Le Buste reliquaire de Saint-François-de-Paule retrouve son église

09 octobre 2020

C’est un jour important pour Saint-François-de-Paule, dont le buste reliquaire a regagné ce vendredi 9 octobre sa place au sein de l’église éponyme, du côté de la place Agricola dans le cœur historique de la ville.

Le Saint – ou plus exactement son buste – avait quitté son socle le 10 juillet, parti en restauration. Julien Girgenti, chargé de celle-ci, présentait en quelque sorte le fruit de son travail ce vendredi et ramenait le buste à sa place habituelle.

Redonner au buste
ses habits de lumière

Un retour salué comme il se doit par Martine Petrus-Benhamou, première adjointe représentant le maire David Rachline, Monseigneur Casseron, curé-archiprêtre de la paroisse de Fréjus, ou encore Jérôme Reber, directeur de l'Action culturelle, Christine Ortuno, directrice de la Médiathèque villa-Marie, Pierre Excoffon et Julie Mariotti, du service Archéologie et patrimoine.

Le restaurateur, spécialisé en dorures et polychromies, a donné des explications sur le travail terminé. L’objectif principal n’était pas de rendre neuf, mais de conserver l’intégrité de la statue. « Nous souhaitions redonner au buste de Saint-François de Paule ses habits de lumière, surtout en cette période de Covid-19 », confie Martine Petrus-Benhamou.

Restauré, le buste de Saint-François de Paule, saint protecteur de la ville de Fréjus, a retrouvé sa place au cœur de l'église éponyme, prêt à célébrer la Bravade dimanche 18 octobre prochain

Pour cela, il fallait surtout se concentrer sur le “décapage“ du vernis sombre (la couleur marron du vêtement) pour retrouver la dorure d’origine. C’est donc tout un processus très précis qui a laissé place à la polychromie du XIXe siècle. Le service municipal de l’Archéologie et du patrimoine travaille actuellement sur un panneau retranscrivant justement les étapes de la restauration, et prochainement affiché à côté du buste.

À une semaine de la Bravade
dimanche 18 octobre…

De tous côtés, les avis sont unanimes : « c’est magnifique », « la restauration et la conservation sont très réussies », « la statue est superbe »… Martine Petrus-Benhamou se dit tout aussi ravie : « c’est vraiment très symbolique par rapport à l’histoire de Fréjus, Saint-François-de-Paule sauve la ville d’une épidémie de peste. Cette année, nous le restaurons, et nous sommes épargnés », sous-entendu de la pandémie de Covid.

Et la première adjointe de conclure, « nous avons fait le bon choix. C’était le choix de la ville, notre choix, mais opéré avec la concertation des Amis de Saint-François-de-Paule, car c’est aussi leur Saint-François. C’est une belle concertation pour un très bon travail ».

Rappelons que la Bravade, reportée au mois de mai dernier, se tiendra finalement dimanche 18 octobre. Une fête que nous aurons l’occasion de présenter ici-même prochainement.

 

 

 

Classé dans
Actualité générale