FOOTBALL / VOLLEY : précieuses victoires étoiliste et amséliste

01 décembre 2019

FOOTBALL (National 2 J13) :
Étoile FC bat USM Endoume 1-0

Virevoltant en début de rencontre, mais plus effacé après le repos, Jonathan N'Sondé n'en demeure pas moins un ailier de débordement efficient du fait de sa vitesse de course. Reste à parfaire la précision sur les passes et centres

Précieuse victoire pour les Étoilistes devant les Marseillais d’Endoume (1-0, but de Mo’ Ouchmid dans les arrêts de jeu de la première période), qui leur permet de gagner quelques rangs au classement (+4 -> 7e) et, moins anecdotique, de renouer avec la victoire dans cette semaine décisive. Mercredi 4 en effet, Michel Troin et ses joueurs rattraperont leur retard (match à Beausoleil face à la réserve de l’AS Monaco reporté samedi 23), avant le grand rendez-vous Coupe de France samedi 7 décembre prochain (18h30, à Louis-Hon) devant Alès.

Bellony Dumas aura lui aussi essayé d'apporter son jeu de tête en attaque, mais sans trouver la faille

S’ils se sont rassurés comptablement parlant – équilibrant le bilan à 4 victoires, 4 nuls et 4 défaites –, les Fréjusiens sont néanmoins restés dans leurs travers, manquant notablement de réalisme et de précision pour se mettre à l’abri et s’éviter cinq-dix dernières minutes où, comme trop souvent ces dernières semaines, ils ont cravaché la peur au ventre pour conserver leur maigre avantage.

Ouchmid renoue avec le but

En face, Endoume, malgré sa position délicate au classement, a joué crânement sa chance, s’aventurant plus souvent qu’à son tour devant le but varois pour venir inquiéter un Moyadh Ousseni serein et efficace. Les footballeurs est-varois se créaient quelques occasions, mais sans concrétiser. Jusqu’aux arrêts de jeu de cette première période, un ballon récupéré par Ouchmid aux 18 mètres, un tir qui surprenait le portier endoumois (Hamidou Diarra) qui ne pouvait que freiner le ballon sans l’empêcher d’aller au fond de ses filets. Le 3e but du feu-follet, ex-Hyérois, ex-Martégal, après ses précédentes réalisations devant les réserves lyonnaise et marseillaise !

Michel Troin a changé ses batteries après la mi-temps, lançant Orinel à la place de Gbohou, pour ouvrir un peu plus le jeu vers les attaquants étoilistes

Michel Troin n’était pourtant pas davantage satisfait que cela. Regrettant le manque de réalisme de ses troupes, mais aussi les inattentions et imprécisions dans le dernier geste ou la dernière passe. Ouchmid, Tlili, Orinel (rentré en jeu après la pause en lieu et place de Gbohou) allaient tour à tour buter sur Hamidou Diarra ou manquer la dernière passe.

Au final, les Fréjuso-raphaëlois se réservaient une nouvelle fois un money-time joué avec la peur au ventre, de crainte de perdre au dernier moment – comme contre Nîmes – le bénéfice de ces trois points.
ce ne fut heureusement pas le cas cette fois et, si les Fréjusiens manquent toujours autant de réalisme, ils sont heureusement solides derrière…

Arnaud Buisson et les défenseurs varois ont une nouvelle fois abordé le money-time avec la peur au ventre


VOLLEY-BALL (Ligue B J7) :
Amslf VB bat Martigues VB 3-0

Jordan McConkey semble lui aussi monter en puissance et se montrer plus présent pour répondre aux demandes de son coach

Du côté de Fréjus et de la salle Sainte-Croix, les volleyeurs jouaient eux aussi un match important devant le Martigues Volley-Ball. En appel après quatre revers de rang, les troupes de Loïc Geiler, qui disputaient là leur dernière rencontre de 2019 dans leur antre, devaient renouer avec le succès. Ce sera chose faite et d’une belle manière au terme d’un match bizarre, notamment marqué par la grave blessure du Martégal Renaud Ventresque.

Pour autant, les hommes de Geiler avaient pris ce rendez-vous par le bon bout, forts d’un Corteggiani ayant retrouvé tout (ou du moins une bonne partie de son incisif talent d’attaquant), laissant à 20 leur adversaire sur la manche inaugurale.

Celle-là, il ne la sauvera pas, Jérémy Audric...

Un point… et c’est gagné ?

En fait, on eut l’impression qu’une bonne partie du match s’est peut-être jouée sur ce long, très long point à 6-6 au 2e set. Un point sauvé deux fois du pied (une fois de chaque côté) et finalement conclu par les Fréjusiens, revenus de 4-6 pour, à la faveur d’une série au service de Corteggiani, prendre la poudre d’escampette à 9-6. Cet avantage, comme lors de la manche inaugurale, les volleyeurs fréjusiens allaient le conserver jusqu’au terme de ce deuxième set (25-22).

Toute la hargne retrouvée d'un Jordan Corteggiani, l'un des artisans de ce troisième succès amséliste de la saison

La troisième manche allait quant à elle être marquée par une longue interruption de jeu (à 6-7 Martigues) due à la blessure de l’attaquant provençal Renaud Ventresque, victime d’une sérieuse luxation de l’épaule et immobilisé au sol, terrassé par la douleur, jusqu’à l’arrivée des pompiers. Près de 45 minutes d’arrêt de jeu (incluant un nouvel échauffement complet), mais la tête n’y était bien évidemment plus du côté martégal.

Grosse blessure pour le courageux Renaud Ventresque, victime a minima d'une luxation de l'épaule droite

Bon courage à Renaud Ventresque,
sorti sous les applaudissements

Esprit de compétition oblige, et dans leur situation à l’aube d’un mois de décembre chaud, chaud (déplacements à Nancy puis Saint-Quentin), les Fréjusiens n’allaient cependant pas ouvrir le parapluie et appuyèrent là où ça fait mal, prenant irrémédiablement les devants au tableau (6-7 puis 9-6, 12-8, 21-17, 25-20).
À la grande satisfaction d’un Loïc Geiler – « ça va finir par payer, ça va payer », exultait-il après le match – mais également d’un staff visiblement soulagés. « Les circonstances sont malheureuses pour Martigues, avec cette blessure de Ventresque, jugeait de son côté le président Chassagnard, mais la partie n’en était pas moins bien engagée. Nous sommes professionnels et compétiteurs. Cette victoire était importante pour nous. »


Pour un Josias Paino également, qui pouvait fêter ses 21 ans en communion avec un public lui aussi aux anges.
Et maintenant, rendez-vous… l’année prochaine, le 18 janvier, pour le premier match retour contre le Centre national, “France Avenir 2024“ !

Un bloc plus efficace, ici Julien Bernard et Daniel Maccaro : il fallait cela aussi pour s'imposer

Retrouvez nos meilleures images de ces deux évènements sportifs.

Classé dans
Sport