Fréjus Var Volley, partenaires et joueurs réunis : LES retrouvailles ! ses partenaires

30 septembre 2020

« Surprise, choc, confusion, peur aussi… »
« Mais aussi espoir, grâce à vous tous, ici présents. »

Les mots employés ce dernier mercredi de septembre par l’entraîneur des volleyeurs pros de Fréjus, Loïc Geiler, pour évoquer le confinement et la fin de saison 2019-2020 inachevée traduisaient autant le sentiment d’impuissance que celui, comme il l’a qualifié, d’espoir pour cette nouvelle campagne sportive qui va commencer.

img class="wp-image-32289 size-full" src="https://www.ville-frejus.fr/wp-content/uploads/2020/09/dsc6882-e1601498587446.jpg" width="2624" height="3936" /> Loïc Geiler, du choc à l'espoir...

Ils mettaient tout autant en avant « cette impatience de pouvoir enfin tous vous retrouver, tous nous retrouver », se réjouissait de son côté Alexandre Bonnard, le président de la nouvelle entité est-varoise, le Fréjus Var Volley.

Comme il le fait depuis plusieurs saisons maintenant, le volley fréjusien a réuni l’ensemble de ses partenaires pour une petite soirée de présentation, au Domaine viticole des Escaravatiers, du cru 2020-2021.

Olivier Conte, Fabrice Casabianca et Alexandre Bonnard, le nouveau trio aux commandes du volley fréjusien, chez le maître des lieux, Laurent Magdelein

Contre Martigues samedi 3
pour le Challenge Fabiani

Un groupe prêt pour entamer le championnat – ce sera samedi 10 octobre prochain, à domicile, face au Plessis-Robinson – mais qui demande encore à se bonifie. D’autant que tous les joueurs ne sont pas au même niveau physique (« Baptiste Enfoux, encore un peu juste, ou notre central brésilien, Pedro Reck, qui lui n’est pas prêt du tout », note Loïc Geiler).

Alexander Szot Marczewski, un nom aux parfaites origines... brésiliennes pour le pointu et futur capitaine du groupe de Loïc Geiler

Mais l’aspect sportif n’était pas (encore) l’essentiel ce mercredi, même s’il le redeviendra rapidement – et sur lequel nous reviendrons donc… rapidement – dès ce samedi 3 octobre (16h30) avec le dernier match de préparation contre Martigues, affrontement entre deux adversaires qui se connaissent par cœur et qui constituera l’affiche du Challenge Alain Fabiani.

Baptiste Enfoux, Théo Conré, Piélé Halagahu ou encore le nouveau passeur Quentin Schouteten (de haut en bas), les nouveaux visages du volley fréjusien cette saison...

Non, place était laissée mercredi à « la joie des retrouvailles déjà. Plaisir simple, mais que nous n’avons pu partager depuis mars, continue Alex Bonnard. Et… vous nous avez manqué. Alors même si, aujourd’hui, la suite est incertaine, vous partenaires privés qui ne nous avez pas lâchés, malgré des difficultés aussi dans vos domaines respectifs, qui êtes toujours présents, cela nous fait chaud au cœur de vous revoir. Et je vous lance un grand merci à tous ! »

Loïc, des larmes pour Julien

Un grand « merci aussi aux institutionnels – mairie de Fréjus, Cavem », qui s’implique de plus en plus dans le sport avec, probablement à venir, une absorption du volley féminin raphaëlois par le club fréjusien –, une intercommunalité déjà représentée par les présences de M. Lottiaux, directeur général des services de la Ville de Fréjus, qui occupe le même poste à la Cavem, ou encore d’Hafida Rami, adjointe aux sports du maire de Saint-Raphaël et aussi conseillère communautaire – une grande première, au passage, que la présence d’une élue raphaëloise, preuve que le volley est aussi le sport de l’agglo. À ses côtés son homologue fréjusien, Patrick Perona, élu aux sports à Fréjus, ou encore Fabien Roux, conseiller au sport de haut niveau. L’on sentit presque même la présence d’un certain Éric Chassagnard, désormais ex-président de son état et tellement présent malgré son absence (pour raison professionnelles).

 

Fidèle au credo amséliste, dont le volley vient donc de quitter le giron, et qui porte et portera toujours « sur la formation des jeunes, à la base de tout club sportif », Alex Bonnard évoquera cette base de la pyramide qu’il nous faut « construire avec, tout en haut, l’équipe fanion, emblême du club mais qui n’est rien sans cette assise ».

La saison extraordinaire
promise par Loïc Geiler

L’émotion – et mêmes les larmes – couleront lorsque Loïc, avant de présenter ses joueurs, prononça, non sans quelques difficultés, quelques mots à l’adresse de Julien Laporte, son pote, son ami de longue date – les deux se sont connus dans les rangs du club de formation de Montpellier –, qui a longtemps été son adjoint mais qui prend un peu de recul cette fois. Julien Laporte, mais aussi tout le staff, des dirigeants, bénévoles, dont ce n’est pas le métier initial, mais qui font bien là un bon « mi-temps complémentaire », aux toubibs, kinés, etc.

Et bien sûr un grand merci « aux partenaires sans qui nous n’aurions pas construire un projet dans ce contexte ultra-instable ». Et le mot de la fin reviendra à Loïc Geiler : « je vous le dis on va vivre quelque chose d’extraordinaire cette saison… »

Classé dans
Sport