Football (Nat. - J30) - l’Étoile FC bat Endoume (1-0) mais ne monte pas : la soupe à la grimace

25 mai 2019

Les données étaient simples, on les connaissait. Pour retourner en National, trois saisons après l’avoir quitté, l’Étoile FC Fréjus-Saint-Raphaël devait non seulement s’imposer devant son dernier visiteur de l’année, l’USM Endoume, mais également escompter un revers toulonnais à domicile devant MDA Chasselay. Ce qui avait peu de chances d’arriver, on doit l’avouer.

Retrouvailles entre deux capitaines, le toujours Étoiliste Akim Orinel et l'ancien Yasser Baldé

Peut-être pour cette raison cet ultime rendez-vous des Étoilistes devant son public et sa nouvelle Brigade de supporters ne sembla jamais réellement commencer. Comme un air de morosité fataliste qui semblait planer sur Louis-Hon, avec trop de conditions pour le miracle se produise.

Et ce n’est pas le rapide premier but toulonnais, alors que les Étoilistes butaient sur une équipe phocéenne jouant totalement le jeu, qui allait égayer l’ambiance.

Le choc Diarra-Nadifi

Pis même, la grave blessure (une probable fracture du tibia/péroné) du solide et physique portier endoumois, Hamidou Diarra, consécutive à un choc involontaire avec le Fréjusien Ryad Nadifi – les deux hommes de disputant un ballon en entrée de surface, ils se heurtèrent violemment sans qu’il n’y ait une réelle faute du Varois pourtant sanctionné (voir photo ci-dessous) – allait comme jeter un voile de tristesse supplémentaire sur cette rencontre.

Diarra et Nadifi vont au contact sur une action qui peut apparaître anodine, mais qui en fait blessera grièvement le portier endoumois, à qui nous souhaitons le meilleur rétablissement

Jusque-là, Diarra, justement, avait su annihiler toutes les vélléités offensives locales, qu’elles émanent d’Orinel (sur coup-franc), Mourabit (par deux fois) ou encore Gbohou ou Ouchmid.

Tant et si bien qu’à quelques minutes du repos et ce fatal un-contre-un entre Diarra et Nadifi, les deux équipes restaient à égalité, Endoume s’étant vu refuser un but pour une position de hors-jeu, but signé… Orinel, mais Oualid de son prénom, une réplique grandeur nature de son grand frère, le capitaine fréjusien Akim.

Raph' Delvigne, qui se joue ici de Oualid Orinel, à terre, a été l'un des Étoilistes les plus probants de cette dernière

Orinel… Oualid, le “faux-frère“

Ce match avait un peu l’air de retrouvailles de famille d’ailleurs, avec le retour sur la pelouse raphaëloise du défenseur central Yasser Baldé, ou encore de l’attaquant qui célébrait ses buts avec un salto, Neupoc Mendy.

Le match allait basculer à la 56e minute, sur une belle action collective lancée d’une remise en touche où Gbhou, Tlili puis Orinel allaient se passer le ballon avant qu’Ouchmid ne trompe le “nouveau“ portier endoumois… qui n’en était en fait pas un. Endoume venu avec le seul Diarra comme gardien officiel, se trouva bien évidemment dépourvue lorsque le moment fut venu de le remplacer. C’est donc un joueur de champ, Marco Rossi-Tullot, qui revêtit la tenue de gardien et se posta dans les cages marseillaises. Le tout, en effectuant 45 minutes de belle volée pour un non-spécialiste du poste, n’encaissant que cet unique but d’Ouchmid (56e), alors que Moulet venait de doubler la mise sur penalty du côté de Toulon.

Assez peu servi, Karim Tlili n'aura pas pesé comme à son habitude sur le jeu offensif varois

Plus rien ne bougera au tableau d’affichage à Louis-Hon, alors que les Toulonnais ajouteront un troisième et dernier but pour sceller et fêter leur accession.

« Voilà, c’est fini, lâchera fataliste le coach André Blanc. On a eu un peu moins de chances, on a lâché des points bêtement, je pense notamment à notre double confrontation contre la lanterne rouge, la réserve de Nice, où l’on prend un point sur six possibles… Maintenant, on s’est bien battus, on n’a rien lâché et on a suivi le rythme des Toulonnais jusqu’au bout. On y a toujours cru mais il nous manque ces deux points au final. »

Est-ce l'enjeu ? Toujours est-il qu'Alexandre Mourabit a paru quelque peu emprunté et en tout cas pas décisif

Et l’ancien coach hyérois se lançait dans une introspection personnelle, avouant avoir « découvert un nouvel environnement, de nouveaux joueurs, d’autres personnalités… Mais on a fait une belle saison ».

L’Étoile FC meilleure deuxième !

Et qui sait, peut-être la chance qui semble avoir accompagné le SC Toulon, mais « ne nous a pas forcément toujours souri », regrettait encore André Blanc, va-t-elle tourner et emmener l’Étoile FC en National sous la forme d’un repêchage à la faveur de la place de meilleur deuxième des quatre poules de National 2 qu’a finalement décrochée le club est-varois (voir classement ci-dessous). Maintenant, de nombreuses conditions devront être réunies pour une telle issue et André Blanc se prépare avant tout « à repartir en N2, avec une reprise fixée comme chaque année début juillet ».

Retrouvez ici-même ce prochain lundi une galerie photos des meilleurs moments de ce dernier match de la saison de l’Étoile…

Classé dans
Sport