Fréjus : action, ça tourne !

28 juin 2020

Deux tournages, complètement différents l’un des l’autre, ont animé Fréjus cette dernière fin de semaine. Le premier, pour une scène du court-métrage réalisé par le Fréjusien Alexandre Mexis, Mustang.s, au cimetière Saint-Étienne. Le second, à l’intérieur de l’espace Caquot à la Base nature par Éric Goron pour un clip musical.

Alexandre Mexis est une figure de la culture fréjusienne. Professeur d’anglais et de littérature étrangère au Lycée Camus, il est aussi et surtout un poète, écrivain (romans, nouvelles), auteur de pièces de théâtre et, même aujourd’hui, un réalisateur.

L'Écurie du Derby à Puget a accueilli plusieurs scènes de Mustang.s

De la nouvelle au court-métrage…

Et comme l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, c’est une de ses nouvelles qu’Alexandre Mexis a choisi de mettre en images. « J’avais envie d’écrire une histoire que j’allais filmer moi-même », explique le réalisateur fréjusien.

Sans trop en dévoiler, Mustang.s est l’histoire de Manon, une adolescente de 15 ans, interprétée par la jeune Lison Desbuisson, qui vit un drame personnel, celui de perdre ses parents dans un accident de voiture. Elle se révolte contre le monde entier jusqu’à une rencontre inattendue avec un cheval, une rencontre qui l’aidera à se reconstruire.
« C’est également ce sujet qui m’intéressait, continue Alexandre Mexis : comment réapprrendre à (re)vivre quand on a vécu un tel drame de la vie… »

Dans la sélection du Festival 2021

Tourné dans l’est-Var, entre l’Écurie du Derby à Puget, au lycée raphaëlois Saint-Exupéry et dans le quartier de Boulouris, le court-métrage se poursuivait samedi avec « la première scène du film, où Manon vient se recueillir avec sa grand-mère (jouée par Catherine Fournier) sur la tombe de ses parents »

Après avoir été notamment co-scénariste sur d’autres courts-métrages (Partir, co-réalisé avec Tony Mastropietro, Si Pourrières m’était conté pour Lionel Kabac) ou des pièces de théâtre (Deux sœurs pour un toi(t) pour Clara Bonnet), Alexandre Mexis a donc franchi le cap et choisi de tourner son propre court-métrage.

Pour l’anecdote, ce tournage était initialement programmé courant avril, mais le Covid (et le confinement induit) l’a d’autant plus retardé qu’il a fallu « reprendre la préparation technique du cheval, dont il n’a pas été possible de s’occuper pendant plus d’un mois ».
À noter que Mustang.s fera partie de la prochaine distribution du Festival du court-métrage de Fréjus, en janvier 2021.

Visual Sequence et Accro2danse
côte à côte…

À quelques hectomètres de là, vendredi soir et samedi soir – « il nous fallait attendre la nuit tombée pour tourner », explique le réalisateur Éric Goron –, c’est un clip musical qui s’est tourné dans l’enceinte de l’espace Caquot. Fondateur du studio Visual Sequence, installé à Saint-Raphaël, Éric Goron ne cachait d’ailleurs pas son enthousiasme de « tourner dans cet espace formidable qu’est le Caquot » et son ambition de créer ici « un projet de studio, notamment dans le cadre de la formation que dispense la société ».

D'autres scènes du clip de Monsieur Grandin ont été tournées à Saint-Raphaël (photos © D.R. Visual Sequence)

… pour le dernier clip
de Monsieur Grandin

Pour l’heure donc, c’est un clip musical qu’aura tourné ces derniers jours (soirs) Éric Goron, en faisant appel à des techniciens locaux et aux élèves de l’École de danse Accro2danse, dirigée par la chorégraphe Émilie Hernandez. Clip destiné à illustrer la dernière création (R Œ B Ò, issu de l’album The Defeaning Silence of Android Dreams) de Monsieur Grandin, beatmaker d’origine toulousaine, compositeur de morceaux instrumentaux pour le hip-hop ou le Rn’B contemporain, « musicien électro indépendant un peu dans la mouvance des Daft Punk », raconte le réalisateur raphaëlois.

Photos © D.R. Visual Sequence

« Le thème général tourne autour des robots et d’un cyborg d’apperence humaine qui appelle ses semblables à se réunir à travers la BreakDance. C’est un clin d’œil aux clips des années 90, avec une touche manga dans le style des films Akira ou encore Ghost in the Shell pour les connaisseurs. »

Plusieurs tableaux auront ainsi été tournés au sein du Caquot au fil de ces deux soirées avec les danseuses (11 jeunes filles emmenées par Jade, danseuse principale, et un garçon, Killian) de l’école raphaëloise, « avec des moyens techniques au top de la technologie, dont cette Alexa mini LF », l’une des dernières “caméras cinéma“ sorties par la firme allemande Arri, que « nous sommes les seuls à proposer dans ce cadre », précise encore le réalisateur de Visual Sequence.

Si aucune date n’est encore arrêtée pour la sortie et la diffusion du clip de Monsieur Grandin, vous ne pourrez le manquer, car il inondera probablement très prochainement les ondes de la toile et des réseaux sociaux, voire encore des chaînes spécialistes, telle MTV…

 

Classé dans
Actualité générale