Tennis de table - championnats/équipes : une 2nde phase finalement logique aux attentes

18 mai 2019

C’est ce qu’il convient d’admettre au terme de la 7e journée de la 2nde phase (*) des championnats par équipes de tennis de table qui s’est disputée le 11 mai dernier. Avec, au final pour les quatre équipes amsélistes engagées, deux maintiens relativement confortables et deux descentes plutôt attendues.

Les titulaires de l'équipe (1) - Yanaël Cartau et Théophile Acloque supportant Andréa de Rivoyre, alors que Théo Fenocchio est engagé dans son match à l'arrière-plan - sont parvenus à faire fi des éléments contraires et à aller chercher une belle 2e place en N3

Car si les plus grands espoirs pointaient au terme de la phase inaugurale en décembre dernier – la (1), 2e, avait manqué de peu l’accession en N2, à peu près le même constat pour l’équipe réserve (3e en pré-nationale), alors que les équipes (3) et (4) avaient grimpé d’un échelon, respectivement de R2 en R1 et de D1 départementale en pré-régionale – deux évènements inattendus allaient plomber les ambitions fréjusiennes au moment de jouer les premières balles de la 2nde phase.

Andréa de Rivoyre semble ne plus avoir de soucis avec son poignet : de bonne augure pour la saison prochaine
De gros soucis d’effectifs…

Romain Sizun, joueur n°2 derrière Théophile Acloque en (1) et Grégory Galy, membre du quatre titulaire en équipe (2), tentaient des aventures personnelles à l’étranger – Canada pour Sizun, Maroc pour Galy – qui obligeaient André de Rivoyre, l’entraîneur et capitaine amséliste à quelques remaniements d’effectifs et, pour lui-même, à précipiter quelque peu son retour après une blessure persistante au poignet. « Les défections évoquées changent la donne, avouait-il à l’époque. De potentielle montée, les équipes (1) et (2) joueront plutôt le maintien, tandis que la (3) et la (4) risquent malheureusement de connaître des moments difficiles » et, sous-entendu, des descentes programmées.

Si la prédiction s’est finalement avérée exacte pour les équipes (3) et (4), celles-ci – « qui ont vraiment pâti de nombreuses absences tout au long de cette deuxième partie de saison », défend Axel Aldeguer, terminant même avec des éclopés, Éric Angles (genou) et Jean-Yves Grolleau (tendon d’Achille) – n’en ont pas moins joué le jeu et maintenu un (petit) suspens jusqu’à l’entame du 7e et dernier tour.

L’équipe (1) finalement belle 2e !

Mais les deux formations de tête ont pour leur part fait mieux que défendre leurs chances et, à leur tour, entretenu des visées de montée jusqu’à une ou deux journées de la fin. Certes, le Cavigal Nice et Perpignan se sont avérés des adversaires trop coriaces pour Théophile Acloque, Théo Fenocchio, André de Rivoyre et Yanaël Cartau, mais l’équipe fanion n’en accroche pas moins une belle 2e place (à égalité avec la (2) de Montpellier et Perpignan), nantie de 4 succès et 3 défaites.

Éric Durand a fait parler son expérience, d'abord en équipe (3) pour finir avec l'équipe (2)

Quant à la réserve, au groupe qui aura également beaucoup bougé (entre retour d’Étienne Passi en équipe (3), blessure d’Axel Aldeguer en fin de parcours, arrivée d’Éric Durand), elle décroche une 4e place finale, derrière les Pugéto-roquebrunois de l’ASL Argens – qui remontent en N3 –, Venelles ou encore Istres (3). Présentant une copie se décomposant en trois succès et trois défaites agrémentés d’un match nul.

Dernière campagne à Jean-Vilain ?

La saison 2018-2019 des championnats par équipes est donc terminée, et l’AMSLF repartira avec de belles ambitions l’année prochaine, pour peu qu’elle conserve ses meilleurs atouts et ne connaisse pas une nouvelle fois des soucis d’effectifs, dont le meilleur constat est le nombre conséquent de joueurs (24 !) ayant pris part à au moins un match de championnat. Là n’est effectivement pas le meilleur moyen d’assurer une homogénéité et une osmose au sein d’un collectif.

Alors, pour ce qui devrait être leur dernière campagne à Jean-Vilain avant d’intégrer la nouvelle salle omnisports – et notamment réservée au tennis de table – du Pôle enfance Sainte-Croix (à l’horizon rentrée 2020), l’AMSLF essaiera de remonter de quelques rangs dans la hiérarchie du “ping“ varois et national…


(*) Les championnats par équipes de tennis de table se jouent en deux phases. La première, de septembre à décembre, comporte sept journées. Elle décerne des strapontins pour l’étage supérieur, tout comme elle condamne également à la relégation. La seconde phase, de janvier à avril, se dispute de la même manière. Autrement dit, une même équipe peut potentiellement grimper / descendre de deux échelons en une seule année sportive.

Romain Radici a pour sa part effectué quelques piges intéressantes pour sauver le soldat “AMSLF“

Classé dans
Sport