TENNIS DE TABLE - championnats par équipes : une 2nde phase qui pourrait être exceptionnelle

16 janvier 2020

Trois montées, deux équipes se retrouvant en Nationale 3 pour cette 2nde phase du championnat, la première partie de saison propose déjà un très bon bilan pour la section tennis de table de l’Amslf.
Mais, alors que les cinq équipes engagées vont lancer leur deuxième partie de championnat ce prochain week-end, cette campagne 2019-2020 pourrait s’avérer carrément historique pour le club présidé par Éric Angles, avec de nouvelles accessions supplémentaires d’ici avril.

Yanaël Cartau et Théophile Acloque seront-ils alignés au sein de la même équipe ou défendront-ils les couleurs amsélistes dans l'une ou l'autre des effectifs engagés en N3 ?

On l’a dit, les équipes (1) et (2) se retrouvent toutes deux en Nationale 3, suite à l’accession de la “réserve“ emmenée par les expérimentés Cartau, Gerberon ou encore Aldeguer. Rappelons que pour sa part, la (1) a terminé à la 2e place de sa propre poule de N3, derrière la Roche-sur-Foron.

Bataille tactique et stratégie
avant le coup d’envoi

La (1) se retrouve ainsi dans la poule K, la (2) dans la poule P. Avec « un championnat qui s’annonce plus homogène pour la première, constate Axel Aldeguer, le M. Communication de la section amséliste. Et peut-être des ambitions de montée qui pourraient naître au fil des rencontres. En revanche, la poule P se révèle sans doute plus difficile, avec les deux “grosses“ cylindrées que sont Montpellier et Levallois. Le maintien s’annonce délicat, et se jouera contre des clubs comme Cusset, Puget ou encore Antibes ».

Théophile Acloque est le meilleur joueur amséliste au ranking national, classé 663e joueur français

À Morières ou à Puget ? 

Du coup, jusqu’au dernier moment, et le départ pour Avignon – pour l’équipe (1) qui jouera Morières, alors que la (2) affrontera Puget –, les hésitations perduraient pour savoir qui allait dans l’une ou l’autres des équipes.

Bon, ok, quelques cas de figure ne laissent guère planer de doutes, comme le fait qu’un Antoine Razafinarivo soit le leader de l’équipe fanion. Ou encore que le choix s’effectuera entre ceux qui ont joué la phase inaugurale dans l’une ou l’autre des deux équipes. Pêle-mêle, on citera donc les deux Réunionnais Antoine Razafinarivo et Diwan Leterme, Yanaël Cartau, Théophile Acloque, Théo Fenocchio, Greg Gerberon, Andréa de Rivoyre ou encore Axel Aldeguer.

Remis de sa tendinite au coude, Éric Durand sera le leader de l'équipe (3)...

... aux côtés d'un Romain Radici, auteur d'une très belle première partie de saison

La (4) rejoindra-t-elle la (3) ?

Faute d’avoir su concrétiser sa domination inaugurale – trois victoires 12-2 sur les trois premiers matches –, l’équipe (3) a manqué le wagon de la montée et repart en R2, emmenée par Éric Durand (remis de tandinite au coude), Romain Radici (« auteur d’une belle première partie de saison »), Étienne Passi, Philippe Guillemart (« en renfort sur ce premier week-end mais qui devrait davantage jouer avec la (4) »), ou encore Sasha Izbornicki.

Une division, la Régionale 2, où elle pourrait être rejointe par la (4), qui est (déjà) montée de Départementale 1 en Pré-Régionale avec les Fabio Cannarozzo ou encore Ewen Gannat-Perrot.

Benjamin 1, Loïs Cartau marche dans les traces de son père Yanaël et fait partie de l'effectif de l'équipe (5) en Pré-Régionale

La nouvelle salle
à la rentrée de septembre

Deux montées d’affilée sur la même saison, cela pourrait encore être le lot de l’équipe (5) – « un mix entre (très) anciens, comme Francis Antoine ou encore Poerre-Jean Guitay et (très) jeunes à l’instar de Loïs Cartau » –, au-dessus de la moyenne, au moins sur le papier.

Enfin, notons l’apparition de l’équipe (6), à la faveur d’un nouveau concept de championnat, réservé « aux jeunes de moins de 15 ans (soit cadet 2e année) et comptabilisant moins de 550 points au classement national ».

Cadet 2e année, Alexis Bellanger est sélectionnable au sein de l'équipe (6) et devrait d'ailleurs d'être du premier déplacement à Belgentier ce dimanche pour y affronter le club de la Vallée du Gapeau

Au final quoi qu’il arrive lors de cette 2nde phase, le moins que l’on puisse écrire est le ping fréjusien fait montre d’une magnifique vitalité. Une excellente nouvelle alors que la section devrait disposer de sa nouvelle salle (attenante à la Halle Sainte-Croix) à l’horizon rentrée 2020.


(*) UN CHAMPIONNAT EN DEUX PHASES.

Pour les profanes, rappelons que les championnats par équipes se déroulent en deux phases par groupes de huit généralement.
Sept tours figurent ainsi au programme de la phase inaugurale, disputée de septembre à décembre. Un classement est établi à l’issue de ce premier mini-championnat, attribuant une accession à l’étage supérieur (parfois deux comme c’est le cas pour l’équipe (2) amséliste cette fois, un maintien dans la même division, voire une relégation à l’échelon inférieur. Une seconde phase – sur le même principe – débute en janvier et se poursuit jusqu’an avril-mai, selon les dates des calendriers réservées aux tounrois et autres championnats individuels.
Dans l’absolu, une même équipe peut enchaîner deux montées successives en une seule saison (c’est ce qui pourrait arriver à plusieurs équipes amsélistes), a contrario enchaîner deux relégations de rang, ou “panacher“ un peu le tout…

Retrouvez ici notre précédent article sur la composition des poules de N3.

Téléchargez les calendriers de la N3, poule K et poule P.

Classé dans
Sport