Scènes en liberté #1 - “Un jour, mon prince viendra… ou pas“ : Le public, lui, est venu en nombre

05 juillet 2020

Si l’on se posait la question, celle-ci n’est plus d’actualité. Les habitants de Fréjus mais également les premiers touristes de l’été, ceux qu’on appelle les “juillettistes“, apprécient toujours autant le théâtre. Qui plus, quand ces pièces se jouent dans un cadre aussi prestigieux que chargé d’histoire qu’est le théâtre romain Philippe-Léotard. Une vraie… scène en liberté.

Et ça tombe bien puisque c’est justement là, “Les Scènes en liberté“, l’appellation de ce qui sera le grand festival de théâtre de Fréjus cet été - après l’annulation des nuits Auréliennes pour des raisons de Covid, de confinement et les conséquences qui s’en sont suivies.

La jeune Kayla Locane a proposé un joli tour de chant en préambule à cette première soirée théâtrale des Scènes en liberté

Ce samedi était la grande première, ouverte par Jean-Yves Saliou, directeur de la compagnie Les Estérelles, aux commandes des Scènes en liberté, et la 1ère adjointe au maire, en charge de la culture, Martine Petrus-Benhamou. Et après un joli intermède musical offert en préambule par la jeune Raphaëloise, Kayla Locane, au rythme de ses créations mélodieuses alliées à des reprises pop/rock - son premier album, So Sad, est disponible depuis le 11 juin dernier sur toutes les plateformes de streaming -, place était laissée à la Compagnie La Grande Ourse, pour la comédie inaugurale de cette 4e saison, “Un jour, mon prince viendra… ou pas !“

Une satire sur les relations de couples et les sites de rencontres entre autres, signée Caroline Steinberg, qui interprète son propre rôle, celui de Penny, “larguée par son mec“ le jour de son anniversaire, à la veille du confinement.

Jean-Yves Saliou et la 1ère adjointe, Martine Petrus-Benhamou, ont officiellement lancé la saison 4 des Scènes en liberté orchestrées par les Estérelles

500 spectateurs pour une première !

Au final, près d’un demi-millier de spectateurs se sera pressé dans les gradins du théâtre romain, soit la maximum de ce qu’il y est actuellement possible d’accueillir du fait des distances physiques de sécurité sanitaire à respecter.

Seul bémol, un retard à l’allumage (45’ pour lancer la pièce), avec quelques spectateurs assez peu respectueux des horaires, il convient de le reconnaître. Pour autant, le train doit partir à l’heure, et Jean-Yves Saliou a promis de remédier à ce souci dès la prochaine soirée.

« C’était notre première et déjà, nous sommes éminemment heureux d’être là ce soir et de vous proposer la première des Scènes en liberté 2020. Tout a été très compliqué à monter, mais nous y sommes finalement parvenus et c’est bien là l’essentiel. »

Dès ce lundi 6, les Scènes proposent donc une deuxième soirée, toujours calquée sur le même principe - également identique au cinéma en plein air -, à savoir une première partie musicale (le chanteur-guitariste David Oxxo pour ce 6 juillet) avant la grande pièce de théâtre. Ce lundi, c’est la Compagnie Entr’Act qui s’y colle avec “Jamais le deuxième soir“, qui érigera la femme en maîtresse de maison ! (lire notre article de présentation ICI)

Classé dans
Info en bref