Football - match de préparation : l’Étoile, pas star à Cannes (1-1)

25 juillet 2020

S’il ne change rien – ou du moins pas grand-chose de fondamental au résultat final, quand bien même il est mieux d’obtenir in extremis un nul que de perdre –, l’égalisation arrachée en “renard des surfaces“ dans les dernières secondes de jeu par l’attaquant sénégalais, Mamdou Sidy Niang, au milieu d’une forêt de jambes aura fait montre d’une belle « pugnacité de l’ensemble du groupe qui n’a rien lâché », dira le coach après coup.

Capitanat pour Raphaël Delvigne qui protège (en haut) son gardien Ousseni), avant de devoir quitter les siens dès la demi-heure de jeu

Jean-Guy Wallemme concédera encore que ses « gars ont beaucoup mieux terminé la première période. Et ç’a aussi été le cas en fin de match puisque nous sommes allés arracher cette égalisation. Nous aurions pu faire mieux car nous avons eu des occasions franches mais, ok, leurs gardiens ont fait du boulot, mais on leur a plus donné le ballon pour briller que réellement chercher à marquer le but ». Sous-entendu ces actions mal terminées pour les Konté, Orinel, Bekhechi butant sur deux portiers cannois ou tirant assez directement sur eux.

Kebhechi, assez peur servi, et Oualembo, trop effacé, n'auront pu trouver la faille dans la défense cannoise

De meilleures
fins de période

Pour autant, les Étoilistes – sans Mouillon (blessé), Nadifi (reprise), Clefson, ni je jeune portier U19 Yanis Boutofkane qui revenait sur les terres il évoluait l’an passé, mais sous l’œil du président Alexandre Barbero et des décideurs du club intercommunal – auraient dû mordre davantage dans ce match et, comme dans les 15 dernières minutes de chaque période, venir presser beaucoup plus haut les Cannois dans leur camp au lieu de les attendre à partir de la ligne médiane.
D’autant que Capitaine Delvigne  - avant qu’il ne cède son brassard à Orinel après sa sortie pour une alerte à une cuisse dès la demi-heure de jeu – et ses partenaires avaient bien du mal à trouver leurs pointes, que ce soit Oualembo sur la flanc gauche ou Bekhechi en pointe.

Malgré quelques bons tirs qui ont permis aux portiers adverses de briller pour la photo, Orinel n'aura pas davantage trouvé la faille que ses partenaires

Et ce sont guère que quelques bons tirs d’Orinel ou des déboulés sporadiques de Konté ou Oualembo pour venir semer un peu le désordre dans la défense ascéiste. Après ne s’être inclinée que sur un penalty durant les arrêts de jeu devant Toulon voici quelques jours, l’AS Cannes de l’ancien entraîneur fréjusien, Jean-Noël Cabezas, montrait qu’elle avait un fonds de jeu lui permettant de se prévoir (enfin) un bon championnat en National 3.

« Le but est pour moi »,
concède Wallemme

D’autant que les joueurs de La Croisette ont aussi montré qu’ils savaient jouer le contre à la perfection, profitant d’une transversale de Théo Bénard, interceptée puis rapidement convertie en balle d’attaque, avec une ultime passe dans le dos de Diakhaby (le seul Fréjusien qui aura joué 90 minutes) pour l’Ascéiste Paul Grandemange qui, d’un tir croisé, trompait Zebbina entré peu après la pause pour suppléer Moyadh Ousseni.

Raphaël Delvigne (en haut), Tiecoro Keita (ci-dessus, les deux (légèrement) blessés du jour ont préféré ne pas prendre de risques et quitter leurs camarades avant même la fin des 45 minutes initiales

« Ce but, je le prends pour moi, expliquera après coup le coach nordiste de l’Étoile, Jean-Guy Wallemme. J’ai demandé à Théo de tenter une transversale parce que c’est là-bas que je voyais le jeu. Et parce que je sais que lui peut le faire. Après, la transversale est interceptée et on se prend le but en contre. Mais peu importe, nous sommes en préparation et l’important est que Théo ait aussi senti le coup… »

Niang (en haut) ou encore l'infatigable Mahamadou Konté, parfait suppléant de Sackre Gbohou, n'auront su tromper la vigilance cannoise... jusqu'à la 91e minute avec l'ancien joueur de Saint-Quentin qui signe là son premier but sous ses nouvelles couleurs étoilistes

Niang au bout du bout

On sait ce qu’il est advenu ensuite, avec ce nul finalement logique qu’ira chercher dans la dernière minute Mamadou Sidy Niang. Un partage, non des points mais du score, pour un 3e match qui aura également permis au jeune Fréjusien d’origine, Gianni Talerico, étoiliste U19 jusqu’en 2015 avant de rejoindre les Girondins de Bordeaux, de jouer quelques minutes sous la tunique est-varoise, lui qui est à l’essai ces jours-ci.

Retrouvez ici quelques-unes des plus belles images du match de Cannes

Pause fraîcheur à la moitié de la première période, pause “tout court“ pour la mi-temps à l'ombre des couloirs de Couvertin


 Stade Pierre de Coubertin, AS Cannes (N3) et Étoile FC (N2) 1-1
But Cannes : Grandemange (76e).
But Étoile : Niang (91e).

Étoile FC 1ère période : Ousseni - Delvigne (cap., puis De Souza 32e), Dumas, Diakhaby, Keita (puis Russo 39e) - Konté, Orinel (32e cap.), Sacko - Dieye, Bekhechi, Oualembo.
Étoile FC 2e période : Ousseni (puis Bezzina 59e) - De Souza, Dumas (puis Marignale 59e), Russo, Diakhaby - Konté (puis Talerico 72e), Orinel (puis Bénard 59e), Sakho (puis Bourigeaud 59e) – Dieye (puis Jamrozik 59e) - Bekhechi (puis Niang 59e), Oualembo (puis Ouchmid, 51e.


La suite des matches de préparation

- 1er août, à Beaucaire, vs le Stade Beaucairois (N3) ;
- 12 août, à Louis-Hon (18h), vs AS Monaco (B) (N2 ) ;
- 15 août, lieu à déterminer, vs OGN Nice (B (N3).

Championnat - National 2 - Groupe C

- 22 août, à Olympique Lyon (B) ;
- 29 août, à SC Toulon Var ;
- 2 septembre, à Louis-Hon (18h), vs Olympique Marseille (B).


ÉCHOS DE COUBERTIN

• Moins grave que prévu pour Julien Mouillon. On avait quitté le central Julien Mouillon voici quinze jours, lourdement retombé sur son épaule et victime d’une luxation. S’il n’a bien sûr pris part au stage de préparation en Savoie, le jeune défenseur étoiliste a rassuré ses fans hier, bien que portant encore le bras droit en écharpe. « C’est une luxation simple. Il n’y a aucune autre complication osseuse, ni ligamentaire, du moins ni ligamentaire sérieuse. Encore une semaine d’écharpe et je devrais pouvoir reprendre. »

Une bonne nouvelle pour le coach qui devrait profiter de la concurrence dans l’axe de la défense étoiliste entre Dumas, Diakhaby, Mouillon, voire Marignale.

Quant aux autres blessés du soir, ce ne furent que deux petites alertes à la cuisse pour Delvigne et Keita, « ça ne sert à rien de prendre des risques supplémentaires en ce moment, concédait après coup JGW. Nous avons joué la sécurité et les avons remplacés immédiatement »

• Tlili bel et bien à Martigues. En désaccord avec le staff dirigeants étoiliste, Karim Tlili a, comme annoncé, quitté le club intercommunal et, tout comme on nous l’avait annoncé, rejoint le FC Martigues. Le buteur-roi de la Coupe de France avec le maillot étoiliste, qui a joué quatre saisons dans l’est-Var depuis son arrivée de son Vaucluse natal et du Pontet en 2016, reviendra à Louis-Hon à l’horizon du mois d’avril avec le FCM pour le compte de la 26e journée, l’équipe drivée par Éric Chelle et que vient également de rejoindre l’ancien gardien pro, Steeve Elana (108 matches de L1, 248 de L2, 57 de National) accueillant l’EFC FSR au match aller (12e journée, 14 novembre). Tchao et bonne chance à toi, Karim.

 

 

Classé dans
Sport