La saison estivale se prépare tant bien que mal

01 avril 2020

Où en sera-t-on à ce moment-là ? Au début juin, le 5, jour d’ouverture initialement programmé de la surveillance des plages. Voire plus tard encore, au 4 juillet, premier jour officiel des vacances scolaires…

Personne n’est pour l’heure en mesure de le dire. Mais il faut pour autant faire comme si…

Mais même “faire comme si“ se heurte aux futures décisions gouvernementales, de prolongement de la période de confinement général et sur combien de temps…

Pour le capitaine Franck Cuomo, le temps presse. "Même si elle est bien avancée, la formation des saisonniers n'est pas terminée", explique-t-il (photos © DR - Archives Mairie de Fréjus)

La formation des sauveteurs
en suspens

Pour le capitaine Franck Cuomo, sapeur-pompier référent auprès de la ville de Fréjus sur la surveillance des plages et en charge de la formation des futurs sauveteurs, « la dead-line pour moi, et afin de mener la formation dans les temps, serait une fin de confinement aux alentours de mi-avril comme il a été annoncé récemment. Je travaille justement sur les différentes hypothèses et celle-ci serait la plus optimiste ».

Après les présélections du 1er février, les premiers modules de formation pour préparer l’examen du BNSSA (Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique) ont pu être donnés durant les dernières vacances de février. Tous les week-ends de mars devaient ensuite être consacrés à la formation proprement dite. « En mettant les bouchées doubles aux vacances d’avril et sur les week-end, on pourrait donc encore s’en sortir », avant le traditionnel “stage mer“ in situ (30 mai -> 3 juin) – et passage de la théorie à la pratique – qui précédera(it) l’ouverture des postes de secours.

Exercice en situation pendant le “stage mer“ qui précède immédiatement l'ouverture des plages

Pour autant, le capitaine Cuomo se veut prudent. « Selon la date de fin de confinement et du fait également des contraintes universitaires – beaucoup de nos saisonniers sont étudiants –, il sera de plus en plus difficile de finaliser les formations, même celles-ci soient bien avancées. »
Et quand bien même Franck Cuomo sait pouvoir « disposer d’une ressource de base conséquente entre SPP et SPV (sapeurs pompiers professionnels et volontaires) », il sait tout autant que « la présence des saisonniers nous permet de consolider les effectifs et répondre aux contraintes opérationnelles ».

Balisage, installation,
équipement des postes

Pour autant, la formation des sauveteurs n’est pas la seule composante de la surveillance des plages. Il convient de mettre en place (sur papier et en mer) le balisage maritime, mais également les postes de secours eux-mêmes, les rendre opérationnels avec tout l’équipement de sauvetage adéquat.

Des centaines de bouées à vérifier puis installer, en suivant le numérotage de chacune d'entre elles : chaque bouée à telle place avec telle chaîne. Un travail minutieux et essentiel qui délimite la bande des 300 m à l'intérieur de laquelle le maire a tout pouvoir

Ainsi, concernant le balisage, les services de la ville ont envoyé le dossier à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), pour instruction. Ce dossier comprend l’arrêté municipal et un plan « arrêtés à un instant T, confie Linda Kebaïli, responsable du secrétariat général. Il a fallu transmettre notre projet de plan de balisage, compte tenu des délais d’instruction, même si la situation peut encore évoluer, notamment au niveau de la zone de l’embouchure de l’Argens, qui connait, ces dernières années, des problèmes récurrents d’ensablement qui impactent le profil de la plage autour de cette zone, entre érosion et formation de bancs de sable ».

Depuis deux ans, la nature et la mer causent bien du souci à hauteur de l'embouchure de l'Argens

Toutefois, si la situation venait à évoluer notamment dans ce secteur, une fois le plan de balisage approuvé par le préfet, le maire prendra, en cas de risque, les mesures nécessaires dans la bande littorale des 300 mètres, pour assurer la sécurité des usagers.

Là encore le plus complexe, lorsque la situation reviendra “à la normale“, sera de faire coïncider « les arrêtés, préfectoral et municipal, confortant le plan de balisage, puis la mise en place de celui-ci et l’ouverture de la surveillance des plages ». À supposer encore que la société fréjusienne Azote, prestataire de la ville pour la mise en place du balisage, ait eu le temps de préparer ce dernier avant de le mettre en place.

Les zodiacs prêts
à reprendre la mer

Côté matériel navigant, le service maintenance technique des plages a travaillé dès la fin sa saison passée à préparer la présente campagne.

À peine une saison terminée, l'équipe de maintenance technique des plages sort les zodiacs pour les réviser pièce par pièce et réparer le cas échéant

« Tous les bateaux ont été révisés et réparés, tant pour le sauvetage que pour la base nautique, explique Jean-Claude Roméo. Tout ce qui est équipement médical et de sauvetage est quasiment prêt. Tout a été commandé. Nous anticipons toujours de cette façon, parce que nous avons aussi la possibilité de le faire. Restera juste ce qui concerne l’oxygénothérapie et le contrôle des défibrillateurs semi-automatiques (DSA). Mais tout ceci est très rapide. »

Les postes de secours
prêts pour le 30 mai si…

Enfin, pour que la boucle soit complète, le service des bâtiments communaux devra installer les postes et les rendre opérationnels (plomberie, électricité, etc.).
« Les postes sont stockés, à disposition, explique Florent Rousselot, responsable du bureau d’études aux bâtiments communaux en mairie de Fréjus. Si, effectivement, le confinement s’arrêtait courant avril ou fin avril pour permettre une reprise normale des activités début mai, nous serions parfaitement dans les temps. Notre date limite, nous, est fixée au 30 mai, début du “stage mer“ pour les surveillants des plages. »

Installation des panneaux d'information auprès des postes de secours par l'équipe des bâtiments communaux de la Ville

Si rien n’est acquis, toutes les parties concernées travaillent d’arrache-pied et dans la mesure de leurs possibilités actuelles pour préparer une saison estivale, sans doute l’une des plus importantes de toutes ces dernières années…

Classé dans
Actualité générale