Football (N2-J11) – l’EFC tenue en échec par la lanterne rouge nîmoise (1-1) : deux points se perdent dans les étoiles !

09 novembre 2019

Titulaire dans l'entre-jeu fréjusien, Arnaud Buisson s'est montré l'auteur d'une jolie frappe en seconde période, malheureusement de peu à côté des buts gardois

L’Étoile a concédé deux points à la lanterne rouge nîmoise ce samedi 9 novembre, en laissant revenir les Crocos sur un coup-franc – sans doute qui n’avait pas lieu d’être – certes remarquablement tiré par Buades… à la 86e minute de jeu. Jusqu’alors, Oumar Sissoko, longtemps incertain, mais qui occupait bien sa place dans les cages étoilistes pour la première fois à Louis-Hon, n’avait pas eu l’occasion de… toucher le ballon, à coup sûr sur les 45 dernières minutes.

Moins percutant que face à Hyères, Alexis Bourigeaud sera supplée à l'hure de jeu par Tom Perracino

Mais comment se mettre à l’abri ?

Vociférant, gesticulant sur son banc, s’énervant contre ses joueurs, Michel Troin avait probablement senti que le vent du boulot tournerait contre les siens. Pourtant, face certainement à la plus faible équipe de la poule encore jamais vue à Louis-Hon cette saison – Nîmes ne roule pas sur l’or, et sa “réserve“ pro est en majorité de jeunes pensionnaires du centre de formation gardois.

Qui auront laissé venir leurs hôtes du soir, sans jamais paraître capables d’enfoncer le clou, voire souvent et tout simplement de s’immiscer dans le camp adverse. Mais, à l’instar des prestations précédentes sur la pelouse raphaëloise, les joueurs locaux ne surent jamais se mettre à l’abri.
La seconde période vit ainsi des Étoilistes sereins, emmenés par des latéraux offensifs et incisifs (Keita à gauche, Delvigne à droite), mais toujours irréalistes.

 

Énervé par ses garçons et des consignes pas assez respectées, voire des actes pas assez mûrement réfléchis, Michel Troin n'a cessé de replacer ses joueurs, mais en vain...

Michel Troin : comme s’il avait senti
la mauvaise soirée…

50e : Mouillon déviait bien un corner de la tête mais la reprise du plat du pied de N’Sondé s’envola dans les nuages. Auparavant, Troin n’avait eu de cesse de “réveiller“ l’ex-joueur nantais, souvent pris au piège du hors-jeu, tout simplement par manque de clairvoyance, ce qui avait le don d’énerver encore plus le formateur fréjuso-réphaëlois ;

70e : entré peu de temps auparavant, Akim Orinel montrait qu’il avait toujours une bonne “patte gauche“, mais son tir de l’entrée de 18 m frappa le montant droit des buts du portier gardois Charrier ;

75e : Buisson, d’un tir puissant du gauche décoché de 25 m, mit lui aussi en danger Charrier, néanmoins sur la trajectoire du ballon semblait-il, le cuir ayant de toute façon frôlé ce même montant droit des buts visiteurs.

Jonathan N'Sondé s'est montré maladroit, tant dans ses placements que dans son jeu devant le but nîmois

Et ce qui devait arriver arriva. Ce que tout le monde, tout le public pressentait à force de ne pas se mettre à l’abri, tombait comme la foudre sur Louis-Hon. Un joueur nîmois s’enfonçant vers le but étoiliste, obtint un coup-franc loin, très loin d’être évident, le Gardois jouant parfaitement le coup.
« Mais c’est pas possible, s’énerva une nouvelle fois Michel Troin : concéder un coup-franc comme cela, face aux buts à 5 minutes de la fin. Vraiment, on donne le bâton pour se faire battre. Comme peut-on espérer gagner en faisant autant de c… !!! » 

Tiecoro Keita pris en tenaille à l'image d'une rencontre où l'Étoile n'aura pas su se mettre à l'abri

Grise mine avant la Coupe !

Les Étoilistes eurent beau se rue vers l’attaque pour les 5-10 dernières minutes, rien n’y fit. Pis même, les nîmois, enhardis, vinrent bousculer un milieu et une défense soudain complètement paniqués. Seule consolation, les Fréjusiens n’encaissèrent pas de second but, qui aurait synonyme de catastrophe locale !

Pas de ballon pour le néo-gardien étoiliste, Oumar Sissoko, mais un ballon récupéré au fond de ses filets au plus mauvais moment du match

Si, au début de la rencontre, les têtes pouvaient traîner du côté du rendez-vous de Coupe de France samedi prochain à Louis-Hon, 17h, contre Grenoble (Ligue 2), il était sûr que les esprits étaient plutôt chagrins après cette rencontre cet ce mauvais résultats nourris contre la lanterne rouge nîmoise.
Un constat est évident : ce n’était pas la meilleure manière de préparer ce rendez-vous de prestige contre le 7e de Ligue 2, au regard des grises mines sorties par les Étoilistes, y compris un président Alexandre Barbero, visiblement touché par cette contre-performance…

Retrouvez ce dimanche 10 novembre les plus belles images du match contre Nîmes

Classé dans
Sport