Football (match de préparation) : une Étoile à deux visages face à la réserve de Monaco (1-2)

13 août 2020

Que faudra-t-il finalement retenir au sortir de la défaite concédée ce mercredi par l’Étoile sur sa pelouse face à la réserve monégasque (1-2) ? Les 65-70 premières minutes où les troupes de Jean-Guy Wallemme ont maîtrisé leur sujet, asphyxié leurs adversaires et se sont procurés une noria d’occasions sans malheureusement en concrétiser ne serait-ce qu’une seule ? Ou ce dernier quart de la rencontre où, totalement remanié, le groupe étoiliste s’est proprement délité et désorganisé, laissant les jeunes joueurs de l’ASM égaliser puis prendre l’avantage sur penalty ?...

Pas forcément très content le coach étoiliste après les difficiles vingt dernières minutes offertes par ses joueurs !

Intransigeant sur l’organisation !

Le coach nordiste de l’Étoile, lui, aura surtout retenu le second constat. « Qu’on ne vienne pas me parler des changements, je m’en fous des changements. Les joueurs qui sont entrés sur le terrain connaissent l’organisation, ils évoluaient à leur poste, il n’y a pas d’excuse à toute cette désorganisation que l’on a observée alors… Il y a des acquis sur lesquels ont doit s’appuyer. Si l’on n’est pas organisés, on peut s’attendre à ce qui est arrivé ce soir. Une perte de balle, une erreur de défense, une inattention et on a pris deux buts ! »

Le premier, celui de l’égalisation (72e), grâce à un slalom de Gobé Gouano dans la surface locale, le second sur un penalty transformé par Hora-Ribeiro (79e). En moins de temps qu’il n’en fallut pour l’écrire, l’Étoile avait donc encaissé deux buts bêtes et parfaitement évitables, et provoqué le courroux de son entraîneur. « Les Monégasques ne sont pas des fantômes. Ils jouent au foot. Et bien. On n’a pas besoin de leur laisser faire ce qu’ils veulent. »

Monaco prend l'avantage sur penalty à quelque dix minutes du terme de cette rencontre de préparation

Les arrêts du portier monégasque

La première heure de jeu aura à coup sûr apporté davantage de satisfactions à coach Wallemme, même si la maladresse de ses attaquants – JGW stigmatisera le fait d’avoir « six ou sept occasions franches, sans en avoir converti une seule » –, mais aussi et surtout les arrêts du jeune portier monégasque auront surtout fait la différence.
Mis en danger à plusieurs reprises par des frappes bien senties des Orinel, Bekhechi, Konté ou encore Ouchmid, le gardien Clément Bamelis se sera mis plus d’une fois en évidence.

Jérémy Bekhechi a montré qu'il pouvait être un vrai renard des surfaces, inscrivant son second but sous ses nouvelles couleurs

Un constat rassurant quelque part pour l’attaque étoiliste, certes en échec mais moins par manque de réalisme comme on l’a trop souvent vu les années passées que par le talent du portier adverse !

Du coup, il aura fallu un petit exploit individuel dans la surface de l’ex-Sedanais Jérémy Bekhechi pour faire bouger le tableau d’affichage à l’heure de jeu. Juste avant, un déboulé de Dumas sur la droite, doublé d’une une-deux parfait avec Orinel et un centre au cordeau du central fréjusien avait encore permis au gardien monégasque de faire le beau, déviant sur sa barre la reprise d’Ouchmid aux six mètres.

Grande première dans les buts étoilistes pour l'ex-Malouin Clément Lumé, qui devrait être le gardien n°1 de l'Étoile cette saison

Dernier test à Nice samedi

À moins de quinze jours de la reprise (à Lyon le 22 août), l’Étoile ne dispose plus que d’un match pour parfaire sa cohésion (à Nice contre l’OGCN (B) ce dimanche, match à huis clos).

Maintenant, après un mois et demi de préparation, un 11 type semble se dessiner. Celui qui a entamé la rencontre avec notamment le dernier arrivé, le portier (ex-Saint-Malo) Clément Lumé, dont l’envergure et l’expérience lui permettront certainement d’être le titulaire du poste.

Raphaël Delvigne semble en pole pour occuper le poste de latéral droit

Derrière, Delvigne, Dumas, Diakhaby, Keita (ce dernier en tribune mercredi) semblent avoir une longueur d’avance sur les Russo, Marignale, Chefson et Mouillon (ce dernier encore convalescent, lire par ailleurs). Le tout en attendant le retour en forme de Ryad Nadifi.

L’équipe-type se fait jour

Dans l’entrejeu, Konté et Dieye apparaissent essentiels en sentinelles devant leur défense. Orinel en chef d’orchestre et Sakho brigueront eux aussi une place de titulaires pour alimenter en bons ballons le feu-follet Mohamed Ouchmid sur les côtés – il alterne parfois avec Orinel, mais part souvent du côté gauche – et la pointe Jérémy Bekhechi.

Thomas Oualembo est entré en deuxième période pour remplacer Ouchmid, l'ailier étoiliste à la cuisse douloureuse

Sur le banc, des Bourigeaud, Bénard, Karl de Souza ou encore Ramzojic et Oualembo ne sont pas si loin mais, comme ce ne fut pas le cas hier soir, « à eux de me démontrer qu’ils peuvent venir titiller les potentiels titulaires », dixit le coach.

Maintenant, « il est vrai qu’une équipe semble se dessiner mais rien n’est figé, rien n’est acquis. Pour personne. À chacun de prouver ses qualités pour briguer une place sur le terrain »

Une nouvelle fois très présent au milieu de terrain, Konté s'est également montré dangereux avec des frappes lourdes et précises

Retrouvez ICI quelques photos du match de mercredi 12


Mercredi 12 août, stade Louis-Hon, AS Monaco (B) bat Étoile Fc 2-1 (0-0)
Buts : Étoile,
Bekhechi (60e) – Monaco, Gouano (72e), Hora-Ribeiro (79e sur pen.)
ÉTOILE FC : Lumé – Delvigne (puis Chefson 70e), Dumas (puis Marignale 70e), Russo, Diakhaby (puis De Souza 70e) – Konté (puis Diakhaby 80e), Dieye (puis Bourigeaud 60e), Sakho – Orinel (puis Bénard 70e), Bekhechi (puis Ramzojic 70e), Ouchmid (puis Oualembo 55e).

Akim Orinel toujours précieux à la distribution du jeu


LES ÉCHOS DE LOUIS-HON

• Julien Mouillon a repris. Blessé il y a tout juste un mois devant Aubagne, Julien Mouillon a maintenant bien récupéré de sa luxation à l’épaule droite. Abandonnant l’écharpe qui lui maintenait le bras.
« J’ai repris le footing et contact avec le ballon. Mais je sais qu’il faut que jr renforce encore l’épaule avant d’aller au contact. Il y a une petite appréhension » qu’il lui faudra surmonter avec le temps. Mais pour l’heure, rien ne presse…

• Pauses fraîcheur et briefing de mi-temps sur la pelouse. L’heure n’était pas à la canicule mercredi soir à Louis-Hon. Pour autant, l’air humide était quelque peu lourd et sufficant. Assez en tout cas pour que l’aribitre de la rencontre n’interrompe la rencontre au milieu de chaque période pour une pause fraîcheur bienvenue.
À la mi-temps, plutôt que rentrer au vestiaire, les Étoilistes sont restés assis sur le terrain pour écouter leur coach.

• Pas de supporters. Ni à Nice ce dimanche pour son dernier match de préparation, ni à Lyon le 22 août pour l’ouverture du championnat, l’Étoile n’organisera de déplacement de supporters. « Les deux clubs adverses ne le souhaitent pas », a annoncé Yvan Glasian, speaker étoiliste.
Quant au match de Toulon (2e journée de N2, 29 août), le match est de toute façon décrété à huis clos. Le club préfectoral avait écopé de trois matches à huis clos en mars dernier après les incidents lors du match contre Dunkerque.

• Marseille, premier visiteur à Louis-Hon. Si la réserve de l’OM sera la première à fouler officiellement la pelouse de Louis-Hon pour cet exercice 2020-21 le mercredi 2 septembre (J3, 18h), Marignane et Louhans-Cuiseaux, respectivement pour le compte des journées 5 et 7, seront les autres visiteurs de septembre (les samedis 12 et 26).

• Pas de risques pour Ouchmid. Sorti dès la 55e minute de jeu et suppléé par Thomas Oualembo, non sans qu’il vienne tout juste de faire trembler la barre transversale monégasque, Mo’ Ouchmid a surtout voulu éviter tout risque d’aggraver… une béquille à la cuisse. Reçue avant la pause mais, « avec la mi-temps, le muscle s’est refroidi et la douleur s’est faite ressentir après le repos », lâchait après coup l’attaquant étoiliste. Mais « pas d’inquiétude, c’est juste une précaution. Ce n’est pas le moment d’aller forcer la blessure… »

Classé dans
Sport