (établissements scolaires, médiathèque, week-ends...) de rencontrer un artisted'expérimenter une démarche artistique et de se familiariser avec les structures culturelles à Fréjus. L'artiste élaborera  ainsi avec les personnels de médiation, enseignants, animateurs, un projet co-construit, permettant ainsi de partager sa démarche artistique avec tous les publics. 

 

La Résidence artistique est orientée sur la création et la transmission de projets prenant en compte le territoire de Fréjus avec un regard sur son histoire et son patrimoine. Elle abordera différents domaines culturels (livre, arts plastiques, patrimoine, histoire...).

 

Elle se déroulera à la Villa Aurélienne, durera 9 semaines et sera répartie en 4 périodes :

- du lundi 25 novembre au vendredi 20 décembre

- du lundi 13 au vendredi 24 janvier

- du lundi 6 au vendredi 10 avril

- du lundi 18 au vendredi 29 mai.

Au cours de ces périodes, l'auteur en résidence partagera son temps entre la création (d'une bande-dessinée) et la transmission auprès des publics scolaires.

Deux temps forts en janvier :

  • Nuit de la lecture le 18 janvier à la Villa-Marie à partir de 17h30.
  • Conférence du Patrimoine le 21 janvier à 18h à la Villa Aurélienne.

La Villa Aurélienne  se transforme en lieu de création de l'auteur ouvert au public afin que celui-ci puisse bénéficier d'un contact direct avec l'auteur et son processus créatif.

On peut évaluer jusqu'à 120h  de temps de transmission avec des séances réparties sur les 4 périodes. Les publics qui en bénéficieront sont :

- les élèves des établissements scolaires de Fréjus du 1er degré

- les élèves des établissements scolaires de Fréjus du 2è degré

- les enfants accueillis dans le cadre d'actions périscolaires

- les enfants accueillis dans le cadre d'actions extra-scolaires

- les publics adultes, jeune public, associations culturelles et artistiques du territoire via des ateliers adultes proposées à la Médiathèque Villa Marie, des portes ouvertes à la Villa Aurélienne, mais aussi par des conférences.

La Ville de Fréjus souhaite pouvoir valoriser les productions réalisées autour de la résidence artistique. Ainsi, tous les projets réalisés et finalisés par les différentes classes ou groupes, enfants et adultes, seront présentés et exposés lors de différentes manifestations dont des 'expositions, fête du périscolaire, sites du patrimoine....

 

 

Eric Stoffel

L'auteur en résidence est Eric Stoffel, né en 1962, ce physicien de formation est auteur professionnel, dessinateur, illustrateur, scénariste, coloriste, romancier jeunesse, directeur de collection éditions Idées Plus, responsablede la collection Pagnol aux Editions Bamboo, lauréat 2016 de l'Académie des sciences, lettres et arts de Marseille. Eric Stoffel est également Professeur d'Arts appliqués, intervient auprès des collèges, lycées, universités afin d'animer très régulièrement des rencontres, ateliers et conférences dans les domaines du dessin, du scénario, en histoire du cinéma. Ses influences : plusieurs auteurs de BD dont Calvo, Tillieux et William Vance, auteur de la série XIII.

Il est l'auteur de très nombreuses bandes-dessinées :

- historique Ad Romam sur les voies romaines aux Éditions du Rocher (7 tomes prévus, 5 publiés et le 6è consacré à celles de Fréjus), La saga des Grimaldi (en cours de réalisation Éditions Glénat), Maginot (Editions du Rocher, en cours de réalisation), Collection Plein Vol sur l'histoire de l'Aéronautique (Editions Idées Plus), notamment La Patrouille de France (depuis 2013), Histoire de l'Aéronautique (depuis 2008), Capitaine Guynemer (2017), L'ALAT les anges gardiens (2018 - relatant ce que font actuellement nos forces spéciales au Mali)),Gueules rouges (2018) sur l'histoire des mineurs de bauxite du Var.

- littéraire Collection Pagnol (Editions Bamboo - Grand Angle), dont il est le responsable et le coscénariste de l'adaptation BD des oeuvres de Marcel Pagnol. 14 ouvrages sortis à ce jour (La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, Topaze, Merlusse, Jean de Florette T1, Le Temps des amours...)

- jeunesse Les Minots (football, Editions César), Tinyas (Editions du Soleil),

- ados - adultes Fantastique SF Arvandor (3 tomes), Pandora (4 tomes) aux Editions Vent d'Ouest,Maledictis (Editions Clair de Lune), Derm (Editions Delcourtà) ou bien encore Oukase (4 tomes aux Editions Bamboo)

UN PROJET DE CREATION PERSONNEL 

 Eric Stoffel, tout au long de ses semaines de résidence, axe son projet sur :

- le temps de transmission (milieu scolaire, péri et extra scolaire ) qui s'articulera sur  : 

  •    des ateliers découvertes de la BD, de l'apprentissage de la conception de planches (plus précisément la partie recherche d’information, documentation, écriture du scénario, des dialogues et travail graphique). Les thèmes seront pris en écho sur l’Histoire de Fréjus.
  •    des ateliers plus spécifiques sur le travail de documentation, de conception des storyboards, le scénario et le dessin.
  •    des interventions expert conseil pour un projet plus vaste mené par les acteurs pédagogiques en charge des élèves.
  •   pour les publics, notamment hors scolaire, seront organisés des rencontres, rencontre-débats et conférences autour de sujet tels que comment bien retranscrire l'histoire en BD, l'adaptation de textes en BD, la conception, réalisation et distribution d'une BD et bien d'autres surprises encore. 

le temps de création qui s'articulera sur : 

  •     l’écriture et la réalisation des ouvrages de la série AD ROMAM (dont le projet spécifique à Fréjus), de la série sur la ligne Maginot (MAGINOT), mais également sur la collection Pagnol. 

 

Intervention auprès des scolaires

Si aux lycéens, il présente plusieurs facettes du métier de dessinateur et leur parle des nombreux métiers, bien souvent méconnus, tel le lettreur , l'encreur ou l'infographie, qui gravitent autour de la BD, avec les collégiens, il va travailler en profondeur les dialogues et la recherche documentaire.

Quant aux écoliers, il s’agit de « leur donner envie de dessiner ».

 

Actuellement, les enfants des centres de loisirs bénéficient de plusieurs séances hebdomadaires où ils travaillent en équipes. Eric Stoffel mène avec eux un projet ambitieux : la conception d’une BD  sur le thème « Un enfant a le droit de rêver ».

Ce travail va les obliger à regarder, à observer. Le dessinateur va les initier tout en prodiguant des conseils et de « vraies » astuces utilisées par les professionnels.

Mercredi 4 décembre, une vingtaine d’enfants, âgés de 6 à 12 ans, des deux centres de loisirs Les Chênes et Kerjean ont appris à dessiner un visage de personnage de BD.

 

Au début : un ovale, quelques traits pour séparer les parties du visage puis les yeux (la première chose que l’on voit sur un visage) avec la direction des regards et les expressions indiquées au travers de la forme donnée aux sourcils : colère, surprise, tristesse…

et déjà les enfants s’appliquent à recopier le tableau puis soudain, certains trouvent des idées et la création commence !

 

 

 

 

Formation des professeurs des collèges et lycées

 Le vendredi 6 décembre, Eric Stoffel s’est adressé aux professeurs sur une problématique bien précise :« En quoi la bande dessinée peut-elle permettre la découverte et l’appropriation du patrimoine local ? Comment le patrimoine peut-il être une source d’inspiration pour la réalisation d’une bande dessinée ? »

Le matin, Stoffel a dirigé un atelier interactif en grand groupe, sur le thème « Du scénario au storyboard ». Il a évoqué le premier travail d’un auteur de bande dessinée : la recherche de documents. Celle-ci peut s’avérer très longue selon le sujet traité (ses recherches ont duré 30 ans en ce qui concerne le domaine de l’aviation pour l’album « Histoire de l’Aéronautique »). La recherche pousse les enfants à se cultiver sans s’en rendre compte. L’essentiel pour les enseignants est, pour lui, de « donner aux enfants l’envie d’être curieux, de se cultiver » et quoi de plus plaisant que d’apprendre dans le cadre ludique qu’est la BD ?

 

Puis, il a présenté les caractéristiques de la BD, « seul medium qui fournit ce que sera l’histoire » et qui se doit de « garder en permanence  le lecteur en tension».

Le dessinateur a parlé bien sûr des aspects techniques de la mise en page. Le découpage des images, de la structure même de l’image, de ses points de force. Du mouvement de l’œil qu’il faut prendre en compte pour accentuer aux bons endroits. Du décor aussi, souvent symbolisant les émotions du ou des personnages. De la ponctuation aussi, en nous avouant malicieusement sa préférence pour les points de suspension.

 

Transposition d’une œuvre littéraire en BD

A une question sur le respect d’une œuvre littéraire lorsqu’il s’agit de la transposer en BD, Stoffel répond qu’il se doit de recomposer la dramaturgie et de respecter la rythmique. Les descriptions sont intégrées dans les images et les dialogues respectés. Si parfois on perd le style sur certains moments poétiques, on garde parfois certaines phrases de l’auteur. Selon lui « il n’y a pas tout mais c’est comme s’il y avait tout ». Puis, il cite l’exemple de Marcel Pagnol, grand amateur de BD, dont il adapte les œuvres avec l’accord et sous le regard bienveillant de la famille.

Parfois, les codes vestimentaires changent au fil des époques. L’exemple de « Topaze » est significatif : le col montant, signe de pauvreté à l’époque,  équivaut à l’heure actuelle à un signe extérieur de richesse. Le dessinateur doit donc s’adapter pour ne pas dénaturer le propos de l’auteur.

 

Le lundi 9 décembre, Eric Stoffel a initié les élèves d'une classe de CM1 de l’école Turcan aux techniques de la BD.

 

 

 

 

 

 

Classé dans
Actualité générale