FOOTBALL - Coupe de France : qualifiée devant Grenoble (2-1) - La fête dans les étoiles !

16 novembre 2019

Le remake ? Trop tôt pour en parler, « surtout pas au détriment du championnat », prévenait Alexandre Barbero, un président beaucoup moins grise Nîmes (pardon mine) que la semaine dernière après le nul concédé en dernière intention devant l’équipe gardoise.

Si l’Étoile FC s’est qualifiée pour un tour de Coupe supplémentaire (le 8e pour la présente campagne), aux dépens d’un adversaire comme Grenoble Foot 38 qui lui rendait pourtant cette fois deux divisions d’écart, c’est aussi « parce qu’on avait deux adversaires jouent au foot précisément, analysait de son côté Michel Troin, le formateur-entraîneur varois. Philippe Hinschberger, le coach de Grenoble, m’a confirmé au téléphone à l’instant que l’on avait une belle équipe. »

D’emblée en tout cas, inspirés par l’ambiance de la compétition, animés par une volonté criante – par rapport à certaines périodes du duel devant la réserve gardoise, à l’image d’un N’Sondé très incisif sur son aile droite –, les Étoilistes réussirent pas moins de trois incursions dans la surface iséroise en cinq minutes de jeu. Toutes les trois initiées par N’Sondé et la troisième conclue par une reprise de Tlili de peu à côté.

Supérieurs hiérarchiquement – deux divisions d’écart séparent aujourd’hui Fréjusiens des Grenoblois alors que, pour la première qualif’ varoise dans l’Isère voici trois ans –> lire notre article de présentation du match avec l’interview de Raph’ Delvigne – les partenaires de l’ancien Marseillais Florian Raspentino (sur le banc au coup d’envoi) et de l’ex-Hyérois Johan Brun prenaient logiquement un léger ascendant physique sur le match.

Les cavalcades du serial killer
de Coupe de France de Karim Tlili

Jusqu’au cœur de cette période inaugurale où, N’Sondé, encore lui, récupéra un ballon dans l’axe, décala Karim Tlili qui s’en alla à toutes enjambées vers les buts du capitaine et portier grenoblois, Brice Maubleu. Sorti de sa surface, ce dernier tenta bien de stopper (très illégalement la chevauchée de l’ancien Priot. Mais Tlili sur éviter la grossière faute de Maubleu… qui lui aurait certainement valu un rouge (!) s’il avait maintenu son geste jusqu’au bout (voir images ci-dessous).

Brice Maubleu, le portier isérois, laisse finalement passer Karim Tlili qui ira marquer le pemier but d'un nouveau doublé en Coupe de France, sa compétition favorite (?) ...

Pour autant, alors que l’on s’attendait à une révolte des joueurs d’Hinschberger, ceux-ci apparurent soudainement empruntés, moins présents sur le pressing. Si bien que la mi-temps fut atteinte sur ce score en faveur des locaux.

Coup de froid en Isère…

Le retour sur le terrain sonna de plus comme un sacrée gifle pour le GF 38. Avec ni plus ni moins que le second but, à nouveau l’œuvre de Tlili et dans une configuration en tout point similaire à l’ouverture du score. Un cuir récupérer au cœur du terrain et Karim Tlili traversa la moitié de terrain adverse, sans que son garde du corps ne puisse le rattraper. Il la joua cette fois très intelligemment devant Bleu qui ne se livrait pas, mais se retrouva… lobé par l’inspiration “Tlilienne“.

Avantage de courte durée (5’) puisque l’arbitre Jérémy Stinat (pas un débutant) siffla un penalty contre Marignale, reprochant à ce dernier d’avoir marché sur le pied de son adversaire direct, Jessy Binet. Lequel se chargea de transformer lui-même ce coup de pied de réparation pour redonner suspense à ce match de Coupe.

… Puis sur le Var !

D’autant que, à plus de vingt minutes de la conclusion, Tiecoro Keita sera sanctionné d’un carton rouge, qui apparut quelques peu sévère. Las, les Fréusiens devraient jouer les 25-30 dernières en infériorité numérique. Plus question de tenter le diable (et les incusrions dans la campe grenoblois), Tlili et Balmy quittèrent leurs places offensives pour venir renforcer les lignes arrière. Et sans un chaud effroi délivré bien malgré lui par le portier varois, Oumar Sissoko sous la forme d’une (très) mauvaise relance –Julien Mouillon sauvera sur sa ligne les siens d’un retour grenoblois.

"Canons pour la première fois de la saison"

Au final non sans frayeur avec ces six ou sept minutes de temps supplémentaire accordés par l’arbitre (contre cinq prévues initialement), les Fréjusiens conservèrent ce maigre mais ô combien mérité avantage d’un but.

Une partie de l’épopée 2017 avait commencé lors d’un match épique à Grenoble – Delvigne nous l’a confirmés -, en tout cas marqué le socle de cette aventure. Qu’en sera-t-il cette année ? Premiers éléments de réponse avec le tirage au sort dans le courant de la semaine pour savoir si le cru 2020 sera Coupe ou championnat …

En attendant, le président Barbero se souviendra d’un joli cadeau pour son 51e anniversaire ! « Vous avez été canons ! Et c’est la première fois que je le dis depuis le début de la saison… »


QUELQUES RÉACTIONS
• Alexandre Barbero, président de l’Étoile.
« Une belle victoire, une magnifique qualification qui, je l’espère, n »ira pas au détriment du championnat. On a bien tenu la comparaison, preuve que l’on a un effectif. Maintenant, on a manqué de chance, de réalisme ces derniers matches, mais ça va tourner, on progresse et on va y arriver. »

• Michel Troin, entraîneur. « De cette victoire, je retiens l’abnégation des garçons, leur état d’esprit collectif. On a joué l’un pour l’autre. Non pas que l’on ne le faisait pas avant, maos là, c’était flagrant. Avec entre autre l’apport précieux et la clairvoyance dans le jeu d’un Orinel dans l’axe central. C’est une très belle équipe pro, et ça fait du bien de s’étalonner contre un adversaire de ce calibre. Maintenant, le problème n’est pas de se focaliser sur le fait de remonter au classement.

On a manqué ces deux derniers matches devant Hyères ou encore Nîmes les occasions de se mettre à l’abri. Mais le plus difficile en football demeure de marquer un but. Il faut être patients, l’équipe progresse avec beaucoup de nouveaux joueurs, elle est sur le bon chemin. »

• Akim Orinel, de l’aventure il y a trois ans. « C’est un peu différent, c’est un nouveau groupe. Mais c’est vrai que ça fait repenser à ce s moments-là. La Coupe de France n’est pas une priorité. On verra ce que donne le tirage, on jouera les tours comme ils viennent. Un succès comme doit nous redonner confiance pour concrétiser en championnat. Mais on a n’a rien fait encore, ce n’est que le 7e tour, la route serait encore très longue pour retourner en quarts… »

• Karim Tlili, double buteur… décisif ! Il se marre. « Ça recommence, c’est génial… »

• Mohamed Ouchmid, entré en jeu en 2e période. « On s’est tous donnés les uns pour les autres, on s’est sacrifiés, c’est ça qui est beau. Moi, je n’étais pas là il y a trois ans. »


Retrouvez les plus belles images de cette nouvelle et mémorable qualification étoiliste en Coupe de France

Classé dans
Sport