Football (National 2 - J3) : l’Étoile met l’OM au tapis (3-0)

03 septembre 2020

Sincèrement, cela fait quelques matches, pour ne pas dire quelques semaines, pour ne pas ajouter quelques saisons qu’on avait autant eu l’occasion de s’enthousiasmer à regarder un match de l’Étoile. Eh bien, c’est arrivé ce mercredi soir 2 septembre, lendemain de rentrée officielle… des écoliers, collégiens et lycéens et, pour sa rentrée officielle… à Louis-Hon, le club varois en a passé trois à son homologue phocéenne, la réserve de l’Olympique de Marseille.

Romain Jamrozik, ici déséquilibré par le portier marseillais, a inscrit le but du break, son second personnel et tout autant décisif que celui ayant donné la victoire aux siens samedi dernier à Toulon

Le presque essentiel était fait à la pause - enfin, quelques minutes avant celle-ci (43e) -, lorsque Sidi Niang était enfin parvenu à tromper la vigilance du portier olympien, Nazaretian. Certes, les jeunes joueurs marseillais, sous la houlette de l’ancien Sochalien Philippe Anziani – avec sur le banc, deux autres ex-pros que sont Laurent Spinosi et Maxence Flachez et, dans les tribunes, Grégory Vignal, responsable de la pré-formation au club phocéen – ont fait illusion sur leurs premières minutes de match. « Ce que l’on avait déjà remarqué sur les matches précédents, et notamment le match contre Lyon (B) la semaine dernière, expliquait après coup le coach varois, Jean-Guy Wallemme. On a eu du coup une entame un peu difficile, mais il fallait surtout ne pas perdre patience. »

 

Niang et Sackho au milieu de la défense olympienne
L’OM s’en tire bien au repos

Alors, si l’on dit toujours que marquer juste avant la pause est toujours un excellent moment, « on n’en a pas fait exprès, continue JGW, mais c’est vrai que c’était bienvenu ». Bienvenu, qui plus est, pour confirmer les deux actions signées Bekhechi, en échec devant le portier marseillais (6e, 12e), ou la double situation dangereuse devant la cage de Nazaretian aux alentours de la 40e minute.
La première fois lorsque le jeune gardien marseillais “découpa“ Jamrozik - aux dires mêmes du préparateur physique de l’OM - et fut sanctionné d’un carton jaune qui aurait logiquement pu virer au rouge, quand bien même la faute grossière avait été commise en dehors de la surface. Et avant que tout ceci ne soit annulé, lorsque l’arbitre assistant rappela qu’il avait indiqué un hors-jeu au départ de l’action de l’attaquant étoiliste…

Bekhechi, Delvinge, toujours aussi précieux dans le dispositifi étoiliste, le second délivrant une passe décisive au premier pour sceller le score à 3-0

La seconde fois lorsque, dans la minute suivante, le central olympien Brice Milis, auteur d’un mauvais contrôle vit le ballon venir heurter son bras. Lo logique eut voulu là que la trajectoire du ballon étant non seulement ralentie mais surtout favorable au Marseillais qui put dégager son camp aurait vraisemblablement justifier un coup de pied de réparation.

Coaching et turn-over

Diu coup, ce n’est donc qu’avec un seul but d’avance au tableau d’affichage que l’Étoile regagnait les vestiaires. Au retour de ceux-ci, l’Étoile accentua sa pression , défendant très haut au point que les jeunes Marseillais ne semblèrent jamais en mesure de sortir la tête de l’eau. Alors qu’Elhadj Dieye avait suppléé (55e) « un Mahamadou Konté, que je sentais dans le dur et la puissance habituelle était moins incisive, moins décisive », les Étoilistes plaçaient des contres tranchants, à l’image de ce jeu à trois entre Jamrozik, s’appuyant sur Niang, avant que celui-ci ne lui rende le ballon et que l’ancien attaquant formé au LOSC ne lance Orinel dans l’axe, ce dernier butant finalement sur Nazaretian.

Tout juste entré en jeu, pour remplacer le buteur Niang, un Nadifi « lui aussi impatient de revenir » (dixit le coach) secouait le cocotier sur le côté droit de l’attaque étoiliste. Deux débordements qui auraient pu (dû ?) connaître un meilleur sort (73e, 76e).

Clément Lumé, le gardien fréjusien, n'aura pratiquement rien eu à se mettre sous la dent, si ce n'est un bel arrêt dans les arrêts de jeu à un moment où les joueurs varois s'étaient quelque peu relâchés

Finalement, c’est sur un coup-franc rapidement joué par Jamrozik et Delvigne sur la droite du terrain, une incursion du capitaine étoiliste dans une surface et une défense marseillaise particulièrement poreuses avant de décaler Jérémy Bekhechi. Sans contrôle d’un tir en pivot, l’ex-Sedanais glissait pour la troisième fois le ballon au fond des filets de l’OM (80e).

Dix minutes plus tôt, Romain Jamrozik avait lui aussi perforé l’arrière-garde phocéenne pour sceller le but du break (70e).

Même si, comme l’avouera le président Barbero au sortir de cette belle victoire, « il y avait beaucoup de jeunes en face, on a bien su les prendre et les maîtriser », il y avait bien longtemps que l’on n’avait vu une prestation aussi aboutie de la part d’une Étoile qui brille enfin. Ni autant d’occasions nettes, ni autant de buts. Bref, une belle soirée.

Ryad Nadifi a soif de ballon et ça se sent. Entrée à l'heure de jeu, il aura semé le trouble dans l'arrière-garde phocéenne à plusieurs reprises
Pas le temps d’aller à Ibiza !

Maintenant, pour les Étoilistes, pas le temps d’aller savourer cette bonne entame de saison du côté d’Ibiza, mais place à la récupération car, dès samedi, c’est un long voyage qui attend Jean-Guy Wallemme et les siens à Saint-Priest, pour le compte de la 4e journée de championnat. « Décrassage pour les uns, entraînement pour ceux qui n’ont pas joué, vendredi ce sera light et samedi, à nouveau six heures de bus pour gagner Lyon. C’est pour cette raison qu’à un moment, à 3-0, le score acquis, j’aurais souhaité quelque part que mes joueurs soient moins généreux et gardent le ballon plutôt que de se lancer encore dans de longs raids… D’où aussi, ces divers changements, parce que je sentais quelques joueurs un peu plus dans le dur sur ce terrain sec et difficile, à l’image de Bekhechi et Orinel. Mais je dispose d’un groupe homogène, où tout le monde doit se sentir et se sent concerné et c’est parfait. Les matches s’enchaînent et il va falloir tourner. »

D’autant que c’est en position de leader de cette poule C de National 2, à égalité parfaite avec une autre équipe rhodanienne – le Goal FC, ex-MDA monts d’Azergues, devenu le Grand Ouest Agglomération Lyonnaise – que Fréjus-Saint-Raphaël se déplacera pour affronter la nouvelle équipe de Tom Perracino. RV samedi…

Le coach de la réserve olympienne, Philippe Anziani, au moment où son équipe concède l'ouverture du score, peu avant la mi-temps

NATIONAL 2 - 3e journée
ÉTOILE FC bat OM (B) 3-0 (1-0)

Buts Étoile FC : Niang (43e), Jamrozik (70e), Bekhechi (80e)
Étoile FC : Lumé – Delvigne (cap.), Dumas, Russo, Keita – Sakho, Konté (puis Dieye 55e), Orinel (puis Mouillon 72e) – Bekhechi, Niang (puis Nadifi 64e), Jamrozik. Entraîneur : Jean-Guy Wallemme.


Retrouvez ICI les meilleurs images de cette brillante victoire étoiliste

Classé dans
Sport