Football (National 2) : le Ch’ti Jean-Guy Wallemme aux commandes de l’Étoile FC

13 mai 2020

La nouvelle est tombée en tout début de semaine : l’Étoile Football Club Fréjus-Saint-Raphaël change d’entraîneur et confie les destinées de son équipe première à Jean-Guy Wallemme, Charly Paquillé (à l’origine des discussions avec son successeur) devenant directeur sportif en charge du recrutement.

Wallemme, un nom qui parle pour qui connaît un minimum le monde du football français. Et qui dit Jean-Guy Wallemme pense aussitôt RC Lens, Ch’ti, Sang et Or. Car s’il est sur la planète football un pur produit ch’ti et lensois, c’est bien Jean-Guy Wallemme.

Jugez plutôt : 13 saisons de rang sous la tunique lensoise pour le natif de Maubeuge, d’abord avec la réserve (1984-86) puis avec l’équipe fanion (10 saisons de L1 entre 1986 et 1998, et deux autres en L2, de 1989 à 1991), et une dernière pour baisser le rideau (2001-2002).

Au total, 476 matches avec le maillot Sang et Or, toutes compétitions confondues, dont 349 en L1, ce qui en fait le 4e joueur à avoir joué autant de matches à ce niveau avec le RCL.

Aventures avortées
à Coventry et Sochaux

À l’issue du titre de 1998 (à égalité de points avec le voisin messin mais devant au goal average général), doublé d’une finale de Coupe de France et d’une demi-finale de Coupe de la Ligue (toutes deux perdues face au Paris Saint-Germain), Wallemme se laissera séduire par les sirènes anglaises et le club de Coventry, pour une aventure inaboutie en Premier League (6 matches seulement en une demi-saison, 1998-99).

Une série d'images avec un point commun : Jean-Guy Wallemme et l tunique du club Sang et Or ne font presqu'un !

Le Nordiste retraversera le Channel pour retrouver la Ligue 1, se relancer à Sochaux (13 matches en 2nde partie de saison 1998-99), retrouver le haut niveau hexagonal avec l’AS Saint-Étienne (51 matches en deux saisons) et, bien sûr, terminer sa carrière sous son maillot de cœur, celui du RCL (32 matches en 2001-2002, et une place de dauphin derrière l’Olympique lyonnais qui empochait là le 1er de ses 7 titres consécutifs).

Wallemme entraîneur
et globe-trotter

À la fin de sa carrière de joueur, Wallemme enchaînera automatiquement une nouvelle aventure en qualité d’entraîneur. Pour un parcours beaucoup plus cahotique, néanmoins marqué par un titre de champion de France de Ligue 2 en 2009 avec… le RC Lens bien sûr !

Jean-Guy Wallemme n'aura été qu'un brève sélectionneur du Niger, encadrant seulement deux matches à la tête des Menas nigériennes

Le Maubeugeois devînt alors un véritable globe-trotter : tour à tour Saint-Étienne (L1), le Racing Paris, Rouen, Renaix, Roye, le Paris FC, Lens (une saison et demie en L1), Auxerre, Woluwe et le RWDM Brussels en Belgique, l’USM Bel Abbès, la JS Kabylie et l’ASO Chlef (Algérie), le KAC Kenitra (Maroc), Dieppe et enfin Chartres accueilleront l’ancien défenseur sur leur banc !
Sans oublier deux postes de sélectionneur national avec des équipes africaines, le Congo (2011 et 2012) et le Niger (2019 pour une expérience éphémère et seulement deux matches à la tête des Gazelles - Les Menas). Expériences à chaque fois menées en étant en parallèle aux commandes d’un club, Auxerre en 2012, Chartres en 2019.

Le massif milieu de terrain Sackre Gbohou et le gardien Yanis Manero ne seront plus Étoilistes sur la prochaine saison

Lauréat de l’Étoile d’or en 1995 :
un bon présage ?

À Fréjus, Wallemme retrouvera un autre produit du RCL, le jeune et prometteur Alexis Bourigeaud, né à Calais mais poli au sein du centre de formation lensois. Celui qui fut lauréat du trophée… Étoile d’or France Football à l’issue de la saison 1995 (joueur à la meilleure moyenne de notes décernées par l’hebdomadaire), arrive plein d’ambitions dans l’est-Var.

Quand bien même il connaît la difficulté de ce niveau – lui qui a entraîné dans les cinq championnats français, de la L1 au National 3 – a fortiori dans un coin de l’hexagone réputé comme l’un des plus difficiles. Une solidité et une difficulté qui pôurraient être encore accrues si la poule où sera versée l’Étoile était amenée à accueillir Toulon, le GFC Ajaccio ou encore Béziers, soit trois des quatre relégués de National.

Si les jambes ne sont plus toutes jeunes, la vista d'Akim Orinel dans le cœur de jeu demeure toujours aussi efficace

Buisson, Gbohou, Mourabit,
Sissokho, Manero : au-revoir

Ces deux dernières saisons, Wallemme aura accompagné les premiers pas du nouveau club d’Eure-et-Loir, le C’Chartres, avec de brillants accessits mais sans réussite (3e en 2018-2019 à deux points de Bastia-Borgo, 2e à deux points de Saint-Brieuc à l’issue de cette dernière saison tronquée).

L’accession sera probablement l’objectif assigné au nouvel homme fort de l’Étoile FC. Cela devra se faire en tout cas sans Arnaud Buisson, Sackre Gbohou, Alexandre Mourabit ou encore les gardiens Oumar Sissokho et Yanis Manero, tous annoncés partants.

Porteront (normalement) encore la tunique étoiliste cette saison, les tauliers Akim Orinel, Raphaël Delvigne, Bellony Dumas, Karim Tlili ou encore Mohamed Ouchmid, ainsi que les derniers arrivés, les jeunes Romain Jamrozik, Elhadji Dieye ou encore Thomas Oualembo.

Tout devrait en tout cas s’accélérer dans les semaines à venir, avec le tandem Wallemme-Paquillé à la baguette !

Charly Paquillé lors de son énième retour sur le banc étoiliste : c'était le 2 janvier dernier. Aujourd'hui, le traditionnel pompier de service du club fréjusien retrouve un poste de directeur sportif et gérera le recrutement avec le néo-coach

Classé dans
Sport