Quand les sapeurs-pompiers du Var viennent en aide aux sinistrés du “06“

12 octobre 2020

Depuis le 2 octobre, jour de la catastrophe, les pompiers sont sur le terrain, et apportent aide matérielle et soutien aux sinistrés du “06“ comme on les appelle déjà, ces habitants des vallées de la Vésubie et de la Roya, touchés par les pluies diluviennes qui ont dévasté les villages.

« Nous-mêmes étions en veille, rappelle le Capitaine Christophe Petit, chef de centre du CSP Fréjus, mais n’avons eu que peu d’interventions liées aux intempéries. Depuis ce vendredi, l’ensemble des pompiers varois interviennent sous différentes formes sur tous les lieux sinistrés. Des relèves sont organisées chaque jour. Nos missions ont évolué au fil du temps, de secours dans les premières heures à la recherche des disparus puis d’aide et de soutien à la population, mais aussi à nos camarades sapeurs-pompiers du “06“ dont certains eux-mêmes ont été touchés. Ce sera encore long. »

En ce sens, la gestion revient au SDIS 83 (Service départemental d’incendie et de secours) qui coordonne l’envoi de renforts.

Chargement d'un “semi“ à la caserne de l'Argens, des vivres à destination des vallées sinistrées qui transiteront par le Nikaïa (ci-dessus) avant transfert vers les sites concernés

Produits alimentaires et d’hygiène

Parallèlement, les délégations départementales des UDSP (Union départementale des sapeurs-pompiers) de la zone Sud se sont « partagées les missions, en collaboration avec l’Union départementale des Alpes-Maritimes, enchaîne Pierre-Élisé Bartoli, directeur technique en charge de la communication et des dispositifs prévisionnels de secours au sein de l’UDSP Var. Plutôt que “faire doublon“, chaque UDSP prend en charge tel ou tel type d’aide. Ainsi, le Var et les Bouches-du-Rhône s’occupent des produits de première nécessité d’alimentation mais aussi d’hygiène ».
Dont certains produits, qui ne viennent pas immédiatement à l’esprit mais s’annoncent pourtant comme des produits de base, telle « la nourriture pour les animaux, ou tout autre type de produit, les protections hygiéniques pour les adultes… »

 

L'association Sian Prouvençau de Pourrières apporte le fruit de ses collectes sur le village du Haut-Var

Collectes centralisées
à la caserne de l’Argens

Toutes les collectes effectuées dans chaque centre de secours du Var sont entreposées à Fréjus, à la caserne de l’Argens. « Un point quotidien est effectué avec nos collègues des Alpes-Maritimes qui nous indiquent quels sont les produits manquants à tel moment. Car les habitants n’ont plus moyen de stocker, donc il est inutile d’envoyer et d’envoyer. » 

Depuis la catastrophe, ce sont ainsi « quatre semi-remorques qui ont déjà apporté des produits, sans compter les multiples allers-retours opérés par des véhicules-navettes plus du SDIS ».

Autre exemple de l’entraide mise en place au sein des UDSP, « d’anciens sapeurs-pompiers du Gard sont sur site et, avec le food-truck, confectionnent des repas chaque jour pour les sinistrés et ceux qui leur viennent en aide », ou encore « un personnel dépêché sur place pour apporter une aide administrative à ceux qui ont tout perdu, y compris chez nos collègues pompiers »...

 

Que la solidarité et la générosité
ne faiblissent pas…

À ce jour, « l’appel aux dons a été stoppé. Nous répondons aux besoins. Mais il faut saluer la générosité des Varois. Cet élan est encore plus grand, plus important que ce que l’on pouvait imaginer ».

Alors, certes, les premiers besoins ont été satisfaits. Mais l’aide, l’entraide et la solidarité devront encore persister de nombreux mois, pas uniquement ces quelques jours ou semaines après la catastrophe. Il faudra encore donner pour aider ceux qui n’ont plus rien à reconstruire… « Une chaîne de solidarité s’est mise en place à tous les niveaux. Il faudra qu’elle perdure… »

À l’image, à l’instant de notre visite, de l’association Sian Prouvençau, association de maintien des traditions provençales de Pourrières, qui apporte le fruit de collectes opérées auprès des « commerces du village. Nous fêtons traditionnellement la Saint-Éloi avec la commune de Tende. Nous nous sentons donc encore plus proches de tous les sinistrés, particulièrement touchés par ce qui a pu leur arriver ».
Comme ne peuvent que l’être toutes les âmes censées et sensibles qui apportent une aide, aussi infime soit-elle, mais ô combien précieuse…

Classé dans
Actualité générale