Football : l’ex-Fréjusien Yasser Baldé n’a pas oublié l’Étoile…

15 juin 2020

Joint la semaine dernière pour évoquer l’arrivée à l’Étoile de son (désormais) ex-coéquipier sedannais, Jérémy Bekhiche, le défenseur Yasser Baldé, Lucois d’origine et sociétaire étoiliste (2015-2018), s’est livré sur sa situation actuelle.

Baldé avait rejoint Endoume après avoir quitté l'Étoile. Il retrouve ici, le 25 mai 2019, la pelouse et le capitaine de son ancien club, cette fois sous les couleurs marseillaises

L’exceptionnel début
de saison sedanais !

À 27 ans, celui qui est passé par Endoume (1 saison, 2018-2019) avant de gagner les Ardennes, a retrouvé son meilleur niveau aux abords de la frontière belge. Il a ainsi grandement pris part aux 13 victoires consécutives (jouant 10 de ces 13 premières rencontres de la campagne), qui ont scellé le formidable début de saison des sangliers ardennais.

« On a fait un super début de saison. Avec 13 victoires, mais surtout aucun but encaissé (contre 23 marqués) ! », confesse  le puissant défenseur passé par Auxerre (2010-2014), terminant sa formation dans le chef-lieu de l’Yonne.

Et si la série de victoires s’arrêta le 14 décembre avec un nul et un premier but encaissé devant Reims (1-1), celle d’invincibilité, elle, se poursuivit encore 6 matches (5 nuls dont trois vierges consécutifs, et un succès à Belfort), avant que Sainte-Geneviève ne stoppe la machine sedanaise le 22 février (1-3). Un match plus tard (nouveau nul 0-0 devant Créteil Lusitanos), le championnat s’arrêtait en même temps que le Covid-19 frappait Mulhouse et le Grand Est notamment !

Coronavirus et confinement,
une période très compliquée

Au final, Sedan qui aura compté jusqu’à neuf points d’avance sur les Corses du SC Bastia, vit peu à peu revenir sur ses talons le club d’un certain Sébastien Da Silva (l’ex-Fréjusien avait signé dans le club de l’Île de Beauté fin janvier), le Sporting prenant même les commandes au soir du 22 février.

Le super début de saison n’aura donc pas suffi et « nous n’avons pas été payés au final, continue Yasser Baldé. C’est sûr, ça fait mal. Nous avons connu une période de moins bien, avec des expulsions, des suspensions, beaucoup d’absences qui ont un peu déséquilibré et perturbé l’équipe. Maintenant, Bastia n’a pas lâché davantage. Les Corses ont su maintenir leur rythme, ils nous sont passés devant au meilleur moment, ils méritent leur accession. Bravo à eux, mais nous restons frustrés, surtout que nous n’avons pas pu finir la saison ».

Baldé en Europa League ?

Et cette foutue période de confinement, Yasser l’a prise avec philosophie. « Ce sont les aléas de la vie. Mais, ici, dans l’Est, ç’a été très compliqué, c’est vrai. C’est dur d’avoir été maintenus aussi longtemps en zone rouge. J’ai néanmoins eu la chance de pouvoir voir mes proches et maintenant, c’est derrière nous. »

Aujourd’hui, à 27 ans (il est né le 12 janvier 1993), Yasser Baldé veut regarder devant lui. « J’ai bien rebondi depuis mon départ de Fréjus, et après une saison un peu moins éclatante à Endoume (19 matches tout de même sous le maillot du club de quartier marseillais, Ndlr). » Encore sous contrat avec le club sedanais, Baldé avoue avoir des « sollicitations de clubs de National. Mais aussi de clubs du Grand Duché du Luxembourg voisin », engagés en D1 luxembourgeoise et même qualifiés en Europa League. « Je suis en pleine réflexion, confesse le défenseur varois. Ce challenge de jouer l’Europa League peut en effet être très excitant. Sincèrement, aujourd’hui, il y a plus de chances que je ne parte de Sedan que j’y reste. Mais je prends mon temps, j’ai ce luxe d’être sous contrat et de pouvoir choisir. »

Barbero : « Je lui tire mon chapeau »

Quitte une fois encore à s’éloigner un peu plus de son Sud natal. Mais « c’est la vie de sportif de haut niveau qui veut ça. J’ai la chance de vivre de ma passion, alors pour l’instant, c’est le foot qui prime. Le Sud ne va pas s’envoler et je sais que j’y reviendrai plus tard. Peut-être même à l’Étoile pour transmettre et encadrer, qui sait ? »

Un club intercommunal que Yasser a toujours dans le sang. « C’est le club qui m’a permis de jouer à ce niveau, j’ai joué en National avec l’Étoile. J’aimerais vraiment qu’ils y regoûtent au plus vite. Rien que pour récompenser le président, auquel je tire mon chapeau : il est présent, il met des billes dans le club et les joueurs ne lui rendent pas. Moi y compris à l’époque. »

Yasser Baldé n'était pas peu fier d'avoir retrouvé l'un de ses mentors lors de ses années de formation à l'AJ Auxerre, Mister Guy Roux lui-même !

Baldé, Fréjus, Auxerre…

Avec l’arrivée de Bekhechi dans le Var – qu’il a commentée dans un autre article (lire ici) –, couplé à celui de Jean-Guy Wallemme, Baldé sent bien le coup pour la saison prochaine néanmoins. « Wallemme est un monsieur du football. Pour l’anecdote, c’est lui qui, lorsque j’étais à Auxerre et qu’il en était l’entraîneur en titre, m’a fait monter aux entraînements avec le groupe pro. Rappelle-lui la génération des Johan Branger, des Christopher Jullien, je suis sûr qu’il s’en souviendra… »

Baldé-Fréjus-Auxerre, un triangle qui a toujours été important dans la vie du footballeur sedanais, lui qui s’était avéré l’un des bourreaux du club ajaïste lors de la fameuse épopée en Coupe de France voici trois ans. Un exploit assorti d’une rencontre avec l’un de ses mentors, l’inénarrable Guy Roux, croisé dans les vestiaires de Louis-Hon… Et Yasser de conclure, « ça reste en effet un formidable souvenir ». Songeur, avant de retourner à ses réflexions…

 

Classé dans
Sport